Merci de votre visite

lundi 7 juillet 2014

IÉSOD, TIPHÉRETH, KÉTHER : LA SUBLIMATION DE LA FORCE SEXUELLE



Dans la séphira Iésod, Dieu porte le nom de Chadaï El Haï, et El Haï, nous l'avons vu, signifie Dieu vivant. Iésod est la seule séphira pour laquelle est mentionné cet attribut divin: la vie. Il est, bien sûr, sous-entendu dans les autres, mais là il est souligné. Et puisque c'est Dieu Lui- même qui porte ce nom de « vivant », cela signifie que la vie qui se manifeste dans Iésod est de la plus grande pureté. Iésod, le fondement, est la séphira de la vie pure, et dans le schéma de l'homme cosmique, Adam Kadmon, c'est elle qui représente les organes génitaux: parce que ce sont ces organes, justement, qui créent la vie.

Même si on est obligé de constater que, dans leur vie sexuelle, les humains ne se préoccupent pas beaucoup de pureté, la vérité est là: c'est l'intelligence cosmique qui a décrété que la pureté de Iésod doit se manifester à travers les organes sexuels.

Aujourd’hui on parle de la « libération des mœurs » comme d'un grand progrès, et en effet ç'aurait pu être un progrès. Mais ce que l'on voit à l'heure actuelle n'est pas un progrès, c'est une dégringolade. Cette tendance qu'ont de plus en plus les gens à coucher ensemble parce qu'ils ne trouvent pas mieux à faire pour passer le temps et éprouver du plaisir, est très préjudiciable pour leur évolution. Ils se rencontrent à peine, ils ne se connaissent pas, ils ne s'aiment pas et ils font l'amour... par désœuvrement, comme si ce n'était rien de plus important que de jouer aux cartes!

Et puis, comme après une partie de cartes, ils se séparent pour recommencer le lendemain avec d'autres. C'est très grave, cela; non pas parce qu'ils désobéissent à des règles inventées par quelques moralistes; c'est pour eux que c'est grave, c'est à eux-mêmes qu'ils font du mal, pas à la morale, ni aux moralistes. L'acte sexuel en soi n'a rien de répréhensible, même s'il n'a pas pour but la procréation, mais il faut connaître toutes les entités et les forces qui sont engagées dans cet acte afin de lui donner une signification et une orientation divines. Tous ceux qui pratiquent l'acte sexuel pour le seul plaisir, non seulement gaspillent leurs énergies, mais ils alimentent aussi avec elles les entités du plan astral inférieur. Parce qu'ils sont enfermés quelque part dans une chambre, l'homme et la femme s'imaginent qu'ils sont seuls. Pas du tout. Il y a dans le monde invisible des entités qui sont là, qui assistent et qui se nourrissent de leurs émanations. Alors, s'ils se laissent uniquement entraîner par leur sensualité, ce sont les larves, les élémentaux qui viennent se nourrir à leurs dépens.

Tandis que pour ceux qui se sont préparés avec la conscience d'accomplir un acte sacré, ce sont les esprits de la lumière qui viennent se nourrir et apporter leurs bénédictions. Sachant cela, les disciples d'une Ecole initiatique invitent eux-mêmes les esprits célestes en leur demandant de les éclairer afin d'être capables de sublimer ces gestes qu'ils vont faire.

Les entités qui possèdent le secret de la sublimation de la force sexuelle sont les Malahim, les anges de Tiphéreth, le Soleil. L'énergie sexuelle dans l'être humain est de la même nature que l'énergie solaire, mais il ne le sait pas et, en la gaspillant, en l'utilisant pour assouvir ses seules passions, il s'avilit. Le jour où les hommes et les femmes prendront conscience que cette force est imprégnée de la lumière du soleil, ils marcheront sur la voie de la sainteté, ils s'approcheront de la séphira Kéther où les Séraphins ne cessent de chanter: « Saint, Saint, Saint est le Seigneur Dieu Tout-Puissant ». Et c'est à ce moment-là qu'ils commenceront à goûter le véritable amour, celui des Séraphins.

De Iésod à Kéther, en passant par Tiphéreth, tel est le chemin de la sublimation de la force sexuelle. A l'extrémité supérieure du pilier central, la sainteté de Kéther, qui est la tête couronnée, a son origine dans la pureté de Iésod, les organes sexuels. La sainteté de Kéther, c'est l'énergie sexuelle que le disciple s'efforce de sublimer grâce aux puissances de Tiphéreth, jusqu'à ce qu'elle arrive à se manifester en haut, au-dessus de sa tête, comme une lumière d'or. Oui, et tel est le but de l'initiation: être capable de maîtriser une force brute qui nous entraîne vers le bas, la faire changer de direction et travailler sur cette quintessence jusqu'à la transformer en une aura de lumière. Le véritable Initié est donc celui qui, grâce aux puissances de Tiphéreth, a réalisé en lui-même la pureté de Iésod. Il possède les mêmes organes que tous les hommes et ces organes fabriquent la même matière, mais cette matière sublimée s'élève pour alimenter tous ses centres spirituels en haut et se projette au-dessus de lui comme des rayons de lumière.

Ce sont ces vérités qui étaient enseignées aux disciples dans les anciennes Initiations. Mais à cette époque-là, on exigeait de celui qui désirait avoir accès aux mystères, des années d'étude et de travail; et même beaucoup n'étaient pas admis. Alors, à vous, je vous demande au moins d'être conscients de la valeur de ces connaissances que vous recevez, et de remercier le Ciel.


Omraam.