Merci de votre visite

dimanche 1 septembre 2013

La deuxième naissance : Divinisation, de Omraam


Comme nous l’avons vu, ce qui a été écrit dans les Evangiles sur la naissance de Jésus peut ne pas être vrai du point de vue historique, mais c’est absolument vrai du point de vue symbolique et c’est cela l’essentiel, car cette naissance peut se produire dans chaque être humain. C’est ce que l’on appelle la deuxième naissance, et c’est Jésus lui-même qui l’a mentionnée dans un des passages les plus mystérieux, où un pharisien nommé Nicodème vient une nuit lui rendre visite. 

« Il lui dit : Rabbi, nous savons que tu es un docteur venu de Dieu, car personne ne peut faire ces miracles que tu fais, si dieu n’est pas avec lui. Jésus lui répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu. Nicodème lui dit : Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer dans le sein de sa mère et naître ? Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : il faut que vous naissiez de nouveau. Le vent souffle où il veut et tu en entends la voix, mais tu ne sais ni d’où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme né de l’Esprit ».

Pour venir au monde, l’être humain a besoin d ‘une mère et d’un père physiques, et pour entrer dans le Royaume de Dieu, il a besoin d’une mère et d’un père spirituels. Entrer dans le Royaume de Dieu est donc une naissance, la nouvelle naissance, et cette naissance, dit Jésus, ne peut se produire que grâce à notre mère, l’eau, et à notre père, l’esprit, c’est à dire le feu, car symboliquement l’esprit est représenté par le feu. De même que la naissance d’un enfant est le résultat du travail que le père a fait sur la mère, de même l’entrée dans le Royaume de Dieu est le résultat du travail du feu sur l’eau.

Dans le langage des symboles, le feu représente donc l’esprit, et l’eau représente la matière primordiale. L’eau et le feu sont l’expression des deux grands principes masculin et féminin qui se manifestent du haut en bas de la création. Quand le feu et l’eau travaillent ensemble, ils produisent une énergie et cette énergie est une puissance qui peut être utilisée. Les humains ont fait avec la machine à vapeur une découverte formidable, essentielle, mais ils ne l’ont mise en application que dans le plan physique pour faire fonctionner des machines, ce qui est encore peu de chose. Les deux principes masculin et féminin du feu et de l’eau sont représentés en nous par l’intellect et le cœur, ou encore à un niveau supérieur, par l’esprit et l’âme. Pour entrer dans le Royaume de Dieu, nous avons besoin de ces deux principes ; le principe masculin seul ne suffit pas, et le principe féminin seul ne suffit pas non plus. Pour travailler, nous avons besoin des deux.

Dans les quelques mots de la réponse de Jésus à Nicodème, il a montré qu’il possédait lui aussi cette science de l’eau et du feu, qui est la science des deux grands principes cosmiques masculin et féminin.

Tout le monde sait ce qu’est la première naissance. C’est la venue au monde d’un enfant conçu par un père et une mère physiques. Et lorsqu’il arrive, il est en possession de tous les organes qui lui permettront de poursuivre sa vie terrestre. Pour subsister sur la terre, on a besoin de respirer, de manger, de saisir les objets, de marcher, de parler… et la nature nous a donc donné les poumons, la bouche, l’estomac, les bras, les jambes, les cordes vocales etc… La première naissance, si vous voulez, c’est notre entrée dans le monde physique que nous devons étudier, où nous devons travailler pour nous développer. Mais cela ne suffit pas ; il existe un autre monde qui est pure lumière, pur amour, pure beauté, et dans ce monde aussi nous devons pénétrer un jour pour l’explorer, entendre sa musique, sentir ses parfums, contempler ses fleurs, ses arbres, ses lacs, ses montagnes… Vous direz : « Ce monde contient aussi tout cela ? » Oui, puisque le monde d’en bas, qui est le nôtre, est à l’image du monde d’en haut, c’est que, sous une autre forme, toutes les beautés du monde visible existent aussi dans le monde invisible.

Comme la naissance physique, la deuxième naissance nécessite aussi une conception, et cette conception se fait dans le monde spirituel ; l’esprit s’unit à la pure matière pour concevoir un enfant divin. Et quand l’enfant est né dans le monde spirituel, lui aussi il peut respirer, bien sûr, marcher, parler, travailler. C’est cela, la deuxième naissance ; pouvoir entrer et vivre dans un univers d’une autre dimension. Vous direz : « Mais est-ce moi qui nais une deuxième fois, ou un autre qui naît en moi ? » En réalité, que ce soit vous ou lui, c’est la même chose. Mais on peut dire que c’est vous qui naissez puisque vous sentez que vous avez une autre conscience, d’autres pensées, d’autres sentiments ; et vous entrez dans un monde qui existe de toute éternité, mais où vous ne pouviez pas encore pénétrer, puisque vous n’étiez pas encore « né une deuxième fois ».

Quand l’âme est l’esprit s’unissent, ils mettent au monde un germe qui se développe comme une conscience nouvelle, et c’est cette conscience qui nous ouvre les portes du Royaume de Dieu. Cette conscience nouvelle se manifeste comme une lumière intérieure qui chasse les ténèbres, comme une chaleur tellement intense que, même si le monde entier vous abandonnait, vous ne vous sentez jamais seul, comme une vie abondante que vous faites jaillir partout où vos pieds vous portent, comme un afflux de forces que vous consacrez à l’édification de votre être intérieur, comme une joie aussi, une joie extraordinaire de vous sentir en liaison avec toutes les âmes évoluées de l’univers, une joie de faire partie de cette immensité… et la certitude que personne ne peut vous enlever cette joie. Dans l’Inde, on appelle cet état la conscience bouddhique, et chez les chrétiens on l’appelle la naissance du Christ.

Vous pouvez maintenant mieux comprendre encore pourquoi on dit que le véritable Initié est androgyne, c'est-à-dire un être qui possède en lui-même les deux principes masculin et féminin en parfaite harmonie. Pour faire naître en lui l’enfant divin, il faut qu’il soit à la fois père et mère, homme et femme ; en tant que père, il déclenche le processus de la conception, et en tant que mère il déclenche le processus de la formation ; il forme et nourrit l’enfant. Un Initié est un être de plénitude, rien ne lui manque, car il possède les deux principes.

La naissance du principe divin est un événement intérieur tellement exceptionnel que s’il vous est donné la grâce de le vivre un jour, vous ne pouvez pas vous y tromper. C’est comme si le Ciel était là ouvert devant vous, et vous sentez la présence d’un autre être qui vous soutient, vous éclaire, vous protège, vous réjouit. Même dans les circonstances les plus terribles, au moment où vous êtes le plus découragé, vous sentez que cet être est là et qu’il vous aide ; oui, c’est la sensation d’une présence, d’un contact qui n’est jamais coupé. Comme si vous aviez auprès de vous, en vous, une flamme qui ne s’éteint jamais. Au moment où vous en avez besoin, elle vous donne toute sa lumière et sa chaleur, mais en attendant, vous sentez qu’elle est toujours là, comme une veilleuse.

La deuxième naissance, c’est la naissance dans le monde divin, et cette fois, c’est l’homme lui-même qui décide de naître et qui le fait grâce à ses propres efforts. Pour naître dans le plan physique on ne vous a pas demandé votre opinion ; ce sont d’autres qui vous ont appelé, qui vous ont façonné ; cela ne dépendait pas tellement de vous. En réalité, si d’une certaine façon, cela dépendait de vous, car votre destinée est décrétée par les Vingt-quatre Vieillards d’après la manière dont vous avez vécu vos existences antérieures, mais enfin, disons que ça aujourd’hui pour simplifier les choses. Tandis que pour la deuxième naissance, c’est vous qui êtes vraiment responsable, c’est vous qui décidez de naître dans le monde de la lumière ; consciemment, patiemment, intelligemment, vous vous façonnez une autre conscience pour naître dans le Royaume de Dieu.

« Si un homme ne naît pas d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le Royaume de Dieu », cela veut dire qu’on ne peut renaître si on ne possède pas en soi les deux principes du père et de la mère. La mère, c’est l’eau, c’est l’amour de votre cœur sublimé par l’âme. Le père, c’est le feu, c’est la sagesse de votre intellect sublimé par l’esprit. Si vous ne possédez pas ces deux principes ; l’amour qui est le principe féminin et la sagesse qui est le principe masculin, vous ne pouvez pas renaître. Un enfant sous-entend toujours un père et une mère… Eh bien, sans l’amour et la sagesse, les parents manquent et l’enfant ne naîtra jamais. Vous êtes déjà né une fois, c’est entendu, mais vous n’êtes pas encore né de l’amour et de la sagesse. Pour naître une deuxième fois, il faut un père et une mère plus élevés, plus évolués que le père et la mère physique : il faut l’amour et la sagesse, et l’enfant qui naîtra sera la vérité, le Royaume de Dieu dont parle Jésus.

Vous direz : « Comment ? La vérité, c’est le Royaume de Dieu ? Mais ce n’est pas ainsi que les philosophes et les théologiens la présentent ». Je sais, on a donné de la vérité toutes sortes de définitions qui n’ont réussi qu’à embrouiller la question. Il est impossible de dire ce qu’est la vérité, car elle n’existe pas en tant que telle ; seuls existent la sagesse et l’amour. C’est pourquoi tant de gens qui prétendent posséder la vérité sont en réalité dans l’erreur, on le voit bien à ce qu’ils ne se manifestent ni avec sagesse ni avec amour. C’est le comportement qui révèle si un être est dans la vérité, non les théories et les élucubrations qu’il présent aux autres. Celui qui agit avec amour et sagesse est dans la vérité, et même s’il ne dit rien, tout le monde un jour ou l’autre finira par le sentir. Quant à ceux qui se plaignent que la vérité est difficile à connaître, je répondrai que non. S’ils veulent sincèrement la trouver, ils n’ont qu’à progresser dans l’amour et la sagesse. Oui, que ce soit bien clair ; vous ne trouverez jamais la vérité comme un élément isolé, car elle ne peut se concevoir indépendamment de l’amour (c'est-à-dire du cœur et de l’âme) et de la sagesse (c'est-à-dire de l’intellect et de l’esprit). C’est votre amour et votre sagesse qui vous mettront dans la vérité, le Royaume de Dieu.


Si la vérité reste une question tellement obscure, c’est parce qu’on la considère comme une abstraction. Or, la vérité, c’est le monde dans lequel nous sommes plongés, nous sommes liés à elle, nous ne faisons qu’un avec elle, il n’est pas possible de nous séparer d’elle. Nous vivons dans la vérité, nous la mangeons, nous la respirons, et il faut donc cesser de penser qu’elle va venir de l’extérieur. Celui qui s’attend à rencontrer quelque chose d’extérieur dont il pourra dire ; « Voilà la vérité », se trompe. La vérité, on peut seulement s’approcher d’elle en étudiant l’amour et la sagesse et en cherchant à les manifester. Chaque fois que vous introduisez dans vos pensées et vos sentiments les éléments de l’amour et de la sagesse, vous faites un pas de plus vers la vérité, vous touchez un certain aspect, vous atteignez un certain degré de la vérité. Et ces aspects, ces degrés sont en nombre infini ! La vérité, il faut l’avoir trouvée et en même temps continuer à la chercher ; c'est-à-dire qu’il faut s’attacher une fois pour toutes à ces deux principes irréfutables de l’amour et de la sagesse, et en même temps il faut toujours continuer à chercher les formes les plus convenables pour mettre ces deux principes en application. C’est ainsi qu’un jour vous sentirez que vous êtes en train de naître une seconde fois.