Merci de votre visite

vendredi 13 février 2015

L’UNION AVEC DIEU


Dans sa manifestation, la vie a un côté réel et un côté irréel ; une signification pratique, une autre théorique.

Les « croyances » et les conceptions sur la vie sont très différentes et souvent contradictoires ; elles ne relèvent que de la théorie. Dans le côté pratique, « réel », de la vie, il y a une unité de mesure, une unité d’action intérieure, de même que dans la joie, qui crée un élargissement semblable en tout être vivant.

Une autre réalité de la vie est l’union intérieure avec la source de tout ce qui vit, avec le Créateur, avec Dieu. Cette union se fait par la pensée, concentrée, pure, élevée qu’on définit par le mot « prière ».

La prière consiste à transmettre avec justesse, avec clarté et intensité, les pensées, les désirs et les sentiments les plus sincères et les plus purs. Celui qui prie de cette manière a compris le sens intérieur de la vie, et le lien existant entre tous les êtres.

Votre bonheur dépend de la Pensée divine qui descend dans votre esprit, de votre aptitude à la percevoir, à retenir sa lumière et à travailler avec elle. La Cause Primordiale a réfléchi longtemps avant de créer un monde parfait et rempli de si grands biens pour tous.


Dans les langues contemporaines, on ne trouve pas de terme précis pour exprimer la grande idée cachée dans le mot « prière ». La prière peut aussi consister dans l’acte de la respiration, exécutée consciemment et avec un sentiment d’amour pour l’air et ses bienfaits, et de reconnaissance envers Dieu pour tout le lien qu’Il nous dispense.


Ceux qui sont prêts à ressentir leur vie intérieure d’une façon intuitive pourront mieux saisir le sens profond de la prière. Le matin, au lever, par des exercices de respiration profonde en pensant que vous êtes unis à Dieu et en reconnaissant Ses qualités, Sa force, Sa bonté, vous entrerez dans l’harmonie de Sa présence et de Sa pensée toute puissante. Par cette « respiration-prière » du matin, l’homme, s’accordant avec la Grande Sagesse Divine qui dirige tout, se sentira tout le jour mieux disposé et prêt à accomplir ardemment les tâches qui l’attendent.
Prier, c’est diriger son intellect, son coeur, son esprit, vers la Source de Vie dont nous sommes sortis.


La décadence de l’humanité actuelle est dûe à une profonde cause intérieure: la négligence de l’homme contemporain envers le Principe Primordial dont tout être est issu. L’âme humaine a besoin d’une nourriture spirituelle intérieure, qu’on ne peut acquérir que par la pensée élevée, concentrée par l’union avec Dieu. La prière ne consiste pas en une prononciation mécanique des paroles. Quand l’homme prie ou quand il pense, il doit y avoir dans sa conscience et dans son intellect quelque chose de bienfaisant, de beau, qui soit son idéal de façon permanente.

On entend dire :« Je suis un homme libre, pourquoi dois-je prier ? » Ce raisonnement n’est pas logique parce que le Réel dans le monde, l’Absolu, est dans l’unité de la vie. Celui qui embrasse tout ne nous oublie jamais ; nous non plus, ne devons pas l’oublier.

Que l’homme qui se croit indépendant essaie donc de s’abstenir de respirer :
Il comprendra spontanément la nécessité de la respiration. Si celle-ci représente une telle impérieuse obligation, la pensée envers Dieu, qui est illimité, est plus indispensable. Nombreux sont ceux qui pensent que la prière est une chose humiliante pour l’homme instruit. Mais en réalité, si l’on étudie la vie du génie ou du savant, on s’aperçoit que, du commencement à la fin, elle n’est qu’une longue prière. La prière du génie est l’idée sublime qu’il porte en lui et par laquelle il veut apporter quelque chose au monde, à la vie. L’existence du génie, comme celle du saint, est complètement altruiste. La noblesse de l’âme humaine dépend de sa pensée envers Dieu, duquel elle provient. C’est à cette Source, à cette Essence de Vie, qu’elle se ravitaille. Dans la joie et dans la douleur, nous devons penser à Dieu. C’est par Lui que nous viennent, l’intelligence, l’esprit noble, toute science, l’art et la finesse dans chaque métier, dans chaque activité.

Comme la vie sur terre ne peut exister sans le soleil, sans l’air et sans l’eau, aucune véritable culture ne peut exister sans union avec Dieu, sans une pensée dirigée vers en Haut.



Peter DEUNOV