Merci de votre visite

mercredi 28 août 2013

Les impulsions sexuelles


Les hommes et les femmes qui obéissent aveuglément à leurs impulsions sexuelles ne savent pas à quels dangers psychiques ils s’exposent. «Alors, direz-vous, lesquels?»

Regardez un ivrogne: il est là complètement abruti, hébété. Le vin est une excellente chose, mais il en a abusé et voilà maintenant dans quel état il est. L’énergie sexuelle est aussi une excellente chose, et d’ailleurs on l’a souvent comparée au vin. Mais si on en abuse… Vous direz que vous connaissez des hommes et des femmes qui mènent une vie dissolue sans que cela les empêche de s’instruire et de travailler. Oui, bien sûr, la sensualité est compatible avec certaines facultés intellectuelles ou artistiques. Mais s’ils veulent un jour faire un travail spirituel, ils ne pourront pas, car ils auront perdu les éléments nécessaires, leurs quintessences les plus précieuses, et d’ailleurs ils n’auront même plus ce désir de s’élever. Regardez encore les abeilles qui se sont gorgées de miel: elles sont trop lourdes et ne peuvent plus voler. Il en est de même avec les hommes et les femmes qui n’ont pas appris à maîtriser leurs instincts sexuels: ils peuvent continuer à faire toutes sortes de travaux, mais ils ne peuvent pas voler, les régions célestes leur sont interdites… 

Dans l'Apocalypse, saint Jean décrit quatre Animaux qui se tiennent devant le trône de Dieu et qui, jour et nuit, ne cessent de chanter: « Saint, Saint, Saint est le Seigneur Dieu Tout-Puissant... » Le premier de ces Animaux est semblable à un lion, le deuxième à un taureau, le troisième à un homme, et le quatrième à un aigle. Ces quatre animaux se retrouvent aussi dans le zodiaque où ils sont représentés par cette croix que forment les deux axes Verseau - Lion et Taureau - Scorpion. Vous direz: « Mais un scorpion, ce n'est pas un aigle!... » Oui, bien sûr, mais ce remplacement de l'aigle par le scorpion a un sens. Il doit être compris comme un processus psychique. L'aigle vole très haut dans le ciel et regarde le soleil en face, tandis que le scorpion se traîne sur la terre loin de la lumière. Le scorpion doit donc être interprété comme un aigle qui est tombé. Et qu'est-ce qui a fait que l'aigle se transforme en scorpion ? Une orientation fautive de la force sexuelle qui, au lieu de s'élever de bas en haut, a pris le chemin inverse. Il appartient donc maintenant à chaque être humain de faire qu'en lui-même l'aigle reprenne la place du scorpion. 

Plusieurs fois par jour, arrêtez-vous pour vous analyser et voir ce qui prend la prépondérance en vous : l'esprit ou la matière. On ne peut pas supprimer la matière : nous avons un corps physique qui a besoin de manger, de boire, de prendre de l'exercice, de se détendre, de dormir, et nous ne devons pas lui imposer des privations inutiles, mais veiller à ce qu'il soit en bonne santé pour servir de point d'appui, de support à l'esprit. Mais ce n'est pas lui qui doit absorber tout notre temps et toutes nos énergies. Donc, surveillez-vous et quand vous vous rendez compte que la vie divine, la vie de l'esprit ralentit, que les besoins du corps physique, la faim, la soif, le désir sexuel, etc., sont en train de prendre le dessus, alors là, attention, soyez vigilant pour que cela ne dure pas. Quand votre corps physique s'épanouit et que vous sentez en même temps quelque chose qui s'éveille en vous, qui jaillit, qui brille : l'esprit, alors réjouissez-vous, car un jour c'est lui qui triomphera. Mais laissez-lui de plus en plus les possibilités de dire son mot. 

De plus en plus les humains cherchent à faire sauter toutes les barrières de la morale sexuelle.

Ils ne savent pas, ces ignorants, qu’un tel désordre est en train de brûler leurs énergies divines. C’est comme un brasier qu’ils entretiennent de la substance même de leur être; impossible d’offrir à ce feu le bois des voisins ou les arbres de la forêt: il se nourrit de leurs propres réserves, de leur propre combustible, de leur propre quintessence. Pour se maintenir chaque jour comme ils le font dans ces effervescences et ces éruptions volcaniques, ils sont obligés de brûler leurs énergies les plus précieuses. Chaque fois, sans le savoir, ils perdent une partie de leur intelligence, de leurs forces, de leur beauté. Et c’est cela qu’ils appellent être libre !