Merci de votre visite

mercredi 28 août 2013

La continence sexuelle


Quand un être laisse libre cours à son amour purement égoïste, sexuel, il peut constater que tous ses organes fonctionnent ensuite indépendamment de sa volonté, il n'a pas la possibilité d'arrêter ou de freiner quoi que ce soit : il constate seulement, il ne peut rien. Car ce sont d'autres forces qui se sont emparées de lui, des entités qui lui prennent tout, et lui n'est là que pour observer... Tandis que dans l'amour spirituel vous constatez que c'est vous, c'est-à-dire votre âme, votre esprit qui dominent et qui se nourrissent. Ce n'étaient que des regards, une présence, un parfum, mais vous êtes heureux, dilaté parce que vous sentez que c'est vous-même, votre nature supérieure qui a mange, qui a bu, qui a respiré, et non pas d'autres forces à travers vous.

Beaucoup parmi vous se demandent s'il y a vraiment des préceptes à observer dans le domaine de la sexualité et s'il faut respecter certaines règles de continence enseignées par la religion. En réalité, tout dépend de votre idéal. Si vous ne désirez rien d'autre que de vivre une vie médiocre, ordinaire, il est inutile d'apprendre la maîtrise et d'observer la continence et la chasteté, ce sera même nocif pour votre santé. Sans parler de toutes les conséquences négatives qui s'ensuivront pour vous dans le domaine psychique, familial, social... Car vous allez vous aigrir, devenir dur, intolérant vis-à-vis des autres. Mais si vous avez l'idéal de réaliser dans votre vie quelque chose de grand, si vous aimez cet idéal de tout votre coeur, de toute votre âme, si vous voulez devenir un être vraiment utile, lumineux, rayonnant, vous êtes obligé de suivre des prescriptions, des règles de vie déterminées. A ce moment-là, oui, votre vigilance, votre maîtrise ont leur raison d'être.

Chaque année, le 25 Décembre, la chrétienté fête la naissance de Jésus, et dans toutes les églises on a préparé une crèche. L'enfant est là, couché sur de la paille, Marie et Joseph veillent sur lui, mais aussi un âne et un bœuf. Jamais on n'oublierait l'âne et le bœuf, ils sont étroitement liés à la naissance de Jésus. Pourquoi? Parce que cette représentation est symbolique. Elle correspond à des processus qui se déroulent dans l'être humain lui-même.

L'étable représente le corps physique. Le bœuf représente la force sexuelle. Quant à l'âne, il représente celui qui l'on appelle le vieil Adam, égocentrique, têtu, buté, mais bon serviteur.


Lorsque l'homme décide de se perfectionner pour faire naître le Christ en lui, commence par entrer en conflit avec les forces de sa nature inférieure et de sa sexualité. Ce sont elles qu'il doit maîtriser pour les mettre au service de l'Enfant divin. C'est pourquoi il est dit que dans l'étable, le bœuf et l'âme soufflait sur l'enfant Jésus, ils le réchauffaient de leur haleine... Quand l'être humain réussit à transmuer en lui l'âne et le bœuf, ils viennent chauffer et alimenter l'enfant nouveau-né. Tous ceux qui sont arrivés à faire naître le Christ en eux seront servis par les forces de leur nature inférieure et de leur sexualité, car ce sont des forces extraordinairement utiles si on est capable de les atteler à un travail.