Merci de votre visite

dimanche 10 novembre 2013

Le fleuve de la Vie Divine



De la Source à l’embouchure. Le fleuve qu’à contemplé saint Jean est, vous l’avez compris, le symbole de la vie qui jaillit étincelante et pure de la Source divine ; il descend de la séphira Kéther et traverse toutes les régions de l’espace pour nourrir, abreuver, vivifier les créatures qui les peuplent.

Et quand le fleuve de vie a traversé la dernière séphira, Mathouth, où va-t-il ? Il ne s’arrête pas, il continue à couler, et en descendant il va alimenter les régions ténébreuses, celles que les kabbalistes appellent les Kliphoth, et les chrétiens l’Enfer. Ces régions reçoivent encore quelques éléments de la vie donnée par Dieu, car la vie divine descend jusque dans les profondeurs les plus obscures. On peut dire que les Kliphoth représentent l’Arbre séphirotique inversé, le reflet ténébreux du monde de la lumière ; car tout ce qui existe dans la création possède sa face d’ombre. Cette idée est aussi exprimée d’une autre manière dans le Zohar par l’image de la tête blanche et de la tête noire ; au-dessus d’une étendue d’eau se dresse un visage très beau, très noble, dont le reflet inversé est un visage noir et grimaçant. Mais le haut et le bas, le lumineux et le ténébreux font partie du même fleuve de la vie cosmique.



Grand Symbole de Salomon
(Eliphas Lévi : Dogme et Rituel de haute Magie)

Celui qui fait l’ascension d ‘une montagne et qui découvre le lieu où un fleuve prend sa source, s’émerveille de la pureté de l’eau et de son goût délicieux. Puis, au fur et à mesure que cette eau descend vers la plaine, elle devient rivière, fleuve, et reçoit des saletés, des produits toxiques rejetés par les habitants qui vivent sur ses bords. Elle est maintenant imbuvable pour les humains, mais le bétail vient s’y désaltérer et les poissons continuent à s’y reproduire. Evidemment, je ne parle pas de ces eaux tellement polluées qu’aucun anomal ne peut plus y boire ni aucun poisson y vivre ; même la végétation commence à dépérir. Et pourtant, à ce degré de pollution encore, la vie ne disparaît pas absolument, il reste quelques animalcules, quelques plantes ou quelques algues. Oui, pure ou polluée, l’eau reste toujours l’eau et la vie reste toujours la vie. Mais entre la vie qui jaillit en haut, à la source, et la vie en bas où les créatures ont rejeté toutes leurs saletés, quelle différence.

D’après les régions qu’elle traverse, la vie possède telle sou telles propriétés. Toutes les créatures ne reçoivent donc pas la même vie du fleuve, cela dépend du lieu où elles se trouvent, plus près de la source ou plus près de l’embouchure ; Mais la vie, cette vie qui vient de Dieu, ne s’arrête jamais de couler et elle descend jusque dans les régions souterraines pour nourrir les créatures inférieures. La seule différence, c’est que ces créatures doivent se contenter de ce qui reste de la vie divine, et ce qui reste est sale, pollué, vicié. C’est le destin de toutes les entités souterraines ; elles doivent se contenter de grignoter les quelques épluchures qui tombent de la vie divine.

Quant aux humains, ils ont leur rôle à jouer dans la préservation de la vie, mais malheureusement ils ne le savent pas. Ils ne sont pas conscients du caractère sacré de la vie, ils salissent la vie de Dieu, l’eau de Dieu. Vous êtes étonné et vous vous demandez : « mais comment pouvons-nous salir la vie divine ? » Chaque fois que vous manquez de sagesse, d’amour, de désintéressement, c’est comme si vous jetiez des ordures dans la rivière du Seigneur. Quand on parle de la vie, il faut avoir conscience qu’en elle est comprise la totalité des existences. On ne sort pas du fleuve, on peut seulement se rapprocher de la source pour boire une eau plus pure, ou s’en éloigner ... Rien ni personne ne peut sortir de la vie. C’est de cette vie que toutes les créatures se nourrissent, et elles se nourrissent donc de la vie les unes des autres. Ne soyez donc pas surpris si je vous dis que, dans un plan ou dans un autre, chacun mange et est mangé.

Lorsque vous vous laissez aller à des pensées et des sentiments égoïstes, injustes, malveillants, c’est comme une nourriture que vous prenez dans les régions inférieures des plans astral et mental. En acceptant ces pensées et ces sentiments, vous les renforcez ; et vous ne faites pas que les renforcer : comme les pensées et les sentiments émettent aussi des ondes qui se propagent, vous projetez donc des effluves malsains dont se nourriront d’autres personnes et même les entités infernales ; Tandis que si vous vous efforcez d’entretenir en vous des pensées et des sentiments d’harmonie, d’amour, no seulement vous vous liez aux entités supérieures, mais cette nourriture divine ira nourrir d’autres créatures, des créatures lumineuses. Et c’est ainsi que vous vivrez en elles ; puisque vous les aurez nourris, vus vivrez en elles.

Oui, la vie est faite de transformations, de passages incessants d’une créature à l’autre ; Chacun absorbe la vie des autres et les nourrit en retour de sa propre vie. Alors, soyez vigilant en sachant que de vous seul dépend la nourriture que vous allez recevoir et celle que vous allez donner, de qui vous allez la recevoir et à qui vous allez la donner. Les créatures angéliques comme les créatures diaboliques peuvent nous nourrir ou se nourrir de nous. Vous direz : « Mais on nous a appris que les démons sont en Enfer ; il est impossible que nous nous nourrissions d’eux ou qu’ils se nourrissent de nous » Eh bien, oubliez un peu ce qu’on vous a appris. Comment imaginez-vous l’Enfer, et où croyez-vous qu’il se trouve ?... Il fait lui aussi partie du fleuve de la vie ; seulement il ne se trouve pas à la source, mais à l’embouchure, et lui aussi est alimenté par la vie divine. Dieu est la source de la vie, c’est Lui qui a tout créé, et rien ni personne n’existe en dehors de Lui. Tout être vivant vit de la vie de Dieu. Il faut donc accepter l’idée que ces êtres que l’on appelle les démons aient aussi reçu la vie de Lui. Car ils vivent, on ne peut pas le nier et si Dieu ne leur retire pas la vie, c’est qu’Il accepte leur existence….

La lumière, l’amour, la patience de Dieu alimentent toutes les créatures. Evidemment, celles qui ne restent pas auprès de Lui se privent de ses bénédictions. Mais ce sont elles qui se privent, ce n’est pas le Seigneur qui les leur refuse. Certains seront scandalisés par la façon dont je présent l’Enfer et les démons, mais il ne sert à rien d’être scandalisé, il faut raisonner. Si les entités ténébreuses ne tiennent pas leur vie de Dieu, qui la leur a donnée ? Ont-elles pu la créer elles-mêmes ? L’ont-elles reçue d’un autre Créateur ? Si Dieu n’est pas le seul maître de la vie, cela signifie qu’Il n’est pas non plus le seul maître de la vie, cela signifie qu’Il n’est pas non plus le seul maître de l’univers et Il n’est donc pas tout-puissant. Vous voyez dans quelles contradictions on finit par tomber ...

Alors comprenez que si les esprits infernaux tiennent leur vie de Dieu, ils se nourrissent aussi de la vie de Dieu, sinon ils ne pourraient pas subsister. Mais quelle nourriture reçoivent-ils ? En tout cas pas celle que reçoivent les anges, mais les épluchures, les déchets qui, au fur et à mesure que le fleuve s’éloigne de la Source, ont été rejetés par d’autres créatures ; car dans les épluchures il reste encore quelques particules de cette vie venue de très haut. Exactement comme dans les profondeurs des océans, on croyait qu’il n’y avait plus de vie, jusqu’au jour où on a découvert qu’elle se maintient là aussi.

Même si cette philosophie de l’unité est nouvelle pour vous, tâchez de faire l’effort de la comprendre. Aucune vie ne peut exister en dehors de Dieu, car s’il y avait une vie en dehors de Dieu, c’est qu’il y aurait un autre Créateurs, et nous aurions à ce moment-là le droit d’aller le chercher pour le servir ; puisque le premier ne serait pas tout-puissant, nous serions justifiés d’en chercher un autre.

La vie intérieure présente la même hiérarchie que la vie physique. L’âme de celui qui a de belles pensées et de beaux sentiments ne mange que des nourritures célestes. Tandis que celui qui est descendu dans les degrés inférieurs de la vie, parce qu’il n’est occupé que de ses rancunes, de ses convoitises, de ses désirs grossiers, celui-là s’appauvrit et il ne peut donc pas s’alimenter dans les meilleurs « restaurants » du monde spirituel. Il est comme un clochard obligé de manger ce que les autres ont rejeté, et dans le plan psychique il ne peut pas se former un corps lumineux parce que les éléments qu’il ramasse sont ternes et souillés. Donc, si vous ne voulez pas être obligé d’absorber les impuretés que d’autres ont rejetées, ne restez pas dans les régions inférieures, mais montez très haut. Voilà le grand secret de la vie spirituelle ; De même que vous devez aller très haut sur la montagne pour trouver de l’eau pure, de même vous devez aller jusqu’à la Source pour boire l’eau cristalline de la vie divine ; Il faut être riche de vertus pour se nourrir dans les restaurants célestes et pouvoir ensuite nourrir les autres aussi.


Dans le plan physique, un malfaiteur, un monstre peut manger la nourriture la plus succulente et la servir à ses invités. Mais dans le plan psychique, nous ne pouvons manger do donner à manger qu’une nourriture qui nous ressemble, car elle est en correspondance avec ce que nous sommes, nous, dans notre cœur, notre intellect, notre âme et notre esprit. Nous attirons ce qui est en affinité avec nous et nous donnons ce qui émane de nous. C’est donc à nous de savoir ce que nous voulons attirer et ce que nous voulons donner.