Merci de votre visite

lundi 28 juillet 2014

LA CREATION : RESULTAT DU TRAVAIL DE L’ESPRIT



Toute la Création est le résultat du travail de l’esprit et de la matière. Car l’univers n’est que cela : esprit et matière. Pour les matérialistes qui n’aiment pas entendre parler de l’esprit, on peut remplacer le mot esprit par le mot force ou énergie, car l’esprit est une force. Seulement en parlant de force au lieu d’esprit, on se prive de toutes les qualités de l’esprit : l’intelligence, la conscience, l’amour… En tout cas personne ne peut nier que tout dans l’univers tourne autour de deux réalités, qu’on les appelle esprit et matière, ou force et matière, ou principe masculin et principe féminin.

 La science s’intéresse surtout au processus de l’évolution grâce auquel les espèces vivantes se sont différenciées et organisées en acquérant des propriétés et des aptitudes toujours nouvelles. Elle n’a donc considéré que le mouvement ascendant, c’est-à-dire le mouvement de la matière vers l’esprit. Mais ce qu’elle n’a pas vu, c’est que ce mouvement évolutif avait été précédé d’un mouvement involutif, et si les scientifiques ne l’ont pas observé c’est parce que ce mouvement involutif se produit dans le monde subtil, et à cause de cette lacune leurs conclusions sont erronées.  La Science initiatique enseigne que toute évolution est précédée d’une involution, c’est-à-dire d’une descente de l’esprit dans la matière. L’évolution ne peut pas se faire sans la participation de l’esprit : c’est lui qui contient la vie, la conscience, c’est lui qui entraîne la matière, les formes, les créatures vers la perfection. Il faut donc bien comprendre qu’il ne peut y avoir d’évolution sans involution préalable.

S’imaginer que les formes ont pu évoluer d’elles-mêmes, sans bénéficier auparavant de l’involution, la descente de l’esprit, c’est ne rien comprendre à rien. On peut représenter schématiquement cette idée par deux triangles : l’un, avec la pointe tournée vers le bas, est le symbole de l’esprit qui descend dans la matière pour l’animer, la vivifier. Et l’autre, avec la pointe tournée vers le haut, c’est la matière qui veut évoluer pour rejoindre l’esprit.

   


On peut appliquer ce symbolisme des deux triangles au domaine de la vie spirituelle, et se dire que celui qui adopte la philosophie du triangle de la matière abandonne la terre ainsi que toutes les activités et les devoirs qu’elle sous-entend, et il s’ensuit certaines anomalies. Il doit donc travailler avec le triangle de l’esprit, qui est celui de la réalisation, de la manifestation ici, dans le plan physique. Il ne faut plus tellement chercher à s’élever, au contraire il faut descendre. Certains « mystiques » diront : « Oh ! mais c’est épouvantable ! En descendant on va se perdre. Il n’est dit nulle part que l’on doit descendre ! Au contraire, il faut monter, se dégager de la terre ! » Comme vous voulez, mais cette attitude n’est pas celle que préconisait Jésus quand il disait dans la prière dominicale : «…que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. »

L’époque vient où il ne faut plus chercher à faire son salut en se réfugiant dans le Ciel. Cette attitude a pu être bonne à un moment, elle a permis de découvrir des aspects très importants de la vie intérieure. Mais maintenant il ne faut plus vouloir se sauver, il faut seulement s’engager dans un travail glorieux pour apporter le Ciel sur la terre. Vous direz : « Mais comment ? On ne peut pas faire ça ! » Si, le triangle de l’esprit nous montre comment travailler dans ce sens. Le disciple doit chercher le Ciel, c’est entendu, mais une fois qu’il l’a atteint, il doit chercher à faire descendre la lumière qui est dans le Ciel, l’amour qui est dans le Ciel, la puissance qui est dans le Ciel, la pureté qui est dans le Ciel, pour les déverser en lui et sur tous les autres autour de lui.

C’est ainsi qu’après des années d’efforts, il parvient à réunir l’esprit et la matière, et il réalise pleinement le symbole du sceau de Salomon.  Dans les livres ésotériques on parle beaucoup du sceau de Salomon, mais très peu ont compris la profondeur et la puissance magique de ce symbole. Sa puissance vient de la rencontre et de la pénétration des deux triangles qui symbolisent les deux principes.



À l’heure actuelle on voit se manifester les tendances extrêmes. Des pays qui sont très avancés dans le domaine technique, économique, social, qui font tout pour améliorer leur situation ici sur la terre, mais qui ont supprimé le lien avec l’esprit ; tandis que d’autres pays possèdent une telle tradition de spiritualité, qu’ils négligent à peu près complètement la vie matérielle, et des millions et des millions de gens vivent dans la saleté, la misère et la maladie. Je ne donne raison ni aux uns ni aux autres, car il faut les deux : être toujours lié au Ciel et travailler pour la terre.
 Vous direz que vous préférez travailler pour le Ciel…

C’est entendu, mais sachez que le Ciel n’a pas besoin de vous, il est tellement plein, tellement riche ! Que pourriez-vous y ajouter ? C’est ici sur la terre qu’on a besoin de vous. Alors, c’est mieux de changer un peu de tactique. Mais cela ne veut pas dire de tourner le dos au Ciel, non, il faut au contraire rester lié au Ciel pour pouvoir ensuite donner aux autres. Parce que si vous n’êtes pas lié au Ciel, vous n’êtes pas riche, et alors que pourrez-vous distribuer ?

 Dans certains pays pauvres, les hommes partent travailler à l’étranger gagner de l’argent pour pouvoir nourrir leur famille. Eh bien, vous aussi, pour pouvoir nourrir votre famille, vous devez aller à l’étranger travailler et gagner de l’argent. C’est symbolique, bien sûr. « L’étranger », c’est le Ciel où l’on peut aller par la prière, la méditation, la contemplation, etc. Moi, c’est ce que je fais : tous les jours je vous abandonne et je vais à l’étranger pour ramasser de l’or que je reviens ensuite vous distribuer. Pourquoi rester toujours collé à sa famille, à ses amis ? Parce qu’on les aime, soi disant ? Non, on ne les aime pas, ou on les aime mal. On les laisse mourir de faim parce qu’on est incapable de nourrir leur cœur, leur âme, donc ce n’est pas de l’amour.

 Il faut être capable de vivre dans le Ciel, mais ne pas se contenter de rester là. Prenons un exemple. Il vous vient une idée. Vous sentez que cette idée est bonne et vous êtes heureux : c’est donc qu’elle est descendue dans le sentiment. Oui, mais cela ne suffit pas, c’est quand vous vous mettez à l’exprimer, à la réaliser, que le processus normal est terminé.

Est-ce qu’un peintre, un musicien, un poète se contentent de garder leurs œuvres dans la tête ? Non, ils les réalisent. Alors, pourquoi dans d’autres domaines devrait-on se contenter de la pensée et du sentiment ? Il faut réaliser. Dans le domaine de la spiritualité et de la religion, il faut aussi réaliser. Pour beaucoup la religion reste dans la tête ou dans le cœur, et ils agissent contrairement à ce qu’ils pensent et croient. Eh non, ils n’ont pas compris comment l’Intelligence cosmique a conçu les choses. Tout d’abord on doit penser, ensuite souhaiter, et enfin se mettre au travail pour réaliser.

 Un garçon rencontre une jeune fille et il l’aime. Que fait-il au bout de quelque temps ? Il tâche de se rapprocher d’elle pour l’embrasser. Pourquoi n’est-il pas resté seulement avec ses pensées et ses sentiments ? Ah, vous voyez, dans ce domaine, c’est extraordinaire comme les hommes et les femmes agissent toujours correctement, je veux dire d’après le processus normal prévu par l’Intelligence cosmique ! Dans le domaine spirituel aussi nous devons penser à la réalisation, et cela se fait par les gestes, l’attitude, le travail.

 Certains vont penser : « Oui, mais vous vous contredisez, vous critiquez toujours les matérialistes de ne penser qu’à la terre, en disant que le jour où ils partiront de l’autre côté ils ne garderont rien de leurs acquisitions, et maintenant vous dites qu’il faut faire comme eux. » Non, je ne me contredis pas, car une chose est de ne penser qu’à l’argent et aux possessions, autre chose est de vouloir réaliser sur la terre les splendeurs du Ciel. D’ailleurs, si vous croyez que les matérialistes se préoccupent vraiment d’améliorer la terre !

Leur seule préoccupation, c’est de s’enrichir eux, même si pour cela ils doivent épuiser, polluer et détruire la terre. Oui, la terre ne bénéficie pas beaucoup de leur activité. Le spiritualiste, au contraire, apporte quelque chose de bon à la terre et quand il doit partir de l’autre côté, il est accompagné de tout ce qu’il a réalisé dans le monde de la lumière. C’est ainsi qu’il crée son avenir. Nous apportons une autre philosophie, un autre comportement, une autre façon de penser, d’agir, de se manifester. Les anciennes conceptions étaient bonnes pour chaque individu séparément, mais inutiles pour la collectivité.

Maintenant, l’époque vient où l’on ne doit plus travailler seulement pour soi-même, mais pour la terre entière, pour toute l’humanité. L’immortalité est en haut, la lumière est en haut, l’harmonie est en haut, la paix, la beauté, tout ce qui est subtil est en haut. Mais pourquoi tout ce qui est en haut ne devrait-il pas s’incarner en bas, dans le plan physique ? Et tout d’abord dans le corps physique : que la vie céleste imprègne le corps physique et rayonne à travers lui… À ce moment-là, oui, le Royaume de Dieu viendra, et chacun sera une lumière, un soleil, chacun sera une source… Il faut accepter l’enseignement du triangle de l’involution, du triangle de l’esprit, et non plus suivre exclusivement l’enseignement du triangle de la matière.

 La matière tend vers le haut et l’esprit tend vers le bas… Ce sont les mêmes processus que sont en train de répéter l’homme et la femme qui s’unissent dans l’amour : l’homme qui regarde vers le bas et la femme qui regarde vers le haut. Les humains ne font que se conformer à des principes établis depuis l’éternité par l’Intelligence cosmique : la matière qui doit se spiritualiser et l’esprit qui doit se matérialiser, se rencontrent dans l’espace pour se joindre et créer. Tout est symbolique, tout est éloquent, tout est philosophique dans les actes des humains, mais ils n’ont rien compris. Il faut faire descendre l’esprit. C’est pourquoi dans vos méditations, dans vos prières, demandez et imaginez que cette lumière, cet esprit, cette puissance divine descendent en vous-même pour imprégner toutes vos cellules. Et après avoir travaillé ainsi des années, vous sentirez un jour que le Ciel est en vous, que la lumière est en vous, que l’amour est en vous. À ce moment-là c’est beaucoup plus facile d’entraîner les gens, de les aider.

Tandis que si, sous prétexte de spiritualité, vous devenez desséché… un parchemin vierge ! non seulement vous êtes inutile, mais vous dégoûtez les autres de la spiritualité. Il faut que l’esprit descende. C’est quand l’esprit descendra dans la matière que naîtra l’enfant, c’est-à-dire le Royaume de Dieu et sa beauté. Voilà le nouveau qui vient maintenant : faire descendre toutes les splendeurs, les bénédictions, la lumière et la paix du Ciel sur la terre, tout d’abord sur notre terre à nous, dans notre corps physique, et ensuite sur la terre entière parmi tous les humains.


 Alors voilà, c’est clair : au lieu de vouloir vous perdre dans le Nirvana, de vouloir rester auprès des élus à boire, à manger et vous réjouir, pensez que vous faites descendre le Ciel, qu’il rayonne à travers vous sur toute la terre, que vous êtes une lumière sur la terre… Quel travail à réaliser !

Pour Rejoindre "La Vie Devant Soi" clic !