Merci de votre visite

mercredi 13 août 2014

La chaîne vivante des créatures



Tous les êtres des différents royaumes de l’Univers sont liés entre eux. Que nous en ayons conscience ou non, les êtres sont au-dessous de nous comme ceux qui sont au-dessus de nous, sont liés à nous, car il existe une hiérarchie vivante dans la nature. Et c’est grâce à cette hiérarchie, grâce au lien qui nous unité à tous les êtres supérieurs, que nous avons la possibilité de nous élever. Mais nous sommes également liés à tous les êtres qui sont au-dessous de nous : les animaux, les plantes, les pierres, et ce lien est aussi très puissant.

Si nos pensées, nos sentiments et nos actes sont honnêtes et purs, nous recevons du Ciel des forces bénéfiques qui se déversent en nous à travers cette chaîne vivante et ininterrompue des créatures. Mais ces courants divins ne s’arrêtent pas à nous, ils nous traversent et descendent jusqu’aux créatures situées au-dessous de nous, et également liées à nous, dans les règnes animal, végétal et minéral. C’est ainsi que chaque état harmonieux que nous sommes en train de vivre influence bénéfiquement non seulement les humains autour de nous, mais tous ces frères et sœurs que sont aussi pour nous les animaux, les plantes, les pierres. Et en même temps, grâce à un autre courant de circulation, les énergies remontent du minéral jusqu’aux règnes supérieurs et jusqu’à Dieu. On peut comparer ce phénomène aux deux courants ascendant (la sève brute) et descendant (la sève élaborée) qui circulent dans un arbre. Dans cet Arbre cosmique qu’est l’univers, l’homme se trouve aussi sur le passage de deux courants ascendant et descendant qui le traversent, et il doit apprendre à travailler consciemment avec eux.

Celui qui s’efforce de se lier à la chaîne vivante des êtres est sans cesse nourri, abreuvé. Tandis que celui qui croit pouvoir s’en retrancher est privé de cette source inépuisable d’énergies, et il s’affaiblit. Car d’où recevra-t-il l’élan, l’inspiration, la sagesse, l’amour, les forces nécessaires pour la vie de chaque jour ? "Il les trouvera en lui-même", direz-vous. Oui, pour quelque temps peut-être, mais il aura vite épuisé ses réserves. Même s’il a commencé avec de vastes projets, il devra interrompre ses travaux parce qu’il est impossible de réaliser quelque chose de grand si l’on ne reste pas lié à la chaîne vivante des créatures. C’est exactement comme une lampe qui s’imaginerait qu’elle peut éclairer sans être reliée à la centrale électrique. Eh non, c’est la centrale qui envoie le courant ; la lampe elle, n’est qu’un conducteur.

En réalité, qu’il le veuille ou non, l’être humain est lié, branché à la Source divine ; mais s’il veut en bénéficier pleinement pour son évolution et celle de toutes les créatures dans l’univers, cette liaison doit devenir consciente. L’homme a d’immenses pouvoirs, il peut même faire des miracles, mais à une condition : qu’il devienne le conducteur conscient des énergies d’en haut. Ces énergies lui sont transmises par les êtres qui sont directement au-dessus de lui, ces êtres qui sont mentionnés dans l’Arbre séphirotique sous le nom de Ischim : les Hommes, c'est-à-dire les Ames glorifiées qui habitent les régions supérieures de la séphira Malhouth. Ce sont les saints, les patriarches, les prophètes, les grands Maîtres, les fondateurs de religions. Jésus est l’un d’entre eux et parmi les plus grands. Ces êtres sont comme un trait d’union entre les humains et les Hiérarchies angéliques. Ils n’ont pas abandonné l’humanité, mais ils veillent sur elle et orientent les forces cosmiques en vue de son développement spirituel.

Les Ischim ont terminé leur évolution, ils ne sont plus soumis au destin ; ils possèdent la connaissance et les pouvoirs. La question pour nous est d’arriver à entrer en relation avec eux. Mais il faut se préparer : personne ne peut être admis dans leur communauté sans s’être préalablement soumis à certaines règles, avoir développé certaines qualités et vertus. Personne ne peut forcer leur porte et pénétrer dans leur sainte assemblée. Seul est accepté celui qui a compris où est la véritable voie, celui qui mène une vie pure et veut servir un haut idéal. Les Ischim se réunissent, prennent une décision à son sujet, et une fois qu’il a été accepté, ils veillent sur lui et lui envoient tout ce qui lui est nécessaire pour commencer à participer à leur travail. 

C’est des Ischim que nous viennent tous les aides invisibles, mais ils ne représentent cependant pas la suprême autorité : ils reçoivent de beaucoup plus haut des ordres qu’ils transmettent ici sur la terre. Donc, tout ne dépend pas d’eux. Ils connaissent les lois, ils entrent en communication avec les Anges, les Archanges, des Dominations et toutes les autres Hiérarchies sublimes, ils contemplent les plans et les projets de Dieu ; et quand ils s’en sont imprégnés, ils cherchent sur la terre des êtres qui se sont préparés à devenir des conducteurs pour la réalisation de ces projets.

Les Ischim forment donc le lien, le chaînon qu rattache l’humanité aux Hiérarchies célestes ; nous ne pouvons pas ne pas passer par eux. Dans ce sens on peut dire qu’ils sont des "divinités", et c’est à ces divinités que nous devons offrir un… "pied-à-terre". Par nos pensées, nos sentiments, notre bonne volonté, nous leur fournissons des conditions favorables, afin qu’ils puissent agir sur toutes les créatures et les ouvrir aux courants divins.

Alors, n’y a-t-il pas pour un spiritualiste des raisons de prendre courage quand il découvre l’importance de sa vie ? Cette vie qui était jusque-là insignifiante, terne, médiocre, comment ne pas se réjouir en comprenant qu’elle peut devenir tellement utile ? Il entre dans cette immense unité de la Communion des Saints et il fait tous ses efforts, n’épargnant aucune peine, pour arriver à vibrer à l’unisson avec les membres de cette Fraternité glorieuse. Par la suite, il arrivera même un moment où il pourra véritablement entrer en contact avec eux, les rencontrer, les voir et même recevoir d’eux des facultés, des dons, des pouvoirs.

Il n’y a pas de question plus importante dans la vie que cette connaissance de l’existence de créatures qui sont arrivées au sommet de l’évolution humaine et qui peuvent nous aider à parcourir le chemin qu’elles sont elles-mêmes parcouru. Pourquoi perdre son temps à des choses futiles, insignifiantes, alors qu’on peut avoir chaque jour une activité tellement utile et fructueuse en se liant à cette confrérie d’êtres qui ne connaissent plus rien des faiblesses humaines ? Ils les ont un peu connues durant leur existence terrestre, mais ils s’en sont débarrassés depuis longtemps.

Quand une femme est en train de mettre un enfant au monde dans les douleurs de l’accouchement, le meilleur travail qu’elle puisse faire, c’est de penser à ces êtres supérieurs, les Ischim, afin de placer le nouveau-né sous la garde des créatures les plus dignes, les plus belles, les plus puissantes, les plus libres qui aient jamais vécu sur la terre. Qu’elle leur présente un serviteur de Dieu, qu’elle le leur confie… Ils le prendront sous leur protection et, à travers les ténèbres, et les épreuves de la vie, ils conduiront toujours cet enfant vers la lumière.


Omraam.