Merci de votre visite

jeudi 4 décembre 2014

RECEVOIR DES PARTICULES DE SOLEIL


Dans la nature, tout est polarisé ; La terre et le soleil, par exemple, sont deux pôles entre lesquels il existe une circulation. C'est grâce aux énergies qui émanent du soleil et viennent à nous sous forme de lumière, de chaleur et de divers éléments que la graine mise en terre commence à gonfler et germe pour se transformer peu à peu en plante, en arbuste, en arbre portant des fruits. La terre est la cathode et le soleil est l'anode. La solution où sont plongés les deux électrodes que sont la terre et le soleil (ainsi que tous les autres astres), c'est l'éther, dans lequel un nombre incalculable d'éléments sont présents. Le soleil est une lame d'or qui envoie de ses particules sur toutes les choses de la terre. En galvanoplastie, le phénomène attendu ne réussit que si le moule, l'image qui doit recevoir les particules de métal est parfaitement propre, sans oxydation. Toute matière grasse ou autre empêche qu'on obtienne un résultat. Et lorsque l'anode est le soleil, le métal est l'or.

Comment recevoir les particules d'or qu'il nous envoie?

Il faut un coeur pur. Et pour purifier son coeur il existe deux méthodes que l'on peut trouver dans la nature. L'eau représente le sang de la terre. Les rivières et les fleuves sont les artères et les veines. Des coeurs d'eau charrient des eaux pures comme le sang des artères, d'autres des eaux impures comme le sang des veines. Alors observons l'eau et les deux processus par lesquels elle retrouve la pureté.

L'eau tombe en pluie sur la terre ou en neige sur les montagnes; elle s'infiltre dans le sol, traverse diverses couches et après un long trajet elle ressort toute propre loin de son point de chute. Ou bien, accumulée dans les lacs et les mers, elle est chauffée par les rayons du soleil et s'évapore dans l'atmosphère; là, elle se purifie avant de retomber sur le sol, complètement débarrassée de ses impuretés. Pour l'homme aussi, ces deux procédés de purification existent. Si l'on refuse l'un, on devra subir l'autre. Si on refuse de monter dans l'espace en s'exposant à l'action de la lumière, alors on devra descendre dans l'obscurité et subir la pression de la souffrance.

L'Enseignement veut nous conduire vers les hauteurs. Il nous convie à nous purifier par la lumière en élevant nos pensées vers le soleil et vers le Créateur dont il est le merveilleux et le vivant symbole. Voir le lever du soleil est d'une importance capitale. Mais tout dépend, évidemment, de la façon dont on le regarde et dont on le  considère. D'abord il importe de connaître la valeur de l'aurore pour notre vie psychique. Ensuite il faut persévérer, car on n'obtient pas tout de suite de grands résultats. Notre conscience ne sait pas s'élever jusqu'à la superconscience, elle s'arrête à la soi-conscience, et nous devons l'entraîner à cette ascension. Au bout d'un certain temps, vos exercices produiront des effets et vous sentirez que vous n'êtes plus tout à fait comme les autres. Vous vous sentirez éclairés et libres. Les souffrances ne seront pas supprimées ni même écartées de votre chemin, mais elles changeront de caractère; elles deviendront plus subtiles, plus acceptables, plus agréables, parce qu'elles seront porteuses de révélations et qu'elles feront évoluer votre conscience.

Ce qui compte au-dessus de tout, c'est le point de vue auquel nous nous plaçons. Il faut adopter le point de vue qui nous permettra de nous affranchir et d'être puissant. Car, il y a le point de vue purement égocentrique, celui de l'estomac, qui vous maintient sous les nuages et sous la dépendance des conditions extérieures. Et il y a le point de vue  héliocentrique, qui fait que vous vous placez sur le soleil.

Le point de vue du soleil, de la source unique, vous permettra de vous libérer, de devenir calme, serein et joyeux. Pour l'acquérir, il faut faire des exercices. Les hommes ne savent encore que boire et manger, et encore le font-ils mal, et ils ne savent ni respirer bien ni absorber bien les rayons du soleil. Pourtant le meilleur moyen de se purifier, de se laver, c'est d'absorber les rayons ultraviolets avant le lever du soleil. Ces rayons agissent fortement sur le système nerveux.

Un exercice : devenir parmi les hommes un petit soleil, leur envoyer une nouvelle vie qui les anime afin qu'ils échappent à la philosophie mortifiante qui prétend tout inanimé, sans signification, sans but et qui fait de la vie une chose sans valeur, cette philosophie actuelle qui ne voit dans le monde ni justice, ni sagesse, ni amour.

Soyons les imitateurs du soleil!

Pourquoi faire cet exercice, de s'imaginer être sur le soleil au cours de nos prières et de nos méditations? En réalité nous sommes déjà sur le soleil. Oui, notre Moi supérieur, l'étincelle que Dieu a mise en nous se trouve déjà sur le soleil. La prière et la méditation nous permettent d'harmoniser les vibrations de notre moi terrestre avec celles de notre Moi supérieur, et alors nous vibrons comme lui, des rayons de lumière nous traversent, et les connaissances qui sont le fait du Moi supérieur se reflètent dans le cerveau de notre corps physique. L'illumination et l'extase proviennent de ce Moi supérieur.

Se retrouver soi-même dans le Moi supérieur, c'est réaliser le cercle que représente le serpent se mordant la queue; la tête et la queue se joignent. Parce que le côté inférieur de notre être se met à vibrer comme notre être supérieur et parfait, nous commençons à appliquer la volonté de Dieu et tout ce qui se trouve dans la tête se reflète dans la queue, c'est-à-dire dans la personnalité. Alors, on nage dans la joie. Pourquoi les hommes vivent ils dans les souffrances? Parce que la queue est extrêmement éloignée de la tête et n'a pas de correspondance avec elle. Le corps fait une chose pendant que la tête en pense une autre. Dans ces conditions il est impossible à l'homme de connaître tous les trésors que Dieu a déposés en lui, c'est un héritage dont il ne dispose pas. Il est encore trop jeune. Un père ne donne pas son héritage à ses enfants tant qu'ils ne sont pas adultes.

Faisons tout pour vibrer en harmonie avec notre Moi supérieur, c'est-à-dire avec nous mêmes. Par la prière et la méditation établissons un lien entre nos deux "moi". En les pratiquant nous sentirons une compréhension nouvelle se manifester dans notre tête. Nous aurons touché un peu de l'héritage que Dieu a placé pour nous dans le soleil, un peu de la sagesse et de la puissance de Dieu et un peu de sa ressemblance. Qui ne veut pas s'accorder avec l'étincelle divine reçue de Dieu ne peut ni se transformer ni connaître l'illumination. En faisant des exercices avec le soleil, vous augmentez en vous la conscience du Moi supérieur.

Imaginez que votre Moi supérieur, qui se trouve sur le soleil, vous regarde et ironise un peu sur votre petitesse physique en face de lui, ici sur la terre. Soyez là-haut avec lui. Vous aurez des révélations insoupçonnées, car vous êtes fils de Dieu et vous portez en vous toutes les possibilités, tous les dons. Ils ne se trouvent pas sur la terre; aussi ne peuvent-ils se manifester et vous apporter le calme, la béatitude, la paix et le savoir, sauf à travers votre Moi supérieur. Celui-ci vous les donnera, un ou deux jours, puis les reprendra, parce que ce sont des biens qui s'évaporent comme un parfum s'échappe d'un mauvais flacon.

Notre flacon ne suffit pas à garder les parfums; nous n'avons pas su le préparer ni le boucher comme il faut. Rappelez-vous: vous avez eu des extases, elles n'ont pas duré; malgré vous, tout s'est envolé. Le Moi supérieur ne peut vivre longtemps en nous. Il se manifeste donc de temps à autre et il attend que nous ayons élaboré des flacons bien bouchés capables de conserver, entre deux de ses visites, les trésors qu'il nous destine.  


Textes extraits de plusieurs conférences OMRAAM MIKHAËL AÏVANHOV 1962