Merci de votre visite

lundi 5 janvier 2015

LE ROYAUME DE DIEU EST SEMBLABLE À UN GRAIN DE SÉNEVÉ


Dire que Dieu est absolument inconnaissable est une affirmation erronée. Un Etre dont on peut jour et nuit contempler les ouvrages n'est pas réellement inconnaissable. Puisque l'univers créé par Dieu existe et qu'il est au moins en partie accessible à nos cinq sens et à notre réflexion, il en est de même de Dieu. Au-delà de Kéther, Dieu est hors de portée de nos facultés, mais à partir de Kéther nous abordons des notions accessibles à notre entendement.

Kéther, la première séphira, représente le commencement de toute manifestation, et la manifestation sous-entend la division, la polarisation, c'est-à-dire l'apparition d'un principe masculin et d'un principe féminin nécessaires pour créer.

L'exemple de la graine nous fera mieux comprendre cette idée. Tant que la graine ne se « manifeste » pas, on ne peut rien savoir d'elle. En elle, la vie est figée. Mais vous la mettez en terre, vous l'arrosez, elle se divise et un germe apparaît qui devient une tige, et se met à pousser: alors vous commencez à la connaître. Dieu a laissé partout dans la nature des traces qui peuvent nous instruire. Si Dieu, l'Absolu qui contient tout, ne s'était pas polarisé pour se manifester, nous n'existerions pas et nous ne pourrions rien connaître, de la même façon que nous ne pouvons rien savoir d'une graine tant qu'elle ne germe pas, tant qu'elle ne se polarise pas.

C'est justement cette image de la graine que Jésus a utilisée dans les Evangiles: « Le Royaume de Dieu est semblable à un grain de sénevé qu'un homme a pris et semé dans son champ. C'est la plus petite de toutes les semences; mais quand il a poussé, il devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches. » Le Royaume de Dieu, c'est l'univers,  dont l'Arbre séphirotique ou Arbre de la Vie est une des représentations symboliques les plus profondes.

Regardez: le semeur a mis la graine en terre, c'est la première séphira, Kéther. Tant que la graine n'est pas semée, le processus de la vie ne peut commencer. Une fois en terre, la graine se divise, elle se polarise et c'est Hohmah, la Sagesse, le binaire, l'opposition du positif et du négatif, du haut et du bas. Les forces contenues dans la Couronne commencent à se diviser, à s’opposer les unes aux autres. Voilà pourquoi tous ceux qui ne comprennent pas la dualité, les contraires, le bien et le mal, ne peuvent comprendre la sagesse.

Mais en réalité, ces forces ne sont pas complètement divisées, elles restent liées par la Couronne qui leur dit: « Vous êtes masculine et féminine, positive et négative, alors unissez-vous et allez travailler dans le monde. » Elles s'unissent et c'est Binah, l'intelligence, qui les harmonise. Comme l'a ordonné la Couronne, Binah réconcilie les contraires et le germe apparaît.

Kéther, Hohmah et Binah sont les racines enfouies dans le sol du monde d'en haut. Vous direz: « Mais c'est en bas, dans le sol, que les racines d'une plante sont enfouies! » Oui, car pour la plante, c'est la racine qui représente la tête. Mais la véritable tête est en haut. L'homme est lui aussi un arbre dont les racines sont plantées en haut, dans le Ciel. Comme les trois séphiroth Kéther, Hohmah et Binah, notre vraie tête est enfouie dans le sol du monde divin.

Maintenant, pour que la plante apparaisse au- dessus du sol, il faut l'intervention de la quatrième séphira, Hessed: la Miséricorde. Hessed représente le tronc de l'arbre, cette force qui essaie de résister quoi qu'il advienne.

La cinquième séphira Gébourah: la Force, correspond aux branches qui commencent à s'étendre de tous côtés. Quand un homme, une société, un peuple, deviennent puissants ils réussissent à se répandre partout. La sixième séphira, Tiphéreth: la Beauté, ce sont les feuilles qui non seulement donnent une parure à l'arbre mais lui permettent de respirer et de se nourrir de lumière.

Après les feuilles, apparaissent les bourgeons: c'est la septième séphira, Netsah: la Victoire. S'il est parvenu au stade des bourgeons, c'est que l'arbre a été capable de vaincre toutes les difficultés, et il donnera des fruits. Maintenant il se fait un grand travail dans les bourgeons qui vont donner naissance aux fleurs. C'est la huitième séphira, Hod: la Gloire, la louange. L'arbre se couvre de fleurs dont il offre les parfums, comme de l'encens, pour célébrer la gloire de l'Eternel. Enfin, dans la fleur se forme le fruit que le soleil fait mûrir en lui donnant des couleurs. C'est la formation de l'enfant, la neuvième séphira Iésod: la Base; le fruit sera le point de départ d'une autre vie, d'un nouvel arbre. 

Car le fruit, produit par la graine, contient lui-même des graines, et c'est Malhouth, la dixième séphira. De 1 qu'il était, le grain est devenu 10, c'est-à-dire symboliquement la multitude. Chaque graine ou semence produite par le fruit représente Malhouth, le Royaume de Dieu. Comment reconnaître que c'est bien le Royaume de Dieu? Plantez la graine et tous les autres attributs apparaîtront bientôt. Donc, Malhouth et Kéther se rejoignent, le commencement et la fin des choses sont identiques. Voilà pourquoi Jésus disait que le Royaume de Dieu (Malhouth) peut se comparer au grain de sénevé.

Maintenant, vous pensez peut-être: « Tout cela est très bien, mais que pouvons-nous en faire pour notre vie intérieure? » Beaucoup de choses. Le grain de sénevé peut être interprété comme une pensée ou un sentiment.

Qu'est-ce qu'une pensée, un sentiment? Un grain en apparence minuscule. Alors plantez-le, et s'il est pur, désintéressé, intense, et que vous lui donniez de bonnes conditions, il sera le point de départ pour l'édification du Royaume de Dieu. « Les oiseaux du ciel viennent s'abriter dans ses branches », dit Jésus. Les oiseaux, ce sont les anges: ils viennent visiter l'homme qui a embrassé la vie spirituelle, ils trouvent un abri en lui, ils s'installent définitivement et le remplissent de leur lumière et de leurs grâces.

Il est dit que Dieu a créé l'homme à son image et à sa ressemblance. Qu'est-ce que cela signifie? Vous le comprendrez quand vous aurez longtemps médité sur l'image de la graine et de l’arbre. Toute la question de l'image et de la ressemblance est contenue dans la distance qui sépare la graine de l'arbre.


Omraam