Merci de votre visite

vendredi 1 août 2014

Les lois du travail spirituel



Il est évident que l’être humain a plus de facilités pour le travail matériel que pour le travail spirituel : les instruments qu’il possède pour agir sur la matière sont beaucoup plus développés que les facultés qui lui permettent d’avoir accès au monde de l’âme et de l’esprit. C’est pourquoi, beaucoup de ceux qui s’engagent dans la voie de la spiritualité ont l’impression de n’arriver à rien. Tandis que tous les autres, à l’usine, aux champs, sur les chantiers, dans les ateliers, les laboratoires, les bureaux, ont une activité dont tout le monde peut constater les résultats, les spiritualistes se disent parfois : "Mais qu’est-ce que c’est, ce travail dont on ne voit jamais les réalisations ? Au moins, quand on travaille dans la matière, on sait à quoi s’en tenir. Même le travail intellectuel, même la création artistique donne des résultats visibles…"

Eh oui, tout cela est vrai. On prépare un repas, on aménage un appartement, on plante des fleurs dans le jardin, on lit, on écrit, on dessine, on compose de la musique et, même si c’est raté, il y a au moins la preuve qu’on a fait quelque chose, et à partir de cela on peut progresser. Tandis que dans le plan spirituel, quoi que vous fassiez, personne ne voit rien, ni vous, ni les autres, et vous ne savez jamais où vous en êtes réellement. Alors, devant un tel flou, une telle incertitude, il se peut que vous vous mettiez à douter au point d’avoir envie de tout abandonner. Et il en sera ainsi tant que vous n’aurez aucune idée claire de la nature du travail dans lequel vous vous êtes engagé.

Ce qu’il faut comprendre une fois pour toutes avec le travail spirituel, c’est qu’il concerne une matière extrêmement subtile qui échappe à nos moyens d’investigation habituels. Mais les travaux qu’il est possible d’exécuter dans le plan spirituel sont tout aussi réels que ceux qu’on exécute dans le plan physique : autant il est réel dans le plan physique que vous allumez la lumière, lavez les vitres, sciez du bois ou mettez votre voiture en marche, autant il est réel aussi, dans le plan spirituel, que vous déclenchez des forces, orientez des courants, purifiez l’atmosphère et éclairez les consciences. Si vous ne le voyez pas, c’est qu’il s’agit d’une matière différente ; et celui qui est arrivé à vivre vraiment la vie spirituelle n’a pas besoin que ces réalités qu’il sent en lui et autour de lui soient aussi visibles et tangibles que celles du monde physique. Avec le temps, elles peuvent se concrétiser aussi, amis il faut être très patient et ne pas s’occuper tellement de la réalisation matérielle.

Tant qu’on ne connaît pas ces lois, tant qu’on s’attend à voir tout de suite des résultats, on se décourage, on arrête son travail, et même on le détruit. La matière psychique est très facile à modeler, et selon qu’on est convaincu et persévérant ou non, on construit ou on détruit ; alors, en démolissant chaque fois le peu qu’on a réussi à édifier, on empêche la réalisation définitive de son travail. Vous aussi, quelquefois, vous avez envie de tout lâcher et de vous contenter d’activités dont le résultat soit enfin visible pour tous. Faites comme vous voulez. Mais un jour, même au milieu des plus grands succès, vous allez sentir qu’intérieurement il vous manque quelque chose. Et c’est normal, parce que vous n’avez pas touché l’essentiel, vous n’avez pas encore planté quoi que ce soit dans le domaine de la lumière, de la sagesse, de l’amour, de la puissance, de l’éternité.

La concrétisation matérielle doit inévitablement se produire un jour. C’est une loi de la création. Si vous avez  la foi et la patience pour continuer le travail entrepris, vous arriverez à concrétiser dans le plan physique tout ce que vous souhaitez. Vous dites que vous souhaitez depuis des années des choses qui ne se réalisent pas. Eh bien, c’est que vous ne savez pas comment travailler. Combien s’imaginent qu’ils vont réussir dans le monde spirituel en utilisant les mêmes méthodes que pour le monde physique. Eh non, ils ne réussiront pas, car les méthodes à employer sont inverses, justement. Un exemple très simple vous le fera comprendre : la construction d’une maison.

Schématiquement, on peut dire que pour construire une maison, on commence par le bas : on creuse la terre, on fait les fondations, puis on élève les murs et enfin on pose le toit. L’extérieur de la maison se construit donc de bas en haut. Ensuite, il faut s’occuper de l’intérieur, pièce par pièce, et là, d’est l’inverse : on commence par le plafond, on continue par les murs et on termine par le plancher. Eh oui, réfléchissez, ce n’est pas au moment où vous avez tapissé les murs et placé la moquette que vous vous occupez du plafond. Alors, voilà, c’est cet exemple tellement simple qui nous éclaire sur les méthodes à appliquer. Pour réussir dans le plan physique, il faut travailler de bas en haut, c'est-à-dire commencer par le côté matériel, pour arriver peu à peu aux plans subtils. Au contraire, pour réussir dans le plan spirituel il faut aller de haut en bas, c'est-à-dire commencer par ce qui est le plus subtil, et finir par ce qui est visible, tangible, concret,. Mais qui sait travailler ainsi ? Quand il s’agit de construire une maison, évidemment on le sait, mais quand il s’agit d’appliquer les mêmes règles dans son existence, c’est moins sûr.

Pour avoir des résultats dans le plan matériel, on construit d’abord sur terre une base solide, résistante. Tandis que pour avoir des résultats dans le plan spirituel, on commence par s’assurer du toit, sinon le reste de l’édifice se fissurera. Parce que le travail spirituel avance à l’inverse du travail matériel : on commence par poser les fondations en haut, et on finit par le toit en bas ; donc, quand je dis que, dans le monde invisible, il faut commencer par construire le toit, cela signifie qu’i faut d’abord travailler longtemps, très longtemps, afin de s’enraciner dans le monde divin, et c’est ce travail réalisé en haut qui donnera un jour des résultats dans le plan physique.

Le plan physique est le monde des conséquences, et sur les conséquences nous avons peu de possibilités d’action. Pour produire des changements durables, il faut aller dans le monde des causes. L’homme dont la pensée peut parvenir jusque là, a tous les moyens de toucher et de déclencher des forces pures, lumineuses, qui produiront tôt ou tard des résultats. C’est pourquoi, tous ceux qui se contentent d’intervenir dans le plan physique pour changer l’état des choses dans le monde, n’arrangent rien car, sans leur demander leur opinion, des événements ou des personnes viennent tout brouiller à nouveau, et c’est à recommencer. Travailler à changer les conséquences, c’est comme si on écrivait un mot sur le sable de la mer : les vagues arrivent et l’effacent… C’est sur les causes qu’il faut travailler.

Les conditions ne s’arrangent pas depuis le bas, il faut que l’impulsion vienne d’en haut. L’histoire est là pour nous apprendre qu’aucun changement de régime politique, social, économique n’est définitif : quelque temps après, survient une vague qui emporte tout. On peut toujours s’approprier des territoires en déportant ou en assassinant les habitants, en prenant leurs biens, en imposant une dictature, etc. mais souvent, quelques années après, renversement de la situation : les pays occupés se révoltent et les occupants sont vaincus et chassés, eux ou bien leurs successeurs. Eh oui, combien de fois l’histoire a montré que même les tyrans les mieux armés et les plus habiles ne triomphaient que pour une courte durée !

Seul ce qui est créé en haut, dans le monde de l’esprit, est éternel ; le reste est passager, transitoire. C’est pourquoi seul le bien est éternel, le mal n’a qu’une existence éphémère. Nous en Bulgarie : "Krivdina do pladnina, dobrina do veknina" c'est-à-dire : le mal dure jusqu’à demain midi, le bien, dure pour l’éternité. Donc, celui qui souhaite améliorer définitivement une situation, doit s’élever très haut dans le domaine de l’esprit et là, travailler, prier, formuler des demandes, créer des images qui, un jour, se réaliseront.


C’est pourquoi, au lieu de s’agiter tellement dans le plan physique, il faut que tous les gens de bonne volonté apprennent comment déclencher les forces lumineuses en haut : un jour, les obstacles seront balayés et un ordre nouveau d’harmonie et de paix s’installera sur la terre. Car c’est une loi du monde spirituel que lorsqu’un certain nombre de personnes se rassemblent autour d’une idée, leurs pensées et leurs désirs forment déjà une réalité en haut. Cette réalité n’est pas faite de particules suffisamment matérielles pour qu’on puisse la voir, la toucher. Mais un groupe d’êtres humains qui ont le même but et se réunissent pour le réaliser créent une entité collective que l’on appelle un égrégore. Chaque pays, chaque société, chaque mouvement politique ou spirituel, chaque religion possède un égrégore. Même si on ne le voit pas (mais des clairvoyants peuvent le voir), cet égrégore est vivant et agissant. Donc, tous ceux qui se réunissent au nom du Royaume de Dieu sont en train de l’alimenter, et le jour où ils seront plus nombreux et plus convaincus, le Royaume de Dieu se réalisera.