Merci de votre visite

vendredi 23 août 2013

DIEU : par Peter Deunov


DIEU : II en est Un qui se manifeste comme Amour, comme Sagesse et comme Vérité.
Il en est Un !

Et toute la Nature vivante parle de cet Un, le Grand. On l'appelle Dieu, le Seigneur, le Père. Il emplit tout. II emplit tout ce qui est, tous les mondes, tous les systèmes solaires, et cependant II reste non manifesté. Et durant toute l'éternité. II ne peut se manifester totalement, car toutes les formes par lesquelles II pourrait entièrement s'exprimer ne s'y trouvent pas. Par Lui-même, l'Absolu, l'Inaccessible est sans forme, II est sans limites, sans commencement. Il est "Rien". Mais ce "Rien" renferme tout en soi. Il se limite, sans se limiter. Il se diminue, sans diminuer.

Il crée, mais sans jamais s'épuiser.
Il se manifeste en tout, mais sans être Lui-même ce qui est manifesté.
Il soutient tout - tant au dedans qu'au dehors - mais Lui-même ne prend part à rien.

Nous le concevons comme la Lumière, la Raison - le Logos. Mais par Lui-même, II n'est ni la Lumière, ni la Raison. La Lumière, la Raison, ce sont ses manifestations. Dieu n'est pas présent dans le monde d'une façon matérielle. Tout comme le peintre ne se trouve pas dans le tableau qu'il peint, ni le sculpteur dans la statue qu'il fait ! Mais lorsque le Grand Inconnu se révèle. II nous apparaît comme la Lumière sans ombre, comme la Vie sans interruption, comme le Savoir sans erreur, comme la Liberté sans limite. Et quand nous disons que Dieu est tout Amour, nous avons en vue une manifestation de Dieu par laquelle nous pouvons le plus intimement le connaître. 

L'Amour est la première manifestation de Dieu. Il s'ensuit donc que là où est le bien, qui en est le fruit, c'est là que Dieu se manifeste. Et lorsque nous parlons de Dieu en tant qu'Amour, nous entendons cet Etre dont découle toute la vie dans l'univers et qui unit toutes les âmes vivantes en un tout, sans changer en rien Lui-même. Les âmes représentent différents états dans lesquels l'Amour, la Conscience divine se manifeste dans le temps et l'espace. Et tout peut disparaître dans le monde, mais cette Conscience divine ne disparaîtra jamais. Toutes les âmes réunies constituent la Conscience divine. Et le sens de la vie se trouve dans l'union des âmes avec Dieu, dans leur union avec la Conscience divine. C'est de cette union que découle l'Amour, qui fait naître la vie. Dans le plein sens du mot, il n'y a, dans le monde, qu'un être absolument bon - c'est Dieu. Il est toujours bon. Dans cet état de bienveillante et douce bonté, il n'y a en Dieu absolument aucun désir de faire le moindre mal à qui que ce soit. Et si le Seigneur "passait" à côté du plus petit moucheron. II lui donnerait toutes les conditions nécessaires pour vivre et se développer.
Dieu ne juge personne. Il ne retient personne en Lui ; II ne limite personne - et II n'a pas de quoi juger.

Ce qu'il y a d'ineffablement beau en Dieu, c'est qu'il ne se rappelle que le bien que nous avons fait. Il ne se souvient pas du mal.

Dieu laisse tous les êtres absolument libres. Jusqu'à présent. II n'a jamais dit à aucun être dans l'univers, si petit qu'il fût : "Fais cela" ou "Sers-moi !" II lui montre la voie, mais laisse chaque être libre de faire lui-même son choix et d'agir comme bon lui semble.
Et vraiment, si nous nous attachons à Dieu, si nous le servons, quel profit en a-t-il ? Pouvons-nous Lui donner le savoir ? Non, II sait tout. Pouvons-nous Lui donner la force ? Non, II est le plus fort. Tout peut passer, tout peut s'écrouler, mais Lui est à jamais inébranlable. L'unique chose par laquelle nous attirons Dieu, c'est notre impuissance, notre néant. Lorsqu'il nous voit si misérables, souffreteux et tellement ignorants. II sent naître en Lui, dans Sa suprême Grandeur, un élan, un désir de s'incliner vers nous, de nous tendre la main et doucement nous dire : "En haut maintenant !" Le désir de Dieu est de nous libérer, de nous purifier, d'éclairer nos esprits, d'ennoblir nos cœurs, de déposer dans nos âmes cette flamme par laquelle nous connaîtrons qu'il est tout Amour. Dans Le cœur de Dieu, il y a quelque chose d'ineffablement auguste.

Il élève les peuples, les sociétés, les familles, les individus. C'est à Lui que nous devons tous les biens - le savoir, la sagesse, la. vérité et la liberté. Et tous les grands hommes, c'est Lui qui les a élevés au-dessus des autres. Ils représentent comme une impulsion de l'Esprit divin. C'est par eux que Dieu veut faire entrer l'Amour, la Sagesse et la Vérité dans le monde. Et la totalité de la vie pendant toute l'Eternité, ainsi que le bien de toutes les âmes, tout est compris dans l'Amour de Dieu, dans sa Sagesse et sa Vérité. Dès que l'Amour, la Sagesse et la Vérité s'éveillent, l'Esprit divin est présent parmi les hommes et ils conçoivent la vraie réalité des choses. Il faut que l'homme sache qu'il y a seulement un Dieu et un Amour, une Sagesse et un Savoir, une Vérité et une Liberté, une Justice et un équilibre absolu, une Bonté vivante et une source de biens pour tous. En dehors de ces unités de mesure, il n'y a pas d'autres mesures pour la grande Réalité. Et il n'y a de réel que ce qui appartient à l'Un, au Dieu Vivant. Il y a cependant des sens qui demandent : "Dieu existe-t-il, et s'il existe - où est-il ?"

Tout l'univers représente "la Ville divine" où Dieu demeure. Sa Conscience, sa Raison est si sublime qu'elle embrasse jusqu'aux plus petits êtres et prend soin de leur vie. Tous les anges, tous les êtres qui ont vécu sur la terre des millions d'années avant nous, savent ce qu'est Dieu. Et c'est avec un saint tressaillement qu'ils se tiennent devant cet Etre Auguste dont le cœur est la source d'où découle l'Amour sacré qui élève et soutient le Cosmos tout entier. Et si vous leur demandez ce qu'est Dieu et où II est, ils vous répondront, en se conformant à votre manière de parler : "II n'y a pas d'être qui soit plus proche de vous que Dieu. II n'y a pas d'être à l'esprit plus éveillé, au cœur plus attentif, à la volonté plus puissante et pour qui il n'y a rien d'impossible. Il n'y a pas d'être plus noble, plus saint, plus pur, plus sage, plus fort, plus puissant que Dieu. Il est partout : au ciel - dans tous les soleils - et sur la terre, derrière tout. Prenez le vent, l'eau, les plantes, les animaux, les hommes :

Dieu est présent derrière tout. Il n'y a pas une seule chose au monde derrière laquelle Dieu ne se trouve pas. Tout ce qui est en nous et hors de nous, tout ce qui nous entoure, représente un fond derrière lequel, tel un peintre sublime, se cache le Seigneur. Il est caché très profondément parce qu'il veut nous laisser libre. Et c'est parce que Dieu est caché si profondément que les hommes Le cherchent continuellement au dehors et veulent s'approcher de Lui par des moyens tout extérieurs. Mais Dieu n'est pas une réalité qui peut être démontrée. Et vouloir prouver l'existence de Dieu équivaut à déclarer qu'il n'y a pas de Dieu. Toute preuve de l'existence de Dieu est un processus mécanique. Et celui qui veut la preuve de l'existence de Dieu a rompu - dans sa conscience - le lien qui l'unit à Lui. Dès que ce lien est rétabli, la vie commence à couler sans interruption de Dieu vers l'homme et de l'homme vers Dieu. Alors dans l'esprit, dans le cœur et la volonté de l'homme, il y a un flux ininterrompu de la Conscience divine. Et alors aussi cessent tout naturellement ces questions dénuées de sens : y a-t-il un Dieu, n'y a-t-il pas de Dieu ;
Dieu nous aime-t-il ou nous a-t-il oubliés ? 

Parce que l'Amour envers Dieu, dont découle ce lien vivant entre l'homme et Dieu - c'est une expérience mystique et intérieure qui se manifeste dans les formes et les degrés les plus variés. La force magique de cette expérience se trouve dans le moment où l'homme élève sa pensée, son cœur, son âme et son esprit vers ce Principe éternel sans aucune hésitation, sans aucun doute. Et tout est possible à l'homme qui a connu ce moment. C'est alors seulement qu'il comprendra le sens de la vie, parce qu'il n'y a que Dieu qui puisse le lui révéler. Et alors l'homme concevra qu'il est né pour aimer Dieu et pour marquer sa vie du sceau de cet amour, et non pour être le serviteur des conceptions humaines. C'est précisément ce que lui suggère son âme. Parce que - et n'oubliez pas ceci - le bien-aimé de l'âme humaine est uniquement Dieu.

Voilà pourquoi je ne donne le nom d'homme qu'à celui qui aime Dieu. Et c'est le moment dans lequel il s'est déclaré et a aimé Dieu, qui fait de lui un homme. Un tel homme attire l'attention des gens intelligents et bons, et ils disent : "Quelque chose de divin a eu lieu aujourd'hui".

Le moment où l'homme aime Dieu d'un pur amour est le moment le plus glorieux de sa vie, car il fleurit alors et le parfum qu'il exhale se répand au loin. Cela veut dire qu'il est alors une source qui jaillit incessamment et qui sait donner. Dans cet état, tous les désirs raisonnables de l'homme peuvent être réalisés. C'est alors seulement que l'homme devient véritablement libre. Il a la liberté que la Vérité lui donne. Et par la Vérité, nous entendons, dans ce cas, le lien que Dieu a créé entre Lui et nous. En dehors de cela, il n'existe aucune liberté. Les gens d'aujourd'hui, qui ont perdu le lien qui les unissait à Dieu, s'imaginent qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent ; ils vont jusqu'à penser qu'ils ont le droit de critiquer Dieu Lui-même. On pourrait dire avec raison qu'il n'y a pas d'être ayant subi de plus grands outrages que Dieu. Mais - pour employer le langage humain - il n'a même pas froncé les sourcils. Dans le rayonnement de son immuable bonté II regarde, doux et calme. Il n'y a que celui qui vit dans ce monde réel et immuable dans lequel Dieu demeure ; il n'y a que celui qui sert Dieu et comprend ses lois et ordonnances qui soit libre, qui ait une volonté libre. Et maintenant retenez ces vérités très simples et qu'elles soient pour vous le vrai critérium :

L'unique être qui nous aime, c'est Dieu. Et quand nous souffrons et quand nous sommes dans la joie. II est le même. Et dans la souffrance et dans la joie, c'est Dieu qui nous parle.
Et voici une autre chose que vous ne devez pas oublier non plus. Pour que vous puissiez demander ce que Dieu est, vous devez d'abord avoir cherché, appris, non pendant une, mais pendant beaucoup d'existences. Et après que vous aurez fini d'étudier toutes les sciences du ciel et de la terre, c'est alors seulement que vous aurez le droit de poser cette question. Et savez-vous ce que l'on vous répondra ? La réponse est simple et claire : "Dieu est l'Amour que vous devez éprouver au dedans de vous-même".

Mais jusqu'alors, pendant que vous vous égarez encore à la recherche des preuves de la sublime réalité, retenez ce qui suit : Lorsque tu demandes où est Dieu, sache ceci : Dieu est là où il y a vie, pensée, sentiment. Si tu doutes de Dieu, sache que tu doutes de toi-même. Car Dieu ne change jamais : pas de processus réversibles en Lui. Dans l'Amour de Dieu, il n'existe absolument aucune exception. Voilà pourquoi, quel que soit le lieu où tu ailles, quelle que soit la situation où tu te trouves, tu peux douter de tout, mais jamais de Dieu. Sache qu'il est partout et dès que tu L'invoqueras, II viendra à ton aide. Si tu entends des gens dire qu'ils ne croient pas en Dieu, examine-les et tu verras qu'ils se prennent eux-mêmes pour des dieux. Ne sers pas de tels dieux.

Rappelle-toi cette autre chose : Dieu est présent partout où il y a du sens. Où il n'y pas de sens, Dieu est absent. Et l'endroit d'où Dieu est absent est "l'enfer". Tu demandes quand l'homme est bon ? Au moment où Dieu se manifeste, l'homme est bon. Il est mauvais dans les moments où Dieu ne s'exprime pas. Lorsque l'homme a Dieu en lui, il se sent plein de joie et de gaieté, prêt à tous les services. Dès qu'il renonce au service divin, Dieu le quitte. Ne demandez pas si Dieu vous aime - II n'a cessé de vous aimer depuis le premier jour jusqu'au dernier - demandez plutôt si vous aimez Dieu. Et mettez votre amour à l'épreuve par cette mesure unique et sûre : Qu'est-ce qui est plus fort en vous, vos désirs ou votre amour pour Dieu ? Si votre amour pour Dieu est plus fort, vous êtes en bonne voie. Mais si votre amour pour Dieu est moins fort que vos désirs, alors les souffrances et les contradictions ne cesseront pas dans votre vie.

Si l'homme a en lui l'amour de Dieu, quoi qu'il lui arrive, tout finira bien. S'il n'a pas en lui cet amour, alors son chemin sera long, pénible et rempli de désirs irréalisables. Le chemin vers Dieu se trouve dans la perfection. L'homme parfait n'a qu'une idée - toujours vers Dieu ! En dehors de la perfection, Dieu reste inconcevable pour nous. Du moment que l'homme tend à la perfection, il connaîtra Dieu en tant qu'Amour. Et il sentira alors battre le pouls de tous les êtres vivants. Il n'existe pas de plus grande félicité pour l'homme que de sentir cette pulsation.

L'homme comprendra alors le sens sublime des augustes paroles que le Christ a prononcées : "Je vis en Dieu et Dieu vit en moi !" - "Je vis en Dieu", ce qui signifie que Dieu est "en dehors". "Dieu vit en moi", ce qui signifie que Dieu est "au dedans", et moi, l'homme, je suis "en dehors". Voilà pourquoi : quand Dieu, est en toi, garde-toi de Le limiter. Donne-Lui, au dedans de toi, une liberté absolue afin qu'il te donne aussi cette même liberté en Lui. "Le Diable", c'est un être qui a limité Dieu au dedans de lui, et voila pourquoi Dieu l'a limité au dehors Donne à Dieu une liberté absolue au dedans de toi-même. Et alors un monde nouveau te sera révélé.