Merci de votre visite

samedi 28 septembre 2013

Les constellations zodiacales




Les progrès des sciences et des techniques ont extraordinairement élargi notre connaissance de l’univers, mais le système solaire reste notre demeure. Il se définit comme un espace qui a pour centre le soleil ; autour du soleil gravitent les planètes et l’espace est théoriquement limité par le cercle des douze constellations zodiacale. Le zodiaque représente symboliquement l’étendue que Dieu, au commencement, a délimitée pour créer le monde. C’est pourquoi dans la succession des douze constellations (Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau, Poissons) on peut découvrir les différentes étapes de la création.

Malgré les progrès de l’astronomie et de l’astrophysique, il est probable que nous ne percerons jamais les secrets de la création. Mais même si notre vision de l’univers s’est considérablement élargie et devrait s’élargir encore, l’étude du zodiaque présente et présentera toujours le même intérêt, parce que les structures, les processus qu’on y observe se répètent à tous les niveaux de la création. Et c’est cette analogique dans les structures et les processus qui souligne justement l’unité d la création. Je vous l’ai dit, le Créateur a laissé partout sa « marque de fabrique » ; un atome présente la même structure qu’une cellule et une cellule la même structure que le système solaire. Et parce que les événements qui se produisent à l’extérieur de nous se produisent aussi en nous, le zodiaque restera toujours une clé pour l’interprétation des processus qui constituent la vie de l’homme et de l’univers.

Le Bélier donne la première impulsion ; c’est l’énergie qui jaillit avec impétuosité du sien du chaos primordial. A cette énergie qui veut se manifester, le Taureau apporte la matière qui n’est encore qu’une masse informe d’éléments indifférenciés. Vous avez vu des chantiers de construction ; tous les matériaux sont là entassés ; eh bien, c’est l’étape du Taureau. Mais avec ces matériaux il faut réaliser quelque chose. C’est pourquoi les Gémeaux commencent à établir un réseau de communications pour que le travail puisse vraiment commencer ; ce sont les échelles, les brouettes, les poulies, les grues qui transportent les matériaux d’un point à l’autre du chantier.

Quand le Cancer arrive, il établit des fondations, une base solide. Dans la nature, cette base, c’est le germe, le noyau vers lequel convergent les divers éléments qui vont contribuer à son développement. Sur ce noyau, le Lion se met à travailler en introduisant une force centrifuge. Il augmente la chaleur et l’intensité du mouvement jusqu’au moment où se produit une explosion ; la matière en fusion éclate et se projette dans l’espace. Alors la Vierge arrive et déclare qu’il faut imposer des limites) cet univers en expansion fonde  l’organiser ; elle se met donc au travail, et chaque chose trouve sa place. Mais mettre de l’ordre ne suffit pas, il manque un élément d’esthétique, d’harmonie, et la Balance apporte cet élément. C’est le septième jour (le septième signe) et le travail s’interrompt momentanément pour que les ouvriers puissent se reposer et se divertir.

Dans ce climat de réjouissance, certains ouvriers deviennent négligents et se laissent aller à la paresse. C’est ainsi qu’avec le Scorpion des éléments de désagrégation commencent à s’introduire et voilà des troubles, des hostilités. Vient alors l’heure du Sagittaire qui possède le don de réconcilier les êtres entre eux et de les lier au Ciel ; il canalise ce trop-plein d’énergies bouillonnantes pour les orienter (l’arc et la flèche tenus par le Centaure qui en est le symbole) et les faire servir à une activité supérieure. Maintenant, ce monde bien ordonné, dont les rouages fonctionnent parfaitement, a tendance à se figer sous l’influence du Capricorne ; il se matérialise et la vie commence à le quitter. Alors, pour l’arracher à la paralysie, le Verseau met en action les courants puissants du renouveau de l’esprit. Enfin, quand arrivent les Poissons, ils étendent la paix sur le monde. Dans cette paix, les tensions se relâchent, la matière se dilue jusqu’à ce que les êtres et les choses se fondent et retournent dans l’océan des origines.

Mais dans cette succession des constellations zodiacales on ne lit pas uniquement les différentes étapes de la création du monde. Les anciens sages qui avaient compris  que le microcosme (l’homme) est le reflet du macrocosme (l’univers), ont établi les relations qui existent entre les constellations zodiacales et les différentes parties du corps humain. Au Bélier, ils associent la tête ; au Taureau, le cou ; aux Gémeaux, les bras et les poumons ; au Cancer, l’estomac ; au Lion, le cœur ; à la Vierge, les intestins et le plexus solaire ; à la Balance, les reins ; au Scorpion, les organes génitaux ; au Sagittaire, les cuisses ; au Capricorne, les genoux ; au Verseau, les mollets ; aux Poissons, les pieds.

L’être humain porte donc en lui l’empreinte du zodiaque, mais l’influence des constellations ne s’arrête pas là. Une fois incarné dans le plan physique, il doit suivre une certaine évolution : il grandit, il vieillit et il meurt ; et cette évolution, qui ne dépend pas de lui, est déterminée par la succession des douze signes.

1.      Le tout petit enfant qui vient de naître se manifeste par le mouvement. il gesticule, il essaie de toucher et de prendre tout ce qui se trouve à sa portée. Si quelqu’un s’approche de lui, il lui tire les vêtements, les cheveux ou la barbe, et il lui donne même des coups. Mais tous trouvent que l’enfant est adorable, même s’il fait des bêtises. Voilà le Bélier, le jaillissement des forces.

2.      L’enfant grandit et son entourage ne pense qu’à pourvoir à ses besoins ; le nourrir, le vêtir, lui apporter des jouets, des bonbons, des images. C’est le Taureau, les biens matériels.

3.      Maintenant, il est temps qu’il s’instruise et on l’envoie à l’école. Il a de petits livres et de petits cahiers dans lesquels il apprend à lire et à écrire. Il observe, il pose des questions. Il est agile et prompt, il court toujours sur les chemins. Ses allées et venues entre la maison et l’école, où il fait ainsi connaissance avec d’autres enfants, représentent ses premiers petits voyages. Ce sont les Gémeaux, les études, les relations, les petits déplacements.

4.      Bientôt l’enfant devient un jeune homme, il rencontre une jolie jeune fille (tout au moins d’après son goût) et il se laisse aller à son imagination ; il rêve d’un foyer où il vivra avec sa bien aimée qu’il tente de présenter à ses parents. C’est le Cancer, le signe de la rêverie inspirée par l’image de la maison.

5.      Le voici marié et père de famille. Le soir, en rentrant du travail, il retrouve ses enfants et se réjouit de les voir ; leurs jeux sont un spectacle qu’il préfère à tous ceux du monde extérieur et il joue avec eux. Il prend de plus en plus conscience de sa position de chef de famille, et il est fier de se montrer avec sa femme et ses enfants. C’est là le signe du Lion, qui veut s’imposer devant son entourage, profiter des joies de l’existence et présenter partout ses créations, ses enfants.

6.      Maintenant, la vie est devenue difficile à la maison et au travail : les soucis et les charges s’accumulent. Le père essaie de faire face pour que sa famille ne manque de rien. Mais à la fin, complètement épuisé, il tombe malade. A ce moment-là, on lui conseille de faire attention à sa santé, d’avoir une vie plus équilibrée, etc. C’est la Vierge, qui est le signe du travail et des problèmes de santé.

7.      Avec le temps, les affaires s’arrangent, il a retrouvé la santé et un bon travail. Il se montre maintenant dans les réceptions accompagné de sa femme élégamment vêtue. Il commence à donner des conseils aux autres en leur disant ; « Faites ceci… ne faites pas cela… Moi aussi je suis passé par des difficultés, maintenant j’ai de l’expérience, je peux vous aider ». Et en effet, il donne des conseils de prudence, de mesure, il manifeste l’équilibre de la Balance.

8.      Il arrive parfois que, durant cette période, il s’aperçoive que sa femme porte de l’intérêt à d’autres hommes et qu’elle est aussi l’objet de leur attention. Il ne sait pas comment interpréter cette attitude et il s’irrite ; il lui fait de petites scènes, il est jaloux, car il a peur qu’elle le trompe et il la menace. Voilà le Scorpion, jaloux, agressif. D’autre part, il se révolte aussi contre l’ordre social qu’il trouve injuste, et il cherche les moyens de le transformer. Ce qui est encore une manifestation du signe du Scorpion.

9.      il est maintenant chef de bureau, haut fonctionnaire ou professeur respecté. Il veut connaître d’autres pays, leurs coutumes, leurs différents genres de vie et il fait de grands voyages. Il a aussi besoin de réfléchir sur le sens de sa vie et il  est de plus en plus attiré par les problèmes philosophies et religieux. C’est le signe du Sagittaire.

10. Il vieillit et il acquiert une grande réputation par sa position sociale et son autorité. Dans cette position, il se sent autorisé à porter des jugements sévères sur les êtres et les choses et il connaît peu à peu l’isolement ; C’est le signe du Capricorne.

11. Le moment arrive où il constate qu’il ne peut pas continuer à assumer un travail qui nécessite des forces qu’il n’a plus, et il décide de se retirer. Il cherche dans son entourage un homme plus jeune capable de le remplacer. Et puisqu’il est moins pris par son travail, il peut donner plus de temps à ses amis avec lesquels il s’entretient de questions spirituelles. C’est le Verseau.

12. Maintenant il s’affaiblit de plus en plus, et il se détache tellement du monde physique que la plus grande partie de son être est déjà ailleurs ; il ne pense ni aux biens matériels, ni aux richesses, mais à la manière dont il partira dans l’autre monde. Il fait un testament par lequel il se dépouille de tous ses biens. Quelque fois il est abandonné dans un hôpital. C’est le signe des Poissons, le signe du sacrifice, du renoncement et des épreuves.


Naturellement, ces indication correspondent à un schéma général, il ne s’agit pas de les prendre à la lettre. Pour chaque cas particulier on trouve des variations, des nuances, car la destinée d’un être est déterminée par ses vies antérieures. Ainsi, celui qui a mal vécu peut tomber très bas dans la période où il aurait dû, au contraire, se trouver au sommet. Un autre, arrivé à l’époque de la vieillesse, est incapable du moindre détachement et s’accroche à la vie et à ses possessions, parce qu’il n’a jamais pensé à travailler sur le renoncement et l’abnégation. Chaque destinée est particulière et il s’éloigne plus ou moins de ce schéma général que je viens de vous donner. Certaines phases sont traversées rapidement, tandis que d’autres ont une durée plus longue. Quoi qu’il en soit, chacun subit l’influence des douze constellations et doit être donc très attentif au moment où il franchit une nouvelle étape, sinon il s’ensuivra des conséquences préjudiciables pour ses incarnations futures.