Merci de votre visite

mardi 19 mai 2015

LE ROLE DE LA LUMIERE SPIRITUELLE



La lumière est une des questions les plus importantes de la science spirituelle et il y a tellement de choses à en dire que je me demande comment je pourrai répondre en quelques mots. Avant de vous parler du rôle de la lumière, il faut parler de son origine. L’origine de la lumière est le soleil. Mais ce qu’est exactement le soleil, la science ne le sait pas encore très bien ; elle le présente comme une sorte de four crématoire au centre duquel règne une température de quinze millions de degrés – cette température ainsi que son rayonnement étant produits par la transformation ininterrompue de masses considérables d’hydrogène en hélium. En réalité, seuls les grands Initiés, qui ont la possibilités de voyager dans l’espace avec leurs corps astral, ont visité le soleil, ainsi que les autres planètes, et savent ce qu’ils sont réellement.

Sans doute serez-vous étonnés d’apprendre que l’or, qui a toujours été tellement apprécié par les hommes, est une formation des rayons solaires. De même qu’il existe sur la terre des usines où s’élaborent toutes sortes de produits et d’objets, sous la terre aussi fonctionnent des usines où travaillent des millions d’entités, et ce sont elles qui, en condensant la lumière solaire, fabriquent l’or. Vous direz : "Mais comment l’or peut-il être une condensation de la lumière solaire" ? C’est très simple, prenons un exemple : l’arbre. Les arbres, et surtout certains d’entre eux comme le spins, les chênes, les noyers, apparaissent comme une matière extrêmement compact et dure puisqu’on peut construire avec eux des maisons, des bateaux, etc. L’arbre naît de la terre et il est donc considéré comme une formation de la terre. Eh bien, c’est une erreur ; l’arbre est fait de la lumière du soleil. Prenez un arbre, le plus grand soit-il, et brûlez-le ; il s’en échappe des flammes, une quantité formidable de flammes, des gaz en moindre quantité, de la vapeur d’eau, encore moins ; et il ne reste sur le sol qu’un petit tas de cendres ; voilà pour la terre.

L’arbre est donc fait de terre, d’eau, d’air et de feu, mais c’est le feu, les rayons du soleil qui entrent en lui en plus grande quantité. Un arbre n’est donc pas de la terre, mais de la lumière solaire condensée. D’ailleurs si vous allez dans certaines forêts comme celles que j’ai vues dans l’Inde, à Ceylan, aux Etats-Unis, au Canada ou en Suède, vous pourrez constater que ces arbres, qui représentent des milliards et des milliards de tonnes, n’ont pas fait baisser le niveau du sol ; s’ils avaient puisé de la terre les éléments qui les constituent, le sol aurait dû s’enfoncer de plusieurs dizaines ou centaines de mètres. Voilà encore la preuve que l’arbre est une condensation de lumière scolaire. Et s’il en est ainsi, pourquoi les rayons du soleil ne pourraient-ils pas être condensés par certaines entités qui travaillent sous la terre et devenir de l’or ?... Oui, il y a de quoi réfléchir.

L’or est donc une condensation de la lumière solaire. Et l’homme aussi, comme l’arbre, est fait pour la plus grande part de lumière solaire. C’est pourquoi plus il a de l’or dans son sang, meilleure est sa santé.

Cette image de l’arbre peut aussi nous aider à comprendre certaines paroles de Jésus dans les Evangiles. Quand les pharisiens, qui voulaient le compromettre en le poussant à parler contre César, lui posèrent la question : "Doit-on payer la dime à César" ? Jésus répondit : "Donnez-moi une pièce de monnaie". On la lui présenta "Quelle est cette image-là ? - César" Alors, dit Jésus "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu". C’est une phrase très connue et que l’on cite même très souvent, mais il n’a jamais été expliqué combien on devait donner à César et combien au Seigneur. Qui est César ? C’est le corps physique, c’est le ventre, c’est le sexe qui ne cesse de réclamer, et c’est à eux que l’on donne tout. Mais voilà que l’homme a aussi quelque chose à donner au Seigneur, à son Moi supérieur. Et combien ?

Nous venons de voir que lorsqu’un arbre brûle, il ne reste sur le sol que de la cendre, alors que les flammes, les gaz et la vapeur d’eau s’échappent vers le haut. Alors voilà la réponse qui nous est  donnée par la nature ; il faut donner un quart à César et trois quarts au Seigneur.

La lumière possède des puissances inouïes que de très anciennes civilisations comme celle des Atlantes connaissaient déjà. On sait qu’à l’aide d’énormes cristaux, ils captaient et concentraient la lumière solaire grâce à laquelle ils faisaient fonctionner toutes sortes d’appareils et de machines. De nos jours, la science a mis au point le laser qui permet d’obtenir des faisceaux lumineux d’une très grande puissance et de réaliser des merveilles dans le domaine technique. Mais elle ne connaît pas encore toutes les possibilités de la lumière.

Tant que les humains n’ont pas développé en eux la seule chose qui permette de voir et de prévoir : la lumière, ils seront toujours pris au dépourvu à un moment ou à un autre par des gens qui sont, eux, continuellement concentrés sur les mauvais coups qu’ils préparent. Même les moyens techniques les plus perfectionnés ne peuvent pas assurer une protection suffisante contre les voleurs, parce qu’eux aussi s’en servent. Regardez tous ces cambriolages dans les banques. Malgré les coffres blindés, les systèmes d’alarme électronique etc… les cambrioleurs arrivent à leurs fin parce qu’ils ont d’autres moyens pour passer outre. On ne parviendra à anéantir la criminalité que le jour où on se décidera à utiliser la lumière.

Mais la lumière n’est pas seulement la meilleure protection contre les voleurs, elle est aussi la meilleure protection contre la maladie. C’est elle qui s’oppose à l’intrusion de tous les éléments nocifs – physiques ou psychiques – qui peuvent se faufiler en l’homme pour le ronger et le désagréger. L’homme ne sera vraiment bien portant que lorsqu’il sera capable de se  former une aura pure et puissante avec toutes les couleurs du spectre. C’est cela la vraie médecine. Là où on la cherche il n’y a pas de médecin. Les humains transgressent les lois de la nature et font toutes sortes de folies qui les détruisent, et ensuite ils veulent que tout marche bien pour eux. Mais voilà que tout va de travers, et malgré les découvertes récentes de la médecine, de plus en plus de nouvelles maladies apparaissent. Le seul remède est l’introduire la lumière dans ses pensées, ses sentiments s et ses actes.


Les livres de Omraam retranscrits par Francesca