Merci de votre visite

samedi 6 juin 2015

Messages de VODA, la pensée de l’EAU - partie 2


Parmi toutes les réalités visibles, la lumière est celle qui exprime le mieux le monde spirituel. Elle nous permet de voir, mais elle-même est insaisissable. C’est pourquoi on assimile souvent Dieu à la lumière. On dit que Dieu est lumière, mais qu’elle lumière ?... En réalité, nous ne connaissons pas la lumière  ce que nous appelons ainsi n’est encore qu’une matérialisation grossière d’une puissance située bien au-delà et qui a accepté de se manifester sous forme de radiations, de vibrations. Dieu est donc beaucoup plus que l’idée que peut nous en donner la lumière. Rien ne peut nous donner une idée de lui, rien ne peut le définir, excepté ce que nous parvenons à découvrir en nous lorsque nous nous mettons à son service. Mais à ce moment-là encore, même si nous pouvons dire ce que nous vivons, ce que nous ressentons, nous ne pouvons pas dire ce qu’est Dieu.

Le soir, au moment de vous endormir, abandonnez-vous entre les mains du Seigneur et dites : "Mon Dieu, je veux faire ta volonté. Dispose de moi". Et le lendemain vérifier si, dans vos pensées, vos sentiments et vos actes, c’est bien la volonté de Dieu et non celle de votre nature inférieure que vous êtes en train de faire.             Car il ne suffit pas de tout donner à Dieu le soir en paroles, et le lendemain, de vous laisser aller à tous vos caprices. Nous sommes venus sur la terre pour participer au travail de la création. Jésus disait : "Mon père travaille et moi aussi je travaille". Ce travail avec Dieu, pour Dieu, est le dernier mot de l’initiation. Tout ce que nous donnons à Dieu, nous le haussons au niveau où il se trouve Lui-même. Alors, Dieu répète notre geste, il le réfléchit comme un miroir réfléchit un rayon de lumière ; nous lui avons tout donné, il nous donne tout.

Il y a toujours des signes pour vous avertir que les tentations approchent, mais ces signes sont différents d’après les personnes : c’est donc à vous de les chercher. Quand vous aurez découvert enfin ces signes avant-coureurs, vous pourrez devenir maître de la situation car, dès leur apparition, vous saurez que vous devez vous montrer vigilant.

Pourquoi cette tendance à souligner les fautes des autres ? Qu’est-ce qu’un bon critique ? C’est un bon jardinier qui sait tailler les arbres, les élaguer, les redresser et les débarrasser des chenilles et des insectes nuisibles. Il préserve qui est bon, et voilà bientôt des fleurs et des fruits magnifiques.

Les fleuves naissent dans la montagne et, quels que soient les obstacles qu’ils rencontrent en chemin, ils finissent toujours par se jeter dans la mer. Arrivée à la mer, leur eau, chauffée par les rayons du soleil, se transforme n vapeur et reprend le chemin du ciel, jusqu’au jour où elle retombera sous forme de pluie ou de neige. Ce voyage de l’eau peut avoir une interprétation symbolique. Les destinées humaines sont à l’image de ces voyages perpétuels que fait l’eau entre le ciel et la terre, la terre et le ciel. Comme les gouttes d’eau, les âmes descendent sur la terre, chacune dans un lieu déterminé ; de là, elles ont tout un chemin à parcourir, jusqu’au moment où elles retourneront vers leur lieu d’origine… pour redescendre à nouveau, un jour, dans un autre lieu. Cela s’appelle la réincarnation.

Et les fleuves portent toujours le même nom ; Seine, Tamise, ou Mississipi, mais l’eau qui coule dans leur lit est chaque jour nouvelle. Les habitants du fleuve, les milliards de gouttes d’eau, ne font que passer ; tandis qu’elles se dirigent vers la mer, d’autres prennent leur place. Comme les fleuves, les pays conservent souvent le même nom, mais il s’y incarne successivement des êtres toujours différents et qui viennent d’ailleurs. C’est ainsi que s’expliquent les changements qu’on voit se produire dans leur histoire.



 Les livres de Omraam retranscrits par Francesca