Merci de votre visite

mercredi 1 octobre 2014

L’ENTREE A L’ECOLE SPIRITUELLE



Si nous ne voulons pas agir, le monde invisible nous prive de nourriture. Si nous connaissons des restrictions ici-bas, c'est que nous n'avons pas voulu prendre notre cahier, entrer à l'école spirituelle et nous mettre à travailler. Au lieu de nous réunir autour du professeur et d'apprendre, nous allons jouer à la toupie ou aux billes. Vous direz qu'on trouve partout cette toupie, particulièrement à Monaco, mais quand on joue, on trouve par la suite sa caisse vide. Les hommes jouent à la toupie sous bien des formes diverses.

Quand on fait faillite, c'est qu'on a joué à la toupie. On a commencé à dépenser, à dépenser inconsidérément. Dans tous les domaines, c'est pareil; le monde invisible punit en refusant le ravitaillement. Comment rétablir la portion normale? Il faut que l'enfant dise à son père: "Papa, j'ai compris qu'il n'y a rien à faire. J'irai donc apprendre ma leçon et étudier avec une serviette sous le bras. Je sortirai mes crayons, mes cahiers, mes livres ; je deviendrai studieux". Il faut devenir très humble et commencer à aller à l'école. Le père qui refuse de nourrir ses enfants, est-il méchant? Si le ciel le bat, c'en sera fait de lui. Le ciel préfère nous frapper un peu. Le Père nous aime. Il agit comme vous le faites vous-mêmes, lorsque vous punissez vos enfants. A ce moment, vous êtes intérieurement tristes, mais vous sentez que, si vous les laissez faire, ils monteront sur vous. De même, Dieu ne voit pas d'autre moyen de nous faire étudier. Il se fait sévère, il nous prive de nourriture.

C'est symbolique. La nourriture embrasse un monde de choses. Pour l'intellect, la nourriture est la lumière. Dieu nous enlève les pensées qui nous nourrissaient. Pour le coeur, la nourriture c'est l'affection, la tendresse des autres. Dieu enlève cette chaleur et à notre lever, nous disons: "Personne ne m'aime". Et nous souffrons.

Chacun de nous subit des restrictions physiques, astrales ou mentales. Tous ceux qui sont privés de mots tendres, se trouvent restreints; le monde invisible les a privés de nourriture. Ils ne voulaient pas étudier comme il faut dans l'école astrale, c'est-à-dire dans le monde des sentiments. Au lieu d'apprendre les vertus, ils s'amusaient avec les passions, ils jouaient à la toupie. Le ravitaillement, c'est-à-dire la joie, l'amitié, la chaleur, la satisfaction leur manquent désormais. D'autres restrictions mentales suivent celui qui n'étudie pas, dans le domaine des pensées. Aucun Maître n'éclairera ceux qui vivent dans les restrictions mentales. Au lieu d'aller à l'école mentale, ils jouent aussi à la toupie au-dehors, c'est-à-dire qu'ils s'amusaient avec des pensées stupides, erronées ou fausses. La nourriture existe dans tous les domaines et peut être supprimée partout.

Dans le plan physique, ceux qui font certains gestes stupides ou vivent d'une façon désordonnée, sans souci de préserver leur santé, se trouvent en dehors de l'école. Pour eux aussi vient l'heure de la punition. Le ravitaillement ne se fait plus; la portion de santé dont ils jouissaient est supprimée, celle qui reste n'est plus suffisante. Voilà pourquoi la vitalité n'est pas grande chez certains. La nourriture est une chose générale, on la trouve dans tous les domaines, à tous les niveaux. Nous sommes encore dans l'enfance. Il nous faut apprendre pour être nourris. Il faut aller à l'école. Notre Père dira alors: "Puisque cet enfant étudie et va régulièrement à l'école, donnons-lui sa portion". Portion de santé, d'amitié, de compréhension. Nous serons gonflés parce que dans le plan astral, nous ne cherchons que cela. Certains sont gavés dans le plan physique, ils ont une santé magnifique, mais ils souffrent parce que personne ne les aime. Dans le plan mental, beaucoup n'ont pas de guide, de Maître, de personne qui leur explique la vie et les guide dans le chemin de la vérité.