Merci de votre visite

mercredi 13 novembre 2013

Le grand cycle de la vie cosmique




Dieu seul tient la vie en son pouvoir, et sa générosité, son amour vont jusqu’à nourrir les créatures qui se détournent de Lui. Même si ce ne sont pas les meilleurs morceaux qui leur tombent du ciel, elles sont nourries.

Et de quelle façon interpréter encore cette générosité, cet amour de Dieu ? Comme un espoir, un espoir extraordinaire que même les créatures déchues, si elles reconnaissent leurs fautes et cherchent le salut, retourneront un jour vers Lui. Vous ne me croyez pas ? Mais c’est pourtant vrai. Et si des religieux fanatiques pensent que les « méchants » seront damnés, rejetés pour l’éternité dans un lieu qui s’appelle l’Enfer, c’est qu’ils sont des ignorants qui ne connaissent pas les desseins du Seigneur. Le Seigneur pense que même les créatures ténébreuses accepteront un jour la lumière et qu’elles s’assagiront ; sa patience est infinie et Il attend leur retour, Il n’est pas pressé. Vous vous demandez comment je sais tout cela ? Je le sais parce que je l’ai lu, tout simplement. Et où je l’ai lu ? Dans le grand livre de la nature vivante.

Le fleuve de vie qui naît à la source descend jusque dans les profondeurs des régions les plus obscures, et lorsqu’il est arrivé en bas, que croyez-vous qui se passe ? Il se purifie de tous les déchets qu’il a accumulés en chemin, car il existe dans l’univers des usines équipées de tamis et de transformateurs. Alors, à nouveau, sous une autre forme, cette vie retourne vers le haut. C’est un processus comparable à celui que l’on observe dans la nature ; l’eau qui arrive à la mer, sale, trouble et polluée, se vaporise sous les rayons du soleil et remonte dans l’atmosphère jusqu’au jour où elle redescendra à nouveau pure et légère sous forme de pluie, de neige, de rosée. Eh oui, voilà encore une page de ce livre de la nature que lisent les Initiés. A travers les phénomènes de la nature, Dieu s’exprime et révèle les secrets de la vie. Tout est écrit là, dans ce grand livre ; mais les humains préfèrent lire les livres de leurs semblables qui sont tout aussi limités qu’eux, ils ne savent pas étudier la nature. […]

Les rayons que le soleil envoie dans l’espace, c’est son sang. Et, comme le sang, ils sont remplis de tout ce qui est bénéfique et salutaire pour toutes les créatures ; Quand ces rayons, comme le sang, ont déposé leur charge de matériaux nutritifs, réparateurs, porteurs de guérison et qu’ils ont pris en échange toutes les impuretés, ils  s’en retournent. Mais ils ne s’en retournent pas directement vers le soleil, vers le cœur ; ils passent d’abord par les poumons du système solaire pour y être débarrassés de ces impuretés. La planète qui joue le rôle des poumons, c’est Jupiter, bien que certains astrologues lui associent plutôt le fie. Dans un autre domaine, le foie remplit en effet les mêmes fonctions que les poumons ; il nettoie et purifie aussi l’organisme de ses poisons ; En Bulgarie, le foie se dit : « techeren drob » qu’on peut traduire par poumon noir, et les poumons se disent ; « bel drob », c’est à dire poumon blanc. Vous voyez, c’est un rapprochement signification, puisque dans deux domaines, tous les deux sont chargés de la purification.

Si on associe les poumons à Jupiter, c’est à Saturne qu’on associe le foie. Mais comment Saturne qui régnait dans les poumons est-il descendu dans le foie ? Là, c’est la mythologie grecque qui peut nous éclairer. Après avoir détrôné son père Krosnos (Saturne), Zeus (Jupiter) l’a précipité dans le Tartare (les enfers)  et a pris sa place. Ce qui peut se traduire ainsi : Jupiter, qui s’est emparé du gouvernement des poumons, a précipité Saturne dans le foie ; et depuis, Saturne mène une vie souterraine, comme le foie qui, dans l’obscurité, au-dessous du diaphragme, travaille avec des matériaux vils, des déchets. Il y aurait beaucoup de découvertes à faire pour ceux qui s‘intéresse à la mythologie.

Mais revenons au soleil. Une fois que ses rayons ont parcouru l’espace pour nourrir et abreuver les planètes et les êtres innombrables qui les peuplent, ils s’assombrissent, perdent leur lumière ; ils se dirigent alors vers Jupiter qui les purifie, purification à laquelle participent aussi Saturne et la Lune ; puis ils retournent vers le soleil. Jusqu’au moment où, chargés d’amour, de sagesse et de vérité, le soleil les renverra à nouveau dans l’espace. C’est donc une circulation gigantesque qui se fait à travers tout le système solaire ; Le système solaire est un organisme vivant qui fonctionne grâce au soleil, ce cœur qui bat sans relâche pour l’alimenter. Voilà pourquoi le cœur a été pris comme symbole de l’impersonnalité, de l’activité désintéressée, de l’amour ; parce qu’il occupe en l’homme la place du soleil.

Si vous pouvez déchiffrer la signification de cette circulation de l’eau et des rayons du soleil dans l’espace, ainsi que de la circulation du sang dans notre corps, vous arriverez à une compréhension plus véridique de ce que les religions appellent l’Enfer. L’Enfer est un endroit très nécessaire ù va se déverser tout ce qui est mauvais et vicieux dans l’univers. Et là encore, un exemple. Que font les humains ? Ils ne vivent pas au milieu de =s ordures et des saletés, ils les mettent dans des poubelles, et dans des décharges, ou bien ils les brûlent dans des incinérateurs. Alors, si les humains ont trouvé des solutions pour se débarrasser des saletés, comment imaginer que l’Intelligence cosmique, elle, n’a rien pu trouver ? Eh bien, justement, elle a trouvé cet endroit que les chrétiens appelle nt l’Enfer et les kabbalistes les Kliphoth. L’Enfer est le dépôt de tous les matériaux de rebut. Mais comme pour la nature rien ne se perd, tout est utilisé, elle envoie ces matériaux souillés à la « station d’épuration », « aux usines de recyclage », et c’est ainsi que débarrassés de leurs impuretés ils servent pour d’autres créations. […]

Donc, tous les éléments impurs du plan psychique sont rejetés dans ce lieu appelé l’Enfer ; là, d’autres forces, d’autres esprits viennent les prendre pour les transformer. Comme dans ces stations d’épuration où les eaux sales et polluées qui arrivent d’un côté ressortent à l’autre extrémité purifiées, assainies ; L’Enfer n’est pas un lieu clos où ce qui entre ne ressort plus. Il y a des tuyaux, des canalisations par où ressortent les éléments qui ont été transformés en courants d’énergies pures. Vous êtes étonné ? Non, il ne faut pas être étonné, l’Enfer n’est pas un cul de sac qui n’aboutit à rien. Les courants du mal retournent par des chemins déterminés pour alimenter, arroser, fertiliser d’autres régions encore inconnues. Ce ne sont pas les mêmes éléments impurs qui s’accumulent et stagnent dans le lieu nommé Enfer. De nouveaux déchets arrivent sans cesse pour remplacer ceux qui ont été traités. Les esprits lumineux ne tolèrent pas les éléments qui ne vibrent pas à l’unisson avec l’harmonie cosmique et ils les projettent dans « les ténèbres extérieures », comme on dit ; Eh bien, c’est cela, l’Enfer : un lieu retranché de la lumière divine, mais d’où les matériaux ressortent pour être mis à nouveau dans les circuits de la vie.


C’est évident, on peut le constater : les images et les théories que l’Eglise a répandues sur  l’Enfer n’ont pas tellement aidé les chrétiens à se transformer. Pendant des siècles elles leur ont fait peur, mais est-ce que la peur est toujours un bon instructeur ? Je ne crois pas. Et puis, le moment finit toujours par arriver où les gens n’ont plus peur, et à ce moment-là ils font des plaisanteries pour tourner en ridicule les croyances qu’on a voulu leur inculquer. Combien d’anecdotes humoristiques circulent au sujet de l’Enfer ! Pourquoi l’Eglise n’a pas mieux instruit les fidèles, ça c’est une question, mais je ne veux pas me mêler des affaires de l’Eglise ; Je dirai seulement que celui qui aborde la Science initiatique dit le faire avec la conscience d’entrer dans les mystères du fleuve de la vie où il a beaucoup de choses à apprendre afin de connaître la vérité et de mieux travailler.