Merci de votre visite

samedi 6 décembre 2014

DANSER AVEC LA VIE par Peter DEUNOV


Le Bulgare s’éveille, n’est-ce pas ? Et vous direz que ce sont des chants bulgares. Ce n’est pas le cas. Ce sont des chants de la nature. Ce motif n’est pas sorti de la tête d’un Bulgare. Un clairvoyant disait que c’étaient des chants bulgares. Non, ce sont des chants de la nature. Non seulement un Bulgare ne peut créer de tels chants, mais un Anglais ou un Français en seraient encore moins capables. Ce sont des motifs de la nature. Ils séduisent parfois car les gens ont beaucoup dansé sur ces airs. Autrefois, les gens utilisaient ces chants contre le mal, et maintenant quand on les joue, les gens disent que ce n’est que taper des pieds. Or, ces mouvements de pieds permettent de se soigner : leur rythme est bon pour la santé. Si quelqu’un est malade, ne chantez pas de chants en gammes mineures, mais en gammes majeures.

Si ton mari est malade, effectue tout doucement ces mouvements de pieds ; danse, et ton mari dira alors : « Ne tape pas du pied ! » Mais après que tu as un peu dansé, il dira : « Danse encore un peu. » Puis il commencera à chantonner et tu pourras voir que le travail de guérison s’est accompli. Pourtant vous dites : « N’est-ce pas une honte de danser ainsi ? » Est-il préférable qu’un homme reste au lit à geindre alors qu’il est en bonne santé, et qu’on lui apporte toutes sortes de choses ? Cela est bien plus ridicule. Quand il s’agit de repos, le problème est autre. Mais tomber malade et déranger toute une maisonnée avec sa maladie, c’est honteux. Tape du pied, joue d’un instrument. Certaines maladies se soignent ainsi. C’est une guérison musicale et c’est très bien. Ne chantez pas fort, mais tout doucement, afin de ne pas effrayer le malade car il a l’oreille sensible.

Il faut chanter tout doucement, bien qu’avec vivacité. Par exemple, quand on exécute le deuxième exercice, le motif est très sérieux ; il commence en mineur, puis devient plus vif : « Les rayons divins t’apporteront de la douceur. »

Nous utiliserons la musique dans l’éducation des enfants. Nous ferons l’essai avec les petits. Et vous, vous pouvez faire ces essais sur vous-même. Vous avez utilisé beaucoup de règles morales dans l’éducation, mais maintenant, nous utiliserons certains des exercices occultes avec les enfants et vous pourrez constater leur influence. Dans le futur, la musique sera un bon moyen d’éducation, que vous pouvez déjà appliquer sur vous-même. Tu es là, à rester assis, et tu ne trouves pas la solution à un problème ! Prends un exercice, puis un autre, chante tous les exercices que tu as, et tu verras le résultat. Ces exercices, je vous les ai donnés tout prêts, afin que vous économisiez votre peine. Sinon, il vous aurait fallu les chercher dans les forêts de Rila, en montagne, là où jaillissent les sources, et enfin parmi le peuple. Cependant une oreille exercée ainsi qu’une bonne compréhension sont nécessaires pour saisir le motif musical qui soit juste.

Durant l’occupation turque, le Bulgare se soignait avec ses chansons. Avec des chants en mineur, il soignait sa tristesse, et avec ceux en majeur, il se disait à lui-même : « Tu dois taper du pied, danser, et demain tu iras labourer ton champ. » La tristesse revenue, il chantera en mineur ; la joie retrouvée, il chantera en majeur, etc.  Actuellement, dans le monde nous sommes exposés aux souffrances et la musique est une méthode pour se soigner.
Accordons-nous un moment de repos, et voyons ce que les disciples ont écrit à propos de la musique. (Nous avons lu encore quelques thèmes.)

Il n’y a pas une musique qui serait mondaine et une autre qui serait spirituelle ; il y a deux façons de considérer la musique. Elle est, pour ainsi dire, un seul principe. Lorsqu’on dit que l’on doit être de bonne humeur, l’humeur est alors considérée comme une musique. Toute bonne disposition est due à la musique. Pour que le Bien se manifeste, nous devons obligatoirement utiliser la musique ; elle est pour lui comme une enveloppe. Dans la Sagesse, tout est en ordre, tout est à sa place. Quand il s’agit de la Vérité et de l’Amour, tous utilisent la musique - ils sont des moyens extérieurs pour la manifestation de la vie. Si nous considérons le monde intellectuel, celui-ci est une frontière entre les facultés intellectuelles et les facultés musicales de l’homme.

De chaque côté de son front, au-dessus des sourcils, sur le rebord externe, se trouvent certaines facultés. Chez certaines personnes, ces endroits sont moins développés, ce qui indique que leurs aptitudes pour la musique ne sont pas tellement développées. Tandis que vous pourrez remarquer que ce rebord au-dessus de l’œil est plus développé chez les musiciens. Le monde intellectuel est celui des Anges. Dire que « l’homme est manas » signifie que l’on parle du monde angélique. À la frontière de ces mondes s’établissent des points de contact.

Un de nos plus grands philosophes, comparé au plus simple des Anges, ne serait qu’un ignorant. Le philosophe le plus instruit sur terre, comparé au plus simple des Anges, ne serait qu’un bébé dans le monde angélique. Nous avons parfois une haute opinion de nous mêmes. Au ciel, on dit : « En bas, le plus simple des Anges est un officier, ce n’est pas un simple soldat comme il l’est parmi les Anges, il est officier ; et ici, pour nous, un officier n’est pas un Ange. »

Aujourd’hui, dans la situation où se trouve l’humanité, il y a des choses plus importantes que tout ce qui peut se passer dans notre vie. De nos jours, chacun a une haute opinion de lui-même. J’ai parfois entendu dire que les hommes étaient plus élevés que les Anges et même que les Archanges ! C’est ce que l’on croit. Cela pourra se faire dans le futur, mais à l’heure actuelle... ! Il est dit dans les Écritures : « Tu l’as créé un peu inférieur à l’Ange. » Et certains théologiens en donnent comme interprétation que les humains dépassent les Anges.

C’est faux ! Si l’on ne considère que leur forme, passe encore, mais pour ce qui est de leur essence, il existe un domaine où les Anges ne peuvent progresser : ils ne peuvent commettre d’erreurs ! Ce sont des êtres absolument purs, totalement purs. Ils sont l’exemple même de la pureté et de l’amour. Si vous voulez savoir ce qu’est l’amour, vous le trouverez parmi eux. Et quel amour !

Si on envoyait l’un d’entre vous parmi eux, il constaterait que leur amour et leur culture sont différents des vôtres - ils sont tout autre ! Il existe une telle barrière entre vous et les Anges, qu’il est difficile d’entrer dans leurs écoles. Combien de vies humaines passées à prier et à jeûner, combien de demandes devrez-vous adresser à Dieu afin que les Anges acceptent de vous recevoir parmi eux ? Il est facile d’entrer dans le Paradis, mais difficile d’être admis parmi les Anges.
Au Paradis, ne se trouvent que des âmes humaines. Si quelqu’un veut m’écouter parler des Anges, je dis : « La flamme et le feu sont produits par les Anges ; ce sont des êtres de feu. » Nous devons nous montrer humbles devant eux. Les Anges disposent d’une excellente culture ; une culture si pure que nous ne pouvons en avoir qu’une vague idée.

Parfois, un Ange peut venir sur terre, mais dans ce cas, il vient chargé d’une mission spéciale. Les âmes humaines ont des Anges comme guides, mais ils descendent très rarement sur terre. Ne vous faites pas d’illusions ! Si les Anges descendent rarement, ce n’est pas parce qu’ils n’aiment pas venir, mais parce qu’ils ont beaucoup de travail. Étant donné que l’humanité est restée en arrière, ils s’appliquent à former des saints. Les Anges ont leur propre voie d’évolution sur laquelle ils progressent. Ils préparent des saints. Et ainsi, vous êtes préparés à devenir des saints (ce n’est pas une plaisanterie). Être ‘saint’ signifie pouvoir se manifester, étudier et venir en aide aux autres.

Presque tous les anciens postes qu’occupaient les Anges sont maintenant occupés par les saints. Actuellement, il y a peu d’Anges qui soient présents sur terre car ils se retirent dans leur monde où ils travaillent ; certains d’entre eux ont de lourdes charges, comme celle de diriger le système solaire et ils ne descendront pas s’occuper de Pierre ou de Paul. Ils ont un travail considérable. Ce sont des êtres purs, extrêmement purs et si doux que vous ne pouvez vous en approcher tels que vous êtes : dépravés. Ils sont semblables aux abeilles ; ils n’ont ni médecins, ni hôpitaux. Si l’un d’entre eux commet une erreur, il est jeté dehors. Il est exclu et tout de suite oublié ; il n’existe aucun pardon et personne ne pleure.

Il existe beaucoup de ces anges déchus parmi vous ; pas seulement déchus, mais sans ailes. Il existe une légende qui dit que lorsque les hommes ont chuté et sont venus sur terre, de là-haut, un million d’Anges a été envoyé pour les aider. Quand les Anges arrivèrent sur terre, ils virent combien les filles des hommes étaient belles.

Ils décidèrent de se marier et restèrent sur terre. Voici ce que dit la légende : « Les fils de Dieu ont vu que les filles des hommes étaient belles et ils fondèrent des foyers sur terre. » Quand le Christ vint, Il dit aux Anges : « Votre mission était d’aider l’humanité afin que ceux qui avaient pris conscience, puissent sauver les autres à travers leurs liens. » Mais ces liens sont ceux des contes des « Mille et une nuits ». C’est une histoire occulte qui demande à être expliquée. Car sans explications, vous vous en feriez une fausse idée. Les Anges sont liés aux plantes et aux animaux, et nous aussi sommes liés à eux. Je vais vous dire comment nous sommes liés aux Anges. Les arbres sont les enfants des Anges. Je vous parle maintenant en langage occulte.

D’autre part, les animaux sont les enfants des Archanges. Et les plantes et les animaux sont au service de l’homme. Les Anges et les Archanges leur disent : « Étudiez ici et apprenez ce qu’est une vie humaine. » Ne pensez pas que les plantes aient une origine ordinaire.
Un jour, elles reviendront là-haut, chez leurs parents. Mais certains disent : « Ce n’est qu’un arbre ! »

Maintenant, une pensée négative va se glisser en vous, et vous vous demanderez : « Les Anges ont-ils des enfants ? » Bien sûr qu’ils en ont, mais leurs enfants ne naissent pas comme ceux des humains - la méthode par laquelle naissent les hommes n’est pas la plus réussie. « Né de chair et d’Esprit. » Comment naître d’Esprit ?

Nous devons être attentifs aux plantes. En vous parlant des plantes, je garde à l’esprit qu’elles sont les enfants des Anges ; c’est pourquoi le jus de la pomme et celui de la poire sont si bons... N’avez-vous jamais senti leur force ? C’est toute une richesse ! Leur amour est totalement désintéressé et les plantes se sacrifient. Parfois, quand on transgresse les lois, ils prononcent leur verdict et il arrive souvent que quelqu’un le paye de sa vie.

En général, vous dites : « Dieu a créé les plantes, les arbres pour l’homme, afin qu’ils soient utilisés dans le domaine de la construction. Mais vous, en tant que disciple de l’école occulte, libérez-vous de cet égarement ! Les arbres n’ont pas été créés pour devenir des poutres dans la construction d’immeubles. Qu’ils deviennent des poutres, c’est un autre problème ! Qu’on puisse égorger certains mammifères est un autre problème ! Ils n’ont pas été créés afin que nous les mangions.

Maintenant, comme disciples, vous devez penser. Quand une pensée vous vient, réfléchissez-y. Il y a une autre manière de naître. Le problème est différent si les plantes et les animaux se sacrifient volontairement, mais la façon dont on les utilise et comment on les brutalise, cela n’existait pas au commencement. Les plantes, les animaux, les mammifères ont une tout autre destinée. Quand Adam

était au Paradis, quelle était sa destinée, qu’est-ce qui avait été mis à sa disposition ? Qu’est-il écrit dans la Bible ? N’est-il pas dit de labourer la terre, de cultiver les plantes et d’élever les animaux ? Non seulement, mais aussi de donner un nom à chaque animal. Il n’est dit nulle part de les manger. Dieu a donné aux animaux de l’herbe à brouter et à l’homme, des fruits. Après qu’il soit sorti du Paradis et soit devenu un maître, l’homme a transgressé la loi divine. Nous devons apprendre à chanter ; c’est le plus important. La musique que je vous recommande vous apportera certains bienfaits.
La musique occulte rafraîchit l’intellect. Si elle est correctement chantée, ton intellect sera rasséréné. Et si tu as une question à résoudre, tu pourras trouver la bonne solution. Quelqu’un demande : « Comment résoudre ce problème ? » Tu chanteras, et tu le résoudras correctement. Après avoir chanté doucement durant cinq minutes, note les idées qui te viennent et si cette musique a pu t’apporter des bienfaits tels que l’élargissement de l’intellect, la lumière et la pureté, c’est qu’elle est bénéfique. Il ne suffit pas qu’elle te régénère, encore faut-il que tu puisses résoudre ta question.

Dans la musique, certains tons sont liés à des mots. Nous lions ces tons à des mots afin que notre sensibilité se développe. Parfois, notre sensibilité agit sur notre mémoire. Les musiciens contemporains sont très sensibles. En général, ils font preuve de beaucoup d’amour propre et explosent pour un rien. Prenez un chef d’orchestre ou un chef de chœur et voyez comment à la moindre erreur celui-ci fixe du regard, alors qu’il devrait se montrer doux et calme. Il en est ainsi, car nous n’avons pas encore une musique idéale. Mais il ne faut pas le juger ; il a raison : nous devons bien chanter. Les sons discordants lui sont insupportables. Il a raison !
Avant tout, pour qui chanterons-nous ? Vous chanterez par amour.

Nous prendrons l’amour pour fondement, puis nous chanterons. Il arrive de dire : « Je suis triste, je n’ai plus envie de chanter. » Quelqu’un est triste et n’a pas envie de chanter. Chante ! Le chant est maintenant la seule chose qui puisse te soigner ; tu dois chanter ! Pourquoi ne pas chanter ?

Ce matin, je vous ai dit que nous devons penser, car nous coûtons très cher au monde invisible. Un jour, je devrais compter à combien revient chacun de vous. Ne vous faites pas d’illusions. On dépense pour vous une si grande énergie qu’il est honteux de rester dans l’état où vous êtes ! Cela ne coûte pas un million, dix millions, mais des milliards et des milliards de leva , et cela pour chacun d’entre vous ! Et cependant, vous restez là et demandez : « Que va-t-il advenir de moi ? » Comment pourrais-je qualifier un tel disciple pour lequel son père a dépensé tant et tant qu’il en a même dépensé tous ses biens ? Comment baptiserez-vous un tel fils ? Vous en trouverez vous même le qualificatif.


Cela ira, tout ira bien. L’important est que passe cette période transitoire que vit l’humanité ! En tant que disciples, vous vous trouvez dans un état particulier, mais cela ne doit pas vous désespérer. Plus tard, viendront des exercices de base. Nous aborderons alors un autre domaine : nous passerons à la géométrie et aux mathématiques.