Merci de votre visite

jeudi 6 mars 2014

LA PRISON DU CORPS par Peter Deunov


Qu'il est pénible d'être vivant et de ne pouvoir le dire; de voir que les autres pleurent et de ne pas pouvoir leur dire que tu es vivant ! Combien de gens sont enterrés ainsi ! Il n'y a rien de plus pénible que d'être enterré vivant. Le plus grand malheur, c'est de rester des jours et des mois dans la terre sans pouvoir se libérer de son corps. C'est la plus effroyable des prisons, c'est l'enfer ! Si nous étions purs, nous saurions à quel moment l'âme est sortie du corps et ne subirions jamais de pareilles souffrances. Dès que le médecin déclare que le malade a cessé de vivre, les gens disent : « Enlevez-le ! » On lui fera un beau cercueil et on l'emportera avec des chants et de la musique. 

Où est resté leur amour ? C'est l'amour des prochains et de la société !

Quelqu'un dit : "Je vous aime". De quelle manière ? Comme le chat aime la souris ou encore comme le loup aime la brebis ? C'est aussi une manifestation d'un certain amour. Cependant, c'est de cet amour que souffre le monde. Et l'Amour qui est indispensable au monde c'est quand nous aimons les autres et nous les rendons heureux, tout comme nous sommes heureux. C'est pour cette raison que le Christ a dit : "Celui qui croit en Moi, fera ce que Je fais et celui qui M'aime, mon Père l'aimera et viendra faire sa demeure en lui".

Vous dites : "Que va devenir la Bulgarie» ? Je dis alors : "Que deviendrez-vous ? – Vous ne savez pas que le diable s'est emparé de ce que vous possédez, qu'il a vendu jusqu'à votre peau et vous me demandez: ce que deviendra la Bulgarie.

La Bulgarie, c'est vous. Vous devez prier pour que Dieu vous aide à chasser ce visiteur importun hors de vous, à garder ce que vous possédez, garder votre esprit et votre cœur. C'est le Diable qui est coupable pour toutes ces souffrances. Vous ne devez pas lui en vouloir. Je lui fais des louanges seulement pour une chose : qu'il est laborieux, qu'il ne se décourage pas. Si vous le chassez par une porte, il entre à nouveau par une autre ; s'il ne parvient pas à ses fins d'une manière, il en cherche une autre, une troisième, une quatrième. Voilà un trait caractéristique parfait et exemplaire. Et Dieu dit : « Suivez son exemple, c'est le maître des humains, il leur enseigne et apprendra à tout le monde des choses. » A force de vous mentir, enfin vous vous direz : « Nous avons appris tes mensonges, nous ne nous tromperons plus. » Un homme a dit à son ami : « Tu ne peux pas tromper mon singe ». L'ami se rend auprès du singe et fait semblant de dormir. Le singe ferme aussi les yeux et l'ami emporte l'argent. Revient le patron du singe qui constate le vol et lui donne une rossée. Une autre fois, le singe ouvre bien ses yeux, car il sait qu'il aura du bâton. Ainsi, avec l'expérience que nous aurons acquise dans le monde par nos souffrances, quand viendra le diable, nous lui dirons: « Mes yeux sont ouverts. » Lorsque vous commencez à souffrir, vous dites: « Je n'ai pas encore passé par tout le processus du grain de blé ». Et quand vos pensées et votre cœur se seront transformés et qu'ils deviendront magnifiques, vous vous transformerez à l'image de Dieu. C'est en ce moment que Dieu vous ressuscitera de la même façon que le Soleil ranime le grain de blé semé.