Merci de votre visite

samedi 8 mars 2014

Pour méditer chaque jour



Pour pouvoir méditer chaque jour sans fatigue, pour que votre pensée soit chaque jour disponible, active, dynamique, vous devez vous y prendre correctement avec votre cerveau. C’est très important. Si vous voulez continuer pendant de longues années vos activités spirituelles, ne vous précipitez pas d’un seul coup sur un sujet, même si vous l’aimez, même s’il vous tient à cœur, parce qu’une réaction violente des centres nerveux se prépare. Commencez doucement, paisiblement. Et c’est là que la respiration devient aussi très importante. Respirez régulièrement, sans penser à rien, sentez simplement que vous respirez. Ayez seulement la conscience, la sensation de respirer… Cette respiration introduit en vous un rythme harmonieux dans vos pensées, dans vos sentiments, dans tout votre organisme. Et quand vous vous sentez enfin rechargé, allez-y, lancez-vous dans ce travail auquel tout votre être participe.

Mais, je le répète, soyez prudent : l’organisme psychique nécessite qu’on le traite avec autant de précautions que l’organisme physique, et même plus, car par la méditation vous le mettez en contact avec des courants d’une grande intensité. Vous devez donc commencer par vous renforcer suffisamment pour résister à ces courants, et cela prend un certain temps. Vous avez vu comment une courge se développe ? Elle est d’abord suspendue par une toute petite tige qui se casse facilement. Mais au fur et à mesure que la courge grossit, la petite tige se renforce au oint de résister à un poids de plusieurs kilos. Et si je vous dis que le même phénomène se produit avec l’être humain, ne soyez pas offusqué en pensant que je vous compare à une courge ! Au fur  et à mesure que, dans vos méditations, vous arrivez à saisir les courants cosmiques, quelque chose en vous travaille pour vous permettre de résister à toutes les tensions.

Mais il faut que cela se fasse progressivement ; ceux qui veulent précipiter les choses se préparent des déséquilibres très graves. Ils ressemblent à cet homme auquel le médecin avait prescrit un médicament très puissant en précisant bien : "Vous en prendrez pendant un mois, mai spas plus de trois gouttes par jour. – Un mois, mais c’est trop long". Se dit le malade. Il absorbe tout le contenu du flacon en une seule fois…. Et il tombe mort. Pour la méditation aussi il faut s’y prendre patiemment, régulièrement. A ce moment-là, l’organisme arrive à se renforcer et devient de plus en plus capable de résister aux tensions. Certains diront : « Mais pour moi, la méditation c’est trop compliqué. Je ferai des sacrifices, je serai charitable, je ferai du bien aux autres, ça suffit ». Non, cela ne suffit pas, car agir, même avec les meilleures intentions, n’empêche pas qu’on transgresse des lois ; on peut tout embrouiller et tout détruire si l’on ne commence pas par méditer. Pourquoi ? Parce que là encore, la méditation peut seule donner une claire vision des choses : qui aider, comment, dans quel domaine…

Et maintenant, sur quels sujets méditer ?
Evidemment, il vaut mieux commencer par des sujets accessibles. L’être humain est créé de telle sorte qu’il ne peut pas vivre naturellement dans un monde abstrait. Il doit donc s’accrocher tout d’abord à ce qui est visible, tangible, proche de lui, à ce qu’il aime, à ce dont il a besoin. C’est très facile, vous savez, de se concentrer sur la nourriture quand on n’a pas mangé depuis longtemps. Sans le vouloir, on est déjà comme le chat qui se concentre sur la souris. Ce n’est pas la peine de faire des efforts, ça marche tout seul ! Et regardez aussi comment le garçon se concentre sur la jeune fille qu’il aime ; là non plus il n’a pas besoin de faire des efforts. Quelle méditation ! Il ne peut pas s’en arracher.

Donc, commencez par méditer sur ce que vous aimez ; vous le laisserez ensuite de côté pour vous concentrer sur des questions plus difficiles, plus lointaines, mais commencez d’abord par ce qui vous plaît, ce qui vous tente… en choisissant évidemment un sujet de nature spirituelle. En commençant par des sujets qui vous plaisent, vous développez déjà en vous-même un moyen, une méthode de travail, et vous pourrez ensuite les abandonner pour vous projeter vers des régions plus éloignées, plus abstraites. Si vous commencez par vouloir vous concentrer sur l’espace, le temps, l’éternité, l’absolu… vous n’arriverez qu’à embrouiller vos idées. Vous pourrez plus tard aborder toutes ces questions, et même méditer sur le vide, l’abîme, le néant, mais commencez par des sujets plus accessibles et allez progressivement vers ces sujets difficiles qui demandent de grandes capacités mentales et psychiques. 

La méditation c’est donc d’abord l’intellect qui choisit un sujet sur lequel il va se concentrer, et ce choix est très important parce qu’en réalité les processus qui se déclenchent alors vont beaucoup plus loin que l’intellect lui-même. L’être humain est une unité, et même si pour la commodité de la compréhension on établit certaines divisions : cœur, intellect, âme, esprit, en réalité tout se tient. Du moment que vous aimez un sujet, un objet, votre intellect s’arrêtera plus facilement sur lui. Et puis, naturellement, c’est votre âme qui va s’imprégner des vibrations, des émanations de cet objet : elle va le contempler. Et enfin, c’est l’esprit qui va s’identifier à lui pour réaliser le travail magique de création. Eh oui ça va loin cette affaire-là ! Il y a des êtres qui semblent transporter avec eux un monde de laideur et de ténèbres et créer la laideur et les ténèbres partout où ils passent. Et d’autres, au contraire, paraissent transporter avec eux un monde de beauté, de lumière, et créer partout la beauté, la lumière… Pourquoi ? Réfléchissez…. 

La véritable méditation, c’est donc d’abord le choix par l’intellect d’un sujet élevé sur lequel vous vous concentrez. Après un moment vous pouvez abandonner cette concentration, pour laisser votre âme contempler la beauté que vous êtes parvenu à atteindre. Et enfin, vous vous identifiez à cette beauté pour pouvoir devenir son expression vivante. La méditation, la contemplation n’ont pas d’autre but que de permettre à l’homme d’atteindre un niveau de conscience supérieur qui influencera ensuite ses goûts, ses jugements, ses attitudes. Voilà les méthodes les plus utiles ; quand vous les connaissez, vous pouvez obtenir de grands résultats.

N’oubliez jamais que par la méditation vous avez toutes les possibilités de donner issue à votre être intérieur, cet être subtil, mystérieux, afin qu’il puisse sortir, s’épanouir, jeter un regard dans l’espace infini pour en enregistrer toutes les merveilles et les réaliser ensuite dans le plan physique. Evidemment, la plupart du temps, ce que voit cet être en vous, ce qu’il contemple, n’arrive pas jusqu’à votre conscience, mais en répétant souvent ces exercices, peu à peu les découvertes qu’il fait deviendront conscientes. Et voilà un trésor qui s’installera en vous et demeurera pour toujours en votre possession.


Il faut prendre goût à la méditation, il faut qu’elle entre dans la pensée, dans le cœur, dans la volonté, comme un besoin sans lequel la vie n’a plus ni saveur, ni sens. Ce moment où vos allez enfin vous plonger dans l’immensité et voire l’élixir de la vie immortelle, vous devez l’attendre avec impatience et dire : "Enfin, je vais pouvoir embrasser l’univers et pour quelques instants au moins, me trouver face à face avec l’éternité".