Merci de votre visite

lundi 30 septembre 2013

La rupture de l’équilibre cosmique


En s’incarnant sur la terre, l’être humain quitte nécessairement la demeure de son Père et de sa Mère célestes. Mais quitter leur demeure ne signifie pas que le lien qui l’unit à eux est rompu. Son  Père et sa Mère ne l’ont pas laissé partir comme ça, seul et démuni, Ils lui ont donné les moyens de rester en communication avec eux, et ces moyens sont l’esprit –masculin- et l’âme –féminine-. Eh oui, mais l’âme et l’esprit sont des entités vivantes, ce ne sont pas des objets inertes comme une corde ou une chaîne ; et pour rester lié au Père céleste et à la Mère divine, l’être humai a un travail à faire avec la sagesse (principe masculin) et l’amour (principe féminin) qui sont les deux attributs divins dont découlent tous les autres. Et comme l’attraction ne se fait qu’entre pôles opposés, l’âme doit se lier au Père céleste en travaillant avec la sagesse, et l’esprit se lier à la Mère divine en travaillant avec l’amour.

Par l’amour, notre esprit garde le contact avec sa Mère, par la sagesse notre âme garde le contact avec son Père, et c’est ainsi qu’ils peuvent ensuite communiquer leur lumière à notre intellect et à notre cœur. Sinon, privés de cette lumière, l’intellect et le cœur répètent la faute d’Adam et Eve au Paradis. Eve a écouté les promesses trompeuses du serpent, animal terrestre lié aux puissances infernales, et elle a entraîné Adam, plus faible qu’elle ; de même le cœur, séduit par les promesses de plaisirs égoïstes, entraîne dans les ténèbres l’intellect plus faible que lui. Oui, le cœur des humains est toujours plus fort que leur intellect.

Adam et Eve en nous ne peuvent s’associer et faire un bon travail qu’à condition de rester fidèle à leur Père et à leur Mère, la Sagesse et l’Amour divins. Lorsqu’Eve écouta Samaël, elle abandonné son Père, la sagesse, pour le suivre ; et Adam, en l’imitant, a quitté sa Mère, l’amour, pour se lier à Lilith. Cela signifie qu’au moment où  le cœur et l’intellect ne reçoivent plus la véritable sagesse et le véritable amour par l’intermédiaire de l’esprit et de l’âme, ils sont voués aux puissances des ténèbres. La leçon à tirer de ce récit symbolique, c’est que nous ne devons pas quitter notre ciel intérieur où vivent nos vrais parents, nos parents divins. Le ciel symbolise tout ce qui jaillit, fleurit, mûrit sans cesse, et ceux qui abandonnent leurs parents célestes en s’imaginant que dans cette indépendance ils trouveront le bonheur, ne trouvent en réalité que la limitation, le froid, l’obscurité, Ils quittent leur Père, la pensée juste, la sagesse, ils quittent leur Mère, les sentiments d’amour pur, pour leur substituer une épouse ou un époux tout à fait ordinaire. Et que sont cet époux et cette épouse ? Les tentations de la matière, le goût des plaisirs, l’ambition sociale et toutes les compromissions auxquelles ils sont prêts, parce que leur cœur et leur intellect les poussent à rechercher la facilité.

Combien de fois, dans leur vie, les humains reproduisent-ils ce péché d’Adam et d’Eve ! Leur cœur et leur intellect se soutiennent l’un l’autre dans des entreprises qui, n’étant inspirées ni par la sagesse ni par l’amour véritables, les entraînent dans des aventures douloureuses. On les voit perdus, désemparés, et ils appellent au secours comme l’enfant égaré dan la foule, qui pleure ; « J’ai perdu maman… J’ai perdu mon papa ». Eh oui, combien en sont encore là ! L’histoire d’Adam et Eve est une description des processus psychiques qui se déroulent en chacun de nous, que nous soyons homme ou femme. Lorsque nous ne lions plus notre intellect et notre cœur à notre âme et à notre esprit qui sont les reflets de l’Esprit cosmique et de l’Ame universelle, nous sommes attirés par les régions inférieures et nous tombons. C’est  la « la chute ». C’est donc à nous de faire des efforts pour ne pas abandonner le ciel, le jardin d’Eden, car si nous ne nous accrochons pas solidement en haut, c’est le bas qui nous engloutira.


Certains diront que tout cela est bien obscur. Au contraire, c’est très clair. L’obscurité vient de ce qu’ils ne sont pas encore habitués à réfléchir et à raisonner d’après les grands symboles universels. Maintenant, s’ils préfèrent en rester à cette histoire d’un homme et d’une femme dans un jardin avec un serpent et une pomme, s’ils trouvent que c’est plus compréhensible et meilleur pour leur évolution, je n’ai rien contre, ils sont libres !