Merci de votre visite

vendredi 13 septembre 2013

L' HOMME : par Peter DEUNOV


Alors Jésus sortit, couronné d'épines et vêtu d'un manteau de pourpre. Et Pilate leur dit : "Voilà l'Homme !" Pourrait-on dire de vous, si vous vous présentiez aux regards du monde : "Voilà l'Homme !"

Pour être digne de ce nom, il faut que l'homme ait en lui quatre qualités : il doit être riche, il doit être fort, il doit être intelligent, il doit être bon. On ne peut appeler riche que celui qui a une âme riche, une intelligence riche, un cœur riche et une forte volonté. Et seulement l'homme qui sert Dieu est riche dans le plein sens du mot. Il n'y a que l'homme de l'amour, l'homme de la vérité, qui puisse être qualifié de fort. Le fort est au-dessus de toutes les conditions. Mais je n'appelle pas fort celui qui tue les autres.

L'homme fort est celui qui peut faire de ses ennemis ses amis. Aussi ne se défend-il pas. Il ne lutte pas pour ses droits. Il n'y a que le faible qui lutte pour ses droits. Et lorsque l'homme fort, l'homme héros se voit cloué au pilori à cause de la vérité, il supporte cette infamie, les sarcasmes, la malveillance et toutes les accusations avec une grandeur d'âme admirable. Voilà l'Homme ! Voilà Jésus !

Ce nom, dans la langue primitive où il fut prononcé, signifie : l'homme qui vient sur la terre, le frère de ceux qui souffrent. Et ainsi, dans le sens étendu du mot, on peut appeler "Jésus" chaque être qui souffre et qui supporte ses souffrances en héros. "Jésus", c'est tout âme humaine qui souffre, qui travaille à son salut. "Jésus", c'est l'un des points d'appui de l'homme. "Le Christ", c'est-à-dire l'homme qui a vaincu la mort, qui a triomphé de la mort, qui est ressuscité, qui sert Dieu et est prêt à laisser son âme en otage pour les autres, c'est l'autre point d'appui de l'homme. L'homme en tant que "Jésus" apprend le sens profond de la souffrance, ce processus divin par lequel il forme son caractère.

Car ce qu'il y a de plus précieux en l'homme, c'est son caractère. Il faut absolument qu'il passe par le feu de la souffrance ; et ce n'est qu'après être passé par ce feu et avoir soutenu toutes les épreuves, qu'il acquerra un caractère de réelle valeur, un caractère ferme, inébranlable. C'est alors seulement qu'il aura une demeure éternelle dans laquelle il pourra vivre. Par «caractère", dans le sens profond du mot, on entend ce quelque chose de supérieurement raisonnable que l'esprit de l'homme a gravé dans l'âme humaine, ce qu'il y a fait pénétrer très profondément. Le caractère, c'est un ensemble de vertus. Retenez ceci : cette force naturelle au dedans de l'homme et qui peut le rendre puissant, c'est la force de ses vertus. Les vertus sont un grand capital autour duquel les forces suprêmes de la Nature Vivante commencent à circuler. Voilà pourquoi lorsqu'on dit "Homme", on comprend la réunion de toutes les vertus. Celui qui ne représente pas un tel assemblage de vertus n'est donc pas vraiment un Homme.

L'homme d'aujourd'hui n'est pas encore arrivé à cet état. La nature animale a encore plus ou moins le dessus en lui. C'est à partir de maintenant que le véritable Homme se manifestera. L'homme actuel ne peut pas encore se dominer. Il y a encore bien des manifestations animales en lui. Tous les crimes que l'homme commet aujourd'hui sont dus à ce qui est animal en lui. Et il doit faire les plus grands efforts afin de se débarrasser de l'animalité, afin de la vaincre. Car l'Homme est un composé de vertus et non de crimes. Par lui-même, par son origine, par sa nature, l'homme est quelque chose de très grand.  Dieu en se limitant, a créé l'homme. Et cet acte de la création de l'homme causa l'apparition de la souffrance dans l'univers. Parce que toute limitation est accompagnée de la souffrance. L'homme est quelque chose d'auguste ! Si vous compreniez l'homme, si vous pouviez croire en lui, mais non en ce qui se voit au dehors, en ce qui se manifeste extérieurement, vous verriez combien l'homme est grand en vérité. Parce que ce qui se voit au dehors n'est que l'expression de certains sentiments, de certaines pensées et actions. L'homme n'est pas ce que l'on pense de lui aujourd'hui. Ce n'est pas uniquement un être matériel qui disparaît avec la mort. Ce qui meurt, ce n'est pas l'homme. Les mauvaises pensées, les mauvais sentiments, les mauvaises actions, voilà ce qui meurt en lui.

Si l'homme disparaissait avec la mort, il n'y aurait vraiment pas de quoi tellement philosopher à son sujet. Dans ce cas, il ne serait qu'une chose, un objet, un automate qui demain se réduirait en poussière. Qu'il faut que l'homme meure et disparaisse, c'est le premier mensonge qui se soit glissé dans le monde. Ce qui ne meurt pas, ce qui ne se décompose pas, ce qui ne disparaît pas, c'est cela qui est l'homme. Et cela ne peut ni vieillir ni se rajeunir.

Quand nous parlons de l'homme, nous entendons l'âme. S'il y a quelque chose de divin en l'homme, c'est précisément cette âme lumineuse qui pense. Enlevez-lui cette âme lumineuse et douée de raison, et vous n'aurez qu'un véritable animal dont il ne se distingue d'ailleurs en rien, mangeant, dormant, ayant tous les besoins et toutes les faiblesses de la bête. L'homme est une âme vivante qui a toutes les possibilités d'une vie éternelle, immortelle. Cette âme possède toutes les méthodes pour pouvoir travailler au dedans d'elle-même ; ces méthodes se trouvent déposées dans son cerveau, dans son corps, par lequel elle se manifeste. Aussi pouvons-nous dire : l'homme a en lui toutes les possibilités d'une vie supérieurement raisonnable. L'homme a en lui toutes les possibilités d'une vie d'amour. L'homme a en lui toutes les possibilités d'une vie dans la vérité.

Lorsque l'homme commence à réaliser toutes ces possibilités, il se transforme peu à peu, il passe successivement d'un état à un autre. Il monte les échelons l'un après l'autre : d'un homme ordinaire, il devient un homme de talent, puis un homme de génie, pour être ensuite un saint et enfin un Maître. Lorsque nous disons "Homme", nous n'avons pas en vue seulement cet être qui vit sur la terre.

L'Homme n'existe pas seulement sur la terre, pas seulement dans le système solaire. Il est dans tout l'univers étoile - dans tous les soleils, dans toutes les planètes. Les planètes et tes soleils sont peuplés d'êtres se trouvant à différents degrés d'intelligence. Il n'est pas important de savoir de quels corps ils se servent. Ce sont des êtres intelligents et ils appartiennent à une et même race humaine. Cette race se développe graduellement.Une grande partie des êtres humains peuplant les autres systèmes sont de beaucoup plus avancés que li'nomme parce qu'ils sont sortis bien avant lui de la suprême source primitive de la vie. Leur sagesse est si sublime que notre culture, comparée à celle de Sirius, par exemple, est encore dans ses langes. Les gens d'aujourd'hui, si on les compare aux habitants de Sirius, ne sont même pas des enfants. Mais l'homme est un éternel voyageur. La terre n'est et ne sera pas son unique demeure. Et l'être humain n'ira pas "au ciel" après avoir achevé son évolution terrestre. Il passera d'un système à l'autre de l'univers physique jusqu'à ce qu'il ait atteint son plein développement, la prochaine station de son champ d'activité sera précisément Sirius.

Il y a environ 250 milliards d'années que l'esprit humain est descendu sur la terre. II n'était pas alors en l'état où il se trouve aujourd'hui. Pendant ces 250 milliards d'années, il a passé par bien des formes et par bien des phases de développement. Et toute cette suite presque infinie de formes organiques que la Nature a créées, ne sont toujours que des états que l'esprit humain a traversés. Tout cela constitue une sublime école où l'esprit humain s'est instruit. Et toutes les connaissances qu'il a acquises pendant ces 250 milliards d'années sont inscrites dans cette petite tête, dans le cerveau qui y est logé. Du point de vue des êtres plus avancés cependant, du point de vue des anges, par exemple, l'homme n'est tout de même encore qu'un petit enfant, un enfant de deux ans et demi, car ces 250 milliards d'années ne représentent pour eux que la courte période de deux ans et demi.

Aussi l'homme a-t-il encore beaucoup à apprendre. Et comme il a dû passer, il passera encore par d'innombrables formes et degrés de la vie. Les gens qui n'ont qu'une piètre idée de la vie, pensent que pour l'homme l'important est de naître et qu'alors tout est dit. Non, la naissance est un processus éternel, ininterrompu. L'homme naît un nombre innombrable de fois, passant de phase en phase, de force en force. Il est une chose aussi qu'il ne faut pas perdre de vue :

la question de la naissance et de la réincarnation est de la compétence de l'intelligence humaine éclairée ; elle n'est pas pour les intelligences ordinaires. L'homme s'instruit en même temps dans trois écoles. Sur la terre, c'est le corps qui s'instruit. Toutes les cellules de l'organisme remplissent certaines fonctions, et en le faisant, elles apprennent. L'âme s'instruit dans le monde spirituel et l'esprit, dans le monde divin. Voilà pourquoi l'idéal de l'homme est de se connaître lui-même, de connaître les anges, qui se manifestent en lui comme pensée claire et pure, et de connaître Dieu enfin, c'est-à-dire l'Amour. Puisque l'homme est lié aux anges, à ces êtres qui ont créé la pensée - ceux-ci le nomment "Manas", l'être de la pensée. La raison est un don que les anges firent à l'homme. Et ce qui le distingue de la bête, ce qui l'a fait se dresser sur deux pieds c'est sa raison.

Mais moi, je vous dis que l'homme est quelque chose de plus que ce qui pense. Le sublime dans le monde ne peut pas être pleinement défini. Retenez bien ceci : la première qualité d'un véritable homme est l'amour. L'amour est le divin en l'homme. Sans l'amour, il redevient un animal et est continuellement exposé à faire des fautes et des crimes. Celui qui n'a jamais aimé Dieu n'est pas encore vraiment un Homme. Il n'est pas encore "à l'image et à la ressemblance de Dieu". Aujourd'hui l'homme n'est pas à l'image et à la ressemblance de Dieu. Un homme qui peut te dépouiller, te faire violence, te bafouer, est-ce un homme ? Un homme qui était tout d'abord ton ami et a ensuite mal parlé de toi, est-ce un homme ?

D'ailleurs, lorsqu'on parle de l'homme comme étant l'image et la ressemblance de Dieu, il s'agit de l'homme dans sa manifestation primordiale, ou autrement dit, de l'Homme cosmique. Chaque homme, chaque âme humaine est un élément primitif du grand Homme cosmique. Comme tel, il a sa place strictement déterminée dans la Nature vivante et il y joue un rôle déterminé. Sans lui, l'univers ne peut se manifester dans la plénitude de son harmonie. Et voilà pourquoi chaque homme a ici sur terre sa tâche déterminée à remplir. Sans lui, la vie n'est pas possible. L'apparition de tant de millions d'âmes dans le monde n'est rien d'accidentel. Et ainsi, garde constamment dans ton esprit cette pensée : L'homme est la créature la plus sublime sur la terre. Réjouis-toi de porter le nom d'homme. Tâche de faire honneur à ce nom.

Et n'oublie pas ceci : en tant qu'esprit, âme, intellect et cœur tu es un élément important dans l'univers - sans toi il ne peut se manifester dans sa pleine harmonie. Tu ne sais pas encore ce que tu es. Il y a des forces qui dorment encore en l'homme ; aussi doit-il travailler et en faire ensuite un emploi judicieux. Lorsque l'homme se lie à Dieu, toutes ses forces et capacités latentes se réveillent en lui. Et quel est l'homme vraiment uni à Dieu ? C'est celui qui est prêt à tout Lui sacrifier.

L'homme qui veut dignement porter ce nom doit être d'une honnêteté absolue, d'une bonté absolue ; il doit être supérieurement intelligent et raisonnable et d'une noblesse absolue. Un homme n'est vraiment honnête et noble que s'il se réjouit du bien d'autrui comme du sien propre. L'homme vraiment honnête ne lutte pas au dehors pour rétablir son honneur. Il sait que d'après la haute morale qui règne dans le monde, l'honneur ne se rétablit pas au dehors. Aucun tribunal, aucune société, aucune religion, rien n'est en état de rétablir l'honneur d'un homme ; lui seul peut le faire. L'homme vraiment doué de raison, par quoi se distingue-t-il ? Il ne s'occupe jamais du passé, comme il ne s'occupe pas non plus de l'avenir. Il s'occupe du présent. Par "le présent", j'entends ce qui éternellement divin. L'homme raisonnable ne s'arrête pas à tout ce qui lui vient à l'esprit, mais à ce qui est juste. Il n'y a que les sots qui pensent à tout ce qui leur passe par la tête.

Chez l'homme raisonnable il y a une disposition d'âme toute particulière : il ne veut de mal à personne, il pense bien de tout le monde et ne se venge jamais. Car il sait que l'homme ne peut être parfaitement raisonnable s'il n'est pas d'une moralité absolue. Il sait que la morale, c'est la stabilité, c'est ce point d'appui d'où la raison commence à se projeter. L'homme intelligent s'appuie toujours sur sa raison qu'il considère comme un don infiniment précieux que lui firent les anges afin de lui être un soutien dans la vie. Et il sait qu'il n'y a que l'homme vraiment raisonnable qui puisse être libre. Cette haute raison, dans le sens profond du mot, est une qualité propre au saint, à l'homme de génie. Et voici donc ce qu'il faut retenir : il n'y a que l'homme vertueux qui puisse être intelligent dans le sens absolu du mot.

Et tous ceux qui pratiquent la vertu sont humbles - dans le sens que le Christ attribue à ce mot - et ces hommes sont les plus grands, les plus forts. D'après moi, la qualité la plus sublime que l'homme puisse posséder est l'humilité. Ce n'est pas de la faiblesse. L'homme humble est l'être le plus souple, le plus plastique du monde. Il peut tout supporter - les maladies, la pauvreté, même la mort. En réalité, tout cela n'existe pas pour l'homme humble ; et quoi qu'il lui arrive, il reste tranquille et calme et dit : "Dieu qui vit en moi ne meurt pas. Dieu qui vit en moi ne peut être pauvre".

Retenez donc ceci : l'homme faible, pusillanime n'est pas humble. L'homme de la vertu est le seul qui soit humble. Et lui seulement est l'homme vraiment fort. L'homme humble, au vrai sens du mot, est l'homme à l'esprit puissant. Vous demandez pourquoi vous êtes venus sur la terre. Je vous réponds :

Pour manifester l'Amour divin, la Sagesse divine, la Vérité divine, la Justice divine, la Vertu divine. Vous êtes venus pour manifester toutes ces vertus, pour manifester tout ce qui est déposé dans vos âmes de toute éternité. Et sachez que la destination de l'homme est sublime. L'homme est né pour gouverner tous les êtres, pour régler les éléments, pour organiser la terre. Il doit devenir un bon maître. Mais il ne peut le devenir que s'il comprend ce que Dieu a déposé en lui. Il doit connaître ses différents corps, ses vêtements. Il doit savoir ce qu'est cette matière primordiale dans laquelle fonctionne sa pensée. Il doit dominer tous les éléments. Il doit dominer la terre, l'air, l'eau, la chaleur, la lumière. Il doit contrôler tous les "mauvais esprits". Et il ne peut les contrôler que s'il a surmonté leurs faiblesses. Le Christ veut être aidé maintenant par de tels hommes, par des hommes qui savent bâtir d'après toutes les règles de la science divine, par des hommes dans l'esprit desquels le bien du royaume de Dieu prime tout le reste.

La souveraine Vie a besoin d'hommes qui sont "nés de nouveau", qui ont vu le "royaume de Dieu". Et n'oubliez pas que celui qui veut voir le royaume de Dieu doit avoir les yeux purs. Quand je dis «des yeux purs», j'entends un cœur pur. Par "cœur pur", j'entends une claire intelligence. Par "claire intelligence", j'entends une âme noble. Par "âme noble", j'entends un esprit aimant, issu du Dieu de l'Eternité. Celui qui est "né de nouveau" est lié à tous les mondes supérieurs, à tous les êtres des hiérarchies plus élevées. Il est vrai comme la Vérité même, sage comme la Sagesse même, aimant comme l'Amour même. Dans l'Ecriture, il' est dit d'un tel homme, de l'homme "né de Dieu", qu'il ne "pèche pas". Et en vérité, l'homme né de Dieu a l'âme pleine d'un si sublime amour, et de cette âme jaillit une si riche source d'amour que pour lui il n'existe plus aucune contradiction.

Vous êtes-vous trouvés auprès d'un tel homme pour voir quelle paix, quelle tranquillité, quelle joie régnent en lui ?

Le cœur, l'intellect, l'âme et l'esprit d'un tel homme sont en pleine harmonie avec Dieu. Si l'on y réfléchit plus profondément, on en vient à conclure qu'un tel homme est l'ensemble de beaucoup d'âmes supérieurement intelligentes, géniales. Cela se rapporte également aux poètes, aux musiciens, aux peintres réellement grands. Pour qu'un grand poète, ou un grand musicien, ou un grand peintre puisse se manifester, il faut que des milliers d'âmes douées et de haute raison, que des milliers d'âmes géniales se rassemblent et forment un tout. Et ainsi, de "fils de la pensée", l'homme devient le "fils bien-aimé de l'Amour". Ainsi il devient Fils de Dieu. Et la plus auguste situation que l'homme puisse avoir par rapport à Dieu, c'est d'être Fils de Dieu. Etre Fils de Dieu, être le serviteur du Très-Haut qui a tout créé, c'est être admis à sentir battre le pouls de l'univers, à en admirer avec délice la merveilleuse beauté et à en entendre dans un saint ravissement la majestueuse et sublime harmonie.

Toi qui aspires et travailles à devenir Fils de Dieu, pose-toi pour idéal d'avoir :
Un cœur pur comme le cristal.
Une intelligence claire comme le soleil.
Une âme vaste comme l'univers.

Un esprit puissant comme Dieu et un avec Dieu.