Merci de votre visite

lundi 6 octobre 2014

L’HISTOIRE DE NASTRADINE HODJA



Un jour, Nastradine Hodja alla dans une église. Il vit que tout le monde mettait des cierges devant les archanges et les saints. Voyant cela, il dit: "Pourquoi ne met-on rien devant ce malheureux, noir et dédaigné?" Il est sans doute noir de tristesse parce qu'il se sent délaissé. Je lui mettrai un cierge. Il achète donc un cierge et le place devant la statue du diable. Il se sent très content d'avoir fait le bien. Au cours de la nuit suivante, il fait un rêve. Le diable lui apparaît et lui dit: "Nastradine Hodja, je suis très reconnaissant de ce que tu as fait. Jusqu'ici, personne n'a pensé à moi de cette façon, cela mérite une récompense. J'ai trouvé un trésor quelque part, je te le donnerai à cause du bien que tu m'as fait". Le diable mène alors Nastradine Hodja à travers des broussailles et des fourrés, dans un lieu où il s'arrête et lui dit: "C'est ici, tu peux prendre le trésor, tu n'as qu'à creuser pour le découvrir". Nastradine Hodja n'avait pas de pelle. Il se dit: "Je vais aller en chercher une, mais il faut que je fasse un signe à l'endroit où est le trésor afin de pouvoir le trouver quand je reviendrai. Il laisse donc un signe à cette place. Toutefois, il s'éveille brusquement et il s'aperçoit que, dans son lit, il a aussi laissé un signe, un signe pas très agréable. Sa femme crie et lui dit: "Mais que se passe-t-il? As-tu perdu la tête.

Voilà comment le diable récompense ceux qui le servent. Au lieu d'appeler le soleil, Dieu, on appelle l'autre côté et celui-ci vient vous récompenser de cette façon. Une grande vérité se trouve cachée dans cet exemple. Excusez-moi s'il n'est pas très élégant. Méditez sur son sens, une vérité s'y cache. Il ne faut pas aider les loups, ce n'est pas de la charité, mais de la stupidité. Dans aucune circonstance de la vie, il ne faut pas oublier que le soleil est le banquier, le magasinier qui distribue la nourriture et les vêtements. Il faut toujours être avec lui. Il faut être un bon conducteur de son énergie et pour y parvenir, il faut étudier à l'école du soleil. Si nous allons à cette source, dit le Maître, toutes les questions auront des réponses, tous les problèmes se résoudront. Nous allons maintenant faire un exercice. Quand on a le soleil en soi, il vibre. On ne le voit pas, mais on le sent. Le bien, l'honnêteté, etc... sont d'autres termes pour dire ce que je viens de vous expliquer. Je vous ai parlé sous une forme qui sort un peu de l'ordinaire. La première chose à faire est donc de nous concentrer et de former un soleil magnifique où nous nous trouvons. Vous pouvez tous le faire. Durant cinq, dix ou quinze minutes, il faut tout oublier, mari, enfants, occupations ordinaires, restrictions. Concentrez-vous sur le soleil lumineux qui répand sa lumière partout dans le monde.

Izgrev sera un centre de lumière. Quand vous y viendrez, vous recevrez toute la lumière, cette lumière que vous allez aider à former. Ce soleil sera la lampe géante d'Izgrev. Vous recevrez chaque mois un salaire et des intérêts pour cet exercice. En rentrant chez vous, vous le pratiquerez aussi en famille. Vous le ferez également au-dedans de vous et dans votre vie personnelle. Ensuite, nous le ferons pour Paris, puis pour toute la France. Il faut former un grand soleil très puissant. Ce sera le grand soleil de la Providence. Je vous disais, il y a cinq ans, que si j'avais auprès de moi mille personnes conscientes et intelligentes, nous pourrions faire des miracles pour la France. Si mille personnes unies et exercées faisaient ensemble cet exercice du soleil, elles produiraient en quelques jours au-dessus de la France, un soleil gigantesque. Tous ses ennemis la quitteraient alors et ne lui feraient plus aucun mal. Je connais beaucoup d'autres moyens pour aider, mais où sont ces mille personnes? Vous dites qu'elles sont déjà là, oui, mais elles sont dispersées et surtout ne savent pas se concentrer. Dès maintenant, il faut que nous fassions des efforts pour former un soleil partout, vous en verrez les résultats, sur vous d'abord, sur votre famille ensuite, puis, enfin les autres. Formons ce soleil avec tout notre amour. Voyons-le, projetant de la lumière dans tout Sèvres, sur tout Paris. Après de tels exercices, on se sent magnétisés, renforcés. Pratiquons-le souvent et de différentes façons.

Si un clairvoyant assiste à cet exercice, il dira qu'il voit le soleil que nous formons, et il le verra durer longtemps. Plus tard, nous commençons à le voir aussi. Nous ferons des exercices pour cela. Si vous voulez vraiment apprendre, il faut lier le côté théorique au côté pratique. Vous verrez alors que plusieurs parmi vous commenceront à voir et à entendre. Comme je vous l'ai dit, il faut des êtres convaincus de façon inébranlable, sinon rien n'est possible.

C'est dans ce chemin que se trouve la lumière et la joie. Il ne faut pas dire: "J'ai lu un livre qui dit d'autres choses". Un jour, on trouve que l'enseignement est beau et le lendemain on trouve qu'il ne vaut pas la peine d'être étudié. La vie ne peut se baser sur des hommes chancelants. Il faut rester convaincus quoi qu'il arrive (bombes, famines, etc). Où est la conviction? La plus grande force de caractère est là, dans la conviction; elle n'est pas dans certaines connaissances. Il est si facile d'avoir des connaissances. Il suffit d'acheter quelques livres et en quelques mois on peut apprendre à répéter beaucoup de choses. Mais vous n'avez aucune conviction, aucune solidité.

J'ai rencontré de grands philosophes qui étaient extrêmement faibles et chancelants. Être stable et solide, c'est beaucoup plus difficile et plus important que d'avoir des connaissances. Pour avoir cette conviction, cette solidité, il faut parfois plusieurs incarnations. Quand on ne vous heurte pas, vous ne vous froissez pas, mais quand les événements se produisent, vous devenez faibles et vous vous vexez. Lorsque les privations surviennent, si vous persistez à dire que Dieu existe et que c'est vous qui devez vous corriger, vous avez une conviction. C'est précisément là que réside une conviction solide. Ce n'est pas de la conviction que de rester en équilibre quand la vie est belle. Il faut en avoir lorsque tout va mal. Avoir une conviction, c'est une chose extrêmement importante et très puissante. J'ai étudié et observé le Maître durant des années. Il apprécie principalement la conviction. Maintenant, j'ai un savoir solide concernant ce que le Maître apprécie. Des personnes qui venaient le voir parlaient de grandes choses, avaient beaucoup étudié dans les Universités. En agissant ainsi, elles croyaient gagner la confiance du Maître, mais il n'y avait rien à faire. Je ne pouvais comprendre pourquoi le Maître ne leur accordait pas sa confiance en dépit de tout ce qu'ils disaient. Il tâchait de voir plus profondément et constatait que ces personnes n'étaient que des perruches, des perroquets, répétant ce qu'on leur avait appris sans aucune conviction intérieure. Il entendait que leurs paroles étaient creuses, superficielles.


J'ai compris plus tard qu'il compte sur les convictions stables et solides, et non sur autre chose. Ceux qui peuvent se laisser couper en morceaux comme des martyrs ne savent peut-être pas grand-chose, mais ils ont du caractère, si quelqu'un dit: "Je ne suis pas très instruit", je lui répondrai que cela ne signifie pas grand-chose, que cela ne doit pas le décourager, parce qu'il possède peut-être le plus important de tout: le caractère. Alors, il est très facile d'acquérir le reste. Un mois ou une année suffisent pour vous inculquer les notions supérieures, qui vous permettront de vous diriger, si vous avez déjà un caractère.