Merci de votre visite

samedi 7 décembre 2013

En finir avec nos peurs



Si vous êtes attaché à votre vie, au sens le plus large, même si vous êtes dans une démarche spirituelle authentique, vous avez peur.

C'est pas nécessairement une peur qui est liée à quelque chose que vous avez vécu. Parfois c'est une peur vécue dans l'enfance mais là, aujourd'hui, et de plus en plus, plus les semaines vont passer, si l'Onde de Vie ne naît pas, on n'est plus dans les premières vagues de l'Onde de Vie d'il y a quelques mois ou d'il y a quelques semaines. Si ce n'est pas né, en vous, c'est que vous êtes dans la peur. Et n'allez pas chercher cette peur dans une raison, parce que maman vous a fait dormir dans le noir ou je ne sais quoi. Ce qui marque la personnalité sera toujours la peur. Donc, vous ne pouvez pas la combattre, la peur. Il vous est demandé de la voir, pas de la réfuter. Il faut réfuter, disait BIDI, le connu.

Donc, s'il y a une peur que tu ne connais pas, peux-tu me dire comment elle est connue et comment tu peux la réfuter ? La réfutation du connu, c'est la réfutation du connu. Ça veut dire que ta personnalité est porteuse de la peur : peur de la mort, avant tout. L'Onde de Vie, plus vous allez vous avancer dans le temps, plus elle ne pourra s'élancer que si vous acceptez, sans condition (non pas comme une croyance, sans ça, ça sert à rien, mais comme une évidence), que vous n'êtes pas ce corps. Vous ne serez pas libéré de cette façon-là, parce que vous êtes trop attaché à votre corps, à votre histoire, à votre personne, à votre vie, à ce que vous voulez. C'est très important ce que je vous dis, parce que, entre maintenant et ce que MIKAËL vous a dit, par rapport à la date qu'il a donné, le vingt-deux septembre, vous avez une période d'un mois, où vous devez vraiment prendre conscience de ça.

Alors, ça sert à rien de dire : « j'ai des peurs, j'ai des peurs, j'ai des peurs ». Quand vous dites « j'ai peur », vous vous identifiez à la peur. La peur archétypielle, elle n’est pas liée, nécessairement, à votre histoire sur les deux premiers chakras mais elle est sécrétée dans tout le corps éthérique, par le mental. Le mental est lié à la peur, donc tant qu'il y a mental, tant qu'il y a identification aux pensées, même si vous n'avez rien vécu dans l'enfance, parce que ça fait partie de l'attachement de la personnalité à elle-même, c'est les réflexes de survie. Donc, tu ne peux pas réfuter une peur que tu ne connais pas : vous ne pouvez, vous ne devez, réfuter que ce qui vous est connu parce que si ça t'est inconnu, ça veut dire que c'est pas dans le cerveau, ou alors c'est caché dans des parties où tu n'as pas accès avec ta conscience. Comment peux-tu réfuter quelque chose que tu n'as pas vu et qui ne t'est pas connu ?

 Il y a juste la distanciation et être, non pas persuadé, mais accepter (j'ai bien dit accepter, pas comme une croyance) que vous n'êtes ni ce corps, ni cette histoire, ni cette vie, même si tout se passe ici. Mais ça se passe, ici, dans la conscience. Après, ça se fait dans le corps. Mais vous allez « yoyoter » et vous allez voir les poussières, là, vous allez voir, non pas la source de la peur (ça, on s'en fout, même si y a une histoire précise) mais voir cette peur. Et, à un moment donné, quand vous en aurez marre de vivre des peurs, de ceci ou de cela, quand vous en aurez marre de souffrir de ceci ou de cela, alors, vous serez mûr pour l'Onde de Vie. Mais méfiez-vous, si l'Onde de Vie est montée totalement, parce qu'à ce moment-là, vous êtes Libéré mais comme vous le savez, vous êtes Absolu avec une forme comme dit BIDI. Donc cette forme, elle vit. Donc cette forme, elle a besoin (même si la personnalité, vous n'y êtes plus soumise) de se manifester, comme j'ai déjà dit.

On conduit pas avec l'Absolu, une voiture, on la conduit avec des mains et avec ce corps, n'est-ce pas ? Alors à vous de, non pas travailler, mais d'Abandonner le Soi, aussi. Parce ça va être de plus en plus percutant. La Lumière éclaire tout. Ça fait plus d'un an qu'on vous dit que la Lumière éclaire toutes les ombres. Les ombres, elles sont faciles à voir quand il y a de la Lumière. L'ombre la plus difficile à voir, c'est justement celle-là : l'attachement à votre petite personne, l'attachement à votre petit développement spirituel, à vos petits chakras, à votre petit Soi, ou votre grand Soi, c'est la même chose.

J'ai jamais dit qu'il fallait reconnaître la peur, j'ai dit exactement l'inverse. Connaître l'origine d'une peur ne sert à rien, parce que l'incarnation est liée à la peur. C'est le principe de falsification de Yaldebaoth : générer la peur. L'incarnation est liée à la peur. C'est accepter que la personnalité, un, n'existe pas et que vous n'êtes que construit à travers la peur et que vous êtes gouverné par ça. C'est comme l'a dit MA, comme l'a dit MARIE, comme nous vous le répétons sans arrêt : l'Amour ou la peur. Donc reconnaître la peur, ça ne veut pas dire chercher une peur. Parce que tu ne peux pas la trouver, celle-là. La peur qui est inscrite dans la personnalité, comme je l'ai dit, est liée à l'incarnation.


C'est le Choc de l'humanité. Donc reconnaître une peur, c'est déjà accepter que la personnalité est construite sur la peur, quelle que soit cette personnalité, même celui qui va se présenter comme un héros, vous savez, celui qui défend l'opprimé, si c'est un guerrier, c'est toujours un héros de guerre etc., etc. Pourquoi ces gens-là se comportent comme ça ? Parce qu'ils ont peur. Ils camouflent leur peur. Parce que si vous n'êtes plus dans la personnalité, y a aucune peur. Vous avez peur de quoi quand vous êtes Absolu ? De perdre, comme dit BIDI, ce sac de nourriture ? Mais vous pourriez mourir demain que ça ne vous fera ni chaud ni froid. Ce qui n'est pas le cas, bien sûr, de la personnalité. Donc y a rien à reconnaître, puisque la peur est la sécrétion première de la personnalité. C'est tout. Donc c'est pas un problème de réfuter. Il faut réfuter non pas la peur (sauf si c'est une peur identifiée). C'est ce principe de réfutation et d'enquête, comme BIDI disait, qui vous conduit à faire disjoncter le cerveau qui vous maintient sous son emprise. Mais c'est pas vous, votre cerveau.