Merci de votre visite

dimanche 1 mars 2015

L’EXPRESSION DU PRINCIPE DIVIN en l’HOMME


L’homme est venu sur la Terre pour que le principe divin passe et s’exprime à travers lui. C’est-à-dire pour faire passer par lui des idées et des sentiments lumineux ainsi que des actions lumineuses. Une sœur aime beaucoup une autre sœur qui passe pour spirituellement avancée et elle dit qu’elle lui ressemble. Après s’être renié lui-même, l’apôtre Paul se mit aussi à ressembler au Christ, à ne faire qu’un avec Lui. Quand y est il parvenu ? Lorsqu’il s’est fait le serviteur du Christ. Il a dit : « Ce n’est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. » Et à la sœur, je dis : « Si tu deviens la servante d’une sœur plus intelligente, tu lui ressembleras. » Vous devenez semblable à celui que vous servez. Si vous servez un homme intelligent, vous devenez intelligent ; si vous servez un sot, vous devenez sot. Si vous étudiez auprès d’un bon maître et que vous l’aimez, sous son influence vous vous élèverez et deviendrez bon. Ce qui est fort, sage et bon deviendra l’entreprise la plus importante et vous, vous allez servir cette entreprise. Vous dites que vous ne voulez pas subir d’influence. Voulez-vous influencer les autres ?

Oui. À partir du moment où vous voulez exercer une influence, vous êtes prêts à en subir aussi. Si vous pensez aux autres, eux aussi penseront à vous. Si vous aimez les autres, eux aussi vous aimeront. Si vous avez de bonnes pensées pour les autres et si vous les aidez, eux aussi nourriront de bonnes pensées à votre égard. La nature n’a pas deux opinions différentes à ce sujet.

On dit d’untel, que ses affaires marchent bien, que c’est un homme pratique. Ne soyez pas dupés par les succès passagers dans la vie. Une affaire peut commencer bien et se terminer mal. Moi, je ne porte pas de jugement sur les débuts d’un chanteur. Ils peuvent être bons, il se peut que tout le monde applaudisse et ne tarisse pas d’éloges. Ce qui est important, c’est la manière dont il finira. Je préfère de mauvais débuts et une fin heureuse à de bons débuts se soldant par une fin malheureuse. Une jolie fille attire l’attention des jeunes gens, ils lui font la cour, se battent pour elle.

Dès qu’elle prend de l’âge, personne ne daigne la regarder. À quoi rime cette beauté ? La beauté est une qualité de l’intelligence et de l’âme humaines. La force est une qualité de l’intelligence et de l’esprit de l’homme. La douceur est une qualité du cœur. Sans douceur, l’homme n’arrive à rien. Le cœur consolide les choses. Il est dit dans les Écritures : « Mon fils, donne-moi ton cœur. » Pourquoi Dieu veut-Il le cœur de l’homme ? Parce que c’est le cœur qui a travaillé le plus et qu’il s’est souillé. Dieu veut le cœur de l’homme pour le purifier. Il est venu sur la Terre non pas pour l’intelligence de l’homme, mais pour son cœur qui a été lésé. Après tout cela, on dira que le cœur est mauvais. Remerciez votre cœur, quel qu’il soit. Si votre cœur ne battait pas, vous ne seriez pas en vie. C’est à votre cœur que vous devez vos succès dans la vie. « Pourquoi est-ce que je ne réussis pas en ce moment ? » - Parce que votre intellect n’a pas exploité ce que votre cœur lui a donné. Si l’intellect n’a pas le courage d’élaborer les matériaux du cœur, il reste faible. Faites travailler votre intellect afin de profiter des richesses de votre cœur.

Outre l’intellect et le cœur, les hommes parlent également de l’esprit et de l’âme.

Par ‘esprit’, j’entends le principe divin, fort en l’homme.
Par ‘âme’, j’entends ce qui est bon, doux en l’homme.
L’âme est le réceptacle de tous les biens du monde.

Sa qualité distinctive est la douceur. L’intellect est au service de l’âme, le cœur est au service de l’esprit. Beaucoup de gens nient l’existence de l’âme. C’est de l’ignorance. Ces gens-là ne comprennent rien à la vie. C’est une loi : vous ne pouvez pas nier ce qui n’existe pas. Vous ne pouvez pas défendre ce qui n’existe pas.

Nier ou défendre, cela prouve que vous parlez d’une chose réelle. Ce qui n’existe pas ne se nie pas et ne se défend pas. Par conséquent, nier l’âme, c’est reconnaître qu’elle existe. Ayez confiance en votre âme si vous voulez résoudre tous les problèmes, si vous voulez vous sortir de toutes les maladies. L’âme est la mère de l’homme.

En reniant votre âme, vous reniez votre mère. L’esprit est le père de l’homme. Comment pouvez-vous renier votre père ?  Si vous reniez votre père et votre mère, qui alors vous a mis au monde ? Vous me direz que l’homme vient d’une cellule qui s’est progressivement divisée et a grandi. Ainsi, la cellule a une mère et un père. Nous employons les termes de cellule-mère et de cellule-fille.

La seule question qui intéresse l’homme, c’est de savoir ce que va devenir ce monde-ci. Ce qu’il adviendra de ce monde ne regarde que Celui qui l’a créé. Le monde est beau, il n’en est pas de plus beau. Tout ce qui arrive vise au bien. Beaucoup de choses dont se plaignent les hommes ont été créées pour leur divertissement.

Celui qui ne comprend pas le sens des choses et ne voit pas les causes qui sont à leur origine est voué à souffrir et à pleurer. Le père et la mère se disputent, les enfants ne leur obéissent pas ; des amis se battent. Il faut en chercher la cause chez les aïeux et les ancêtres des gens. Ils se tiennent derrière leurs proches et les excitent les uns contre les autres. La femme n’est pas contente de son mari, l’homme de sa femme, les enfants de leurs parents. Tous, dressés les uns contre les autres, jouent leur rôle, tandis que les grands-parents les regardent et rient. Ensuite, ils se tournent vers moi et me demandent :

« Est-ce qu’ils jouent bien leur rôle ? » Ce sont de bons acteurs. Après s’être disputés et battus, ils se réconcilient. « Est-ce vrai ? »

demandez-vous. - Oui, je le vérifie moi-même. Si vous ne le croyez pas, rejetez-le. Je vous dis que vos ancêtres jouent un rôle important dans votre vie. Pour éviter qu’ils ne vous jouent des mauvais tours, ayez toujours de bonnes pensées à leur égard. Ainsi, vous les aiderez et vous vous aiderez vous-même. Tant que vous ne vous serez pas réconcilié avec vos proches de l’autre monde, vous ne pourrez pas établir un bon contact avec eux. Ils aiment les farces et ils jouent avec vous sans que vous ne le soupçonniez. Plus vous vous énervez, plus vous vous mettez en colère et plus ils rient.

On dit que parfois l’homme est hypnotisé par quelqu’un et qu’il en subit l’influence. C’est un état extérieur. L’homme doit considérer l’hypnose avec un regard scientifique pour ne pas tomber dans l’illusion.

Il y a de cela des années, quand j’effectuais des recherches sur la psychologie du Bulgare, un de nos frères, maintenant dans le monde invisible, vint me voir pour m’inviter à assister à l’une de leurs séances de spiritisme. J’ai refusé car j’étais alors très occupé. Cependant, il me pria instamment d’y participer car il voulait savoir s’il dirigeait la séance de manière scientifique. En fin de compte, j’acceptai. Nous allâmes dans une maison où étaient déjà rassemblés des professeurs, des personnes cultivées, environ vingt cinq individus. Ce qui était intéressant, c’est que pas un seul des assistants ne croyait au spiritisme. Parmi les présents, il y avait une jeune institutrice avec son frère qui eux non plus n’y croyaient pas.

À un moment donné, cette institutrice tomba en transes, possédée par l’une de ses grands-mères qui voulait étudier. Tous se mirent à rire, personne n’y croyant, mais la grand-mère, par l’intermédiaire de sa petite-fille, frappa sur la table, cria et dit qu’elle voulait étudier.

Cet état se prolongea plusieurs heures, pratiquement jusqu’à minuit. J’étais dans une autre pièce juste à côté où l’on entendait tout. Le frère fit des passes, il souffla dans l’espoir de chasser cet esprit de la jeune fille, mais en vain. En dernier ressort, ils m’appelèrent à l’aide. Je leur dis que je n’étais pas venu pour chasser les esprits. Je leur donnai le conseil de tous s’agenouiller et de réciter le Notre Père.

Tous se mirent à réciter la prière avec recueillement, dans l’espoir de chasser l’esprit. Le frère tenait la main de sa sœur et priait. Au moment où ils prononcèrent les derniers mots : « …car c’est à Toi qu’appartiennent le Royaume, la Puissance et la Gloire, pour les siècles des siècles, Amen. », l’esprit quitta la jeune fille. Après cela, le frère fut le premier à s’adresser à la jeune fille : « Ce n’est pas de l’hypnose. Je suis maintenant convaincu qu’en dehors du monde physique il existe un autre monde, invisible. Je crois désormais en l’existence de ce monde. » Quant à moi, je vous dis : « Il y a des cas dans la vie où vous devez vous agenouiller et réciter le Notre Père.

Un tel esprit fait partie des esprits têtus et il ne quitte l’homme qu’à la récitation du Notre Père. » Vous demandez : « Pourquoi les esprits sont-ils aussi têtus ? »  Dans le monde invisible, il en va de même que chez les habitants de la Terre. Untel a fait construire une nouvelle maison et il prend des locataires. Pour plus de sûreté, ceux-ci font un contrat et tant que le contrat ne vient pas à expiration, ils ne partent pas. Et si vous n’êtes pas content d’eux, vous voulez qu’ils libèrent votre maison, mais ils n’en sortent pas. Vous les traînez en justice en vain, ils ne partent pas. Ils disent : « Tant que la guerre n’est pas terminée, nous ne sortirons pas. » Qu’allez-vous faire ? Vous prendrez votre mal en patience. Pourquoi Dieu a-
t-Il toléré cela ? Si Dieu donne la liberté au moustique de planter son dard et d’aspirer le sang, pourquoi ne laisserait-Il pas un esprit entrer en vous et y rester quelques heures ?

Mais il y a des limites à tout. On les transgresse lorsque l’homme laisse entrer dans son cœur des sentiments et des désirs contraires à la nature


extrait de Peter DEUNOV : Le Livre des Trois Intelligences