Merci de votre visite

vendredi 24 juillet 2015

VOUS NE TROUVEREZ RIEN A L’EXTERIEUR


Chacun de vous cherche son âme sœur. Mais sachez qu’il est dit dans la Science initiatique qu’on ne peut rien trouver extérieurement que l’on n’ait déjà trouvé intérieurement, car même ce que vous rencontrerez extérieurement, si vous ne l’avez pas déjà trouvé intérieurement, vous passerez devant sans le voir.

Plus vous découvrez la beauté intérieurement, plus vous la découvrez extérieurement dans le plan physique. Peut-être pensez-vous que si vous ne l’avez pas vue avant c’est qu’elle n’était pas là… Si, elle était là, mais elle restait invisible parce qu’au-dedans de vous quelque chose n’était pas encore éveillé, développé. Mais maintenant que vous l’avez vue intérieurement, vous la voyez extérieurement aussi, parce que le monde extérieur n’est fait que des reflets du monde intérieur.

Ne cherchez jamais rien extérieurement si vous n’avez pas d’abord fait l’effort de le trouver intérieurement. Quand vous aurez vu, trouvé intérieurement votre âme sœur dans vos méditations et vos contemplations, vous la trouverez partout dans le monde entier, à travers les visages, les lacs, les montagnes, les plantes, les oiseaux et vous entendrez sa voix.

Voilà une vérité importante à  connaître pour tous ceux qui s’aiment, sinon leur liaison, leur mariage sera une catastrophe. Si l’homme a trouvé en lui le principe féminin, et la femme le principe masculin, et s’ils veulent le servir et travailler pour lui, alors oui, qu’ils s’aiment, qu’ils se marient leur amour sera une source de bénédictions. C’est pourquoi la femme doit voir le Père céleste à travers l’homme qu’elle aime, parce que, symboliquement, cet homme est le représentant de Dieu sur la terre. Et lui doit voir à travers sa bien-aimée la Mère divine, et l’aimer, cette Mère divine, la contempler, la servir.

A ce moment- là, tous les trésors s’ouvriront devant eux et ils vivront jour et nuit dans le ravissement, l’extase et la beauté. Sinon, ils seront déçus, ils souffriront, ils commenceront à parler avec dégoût de l’homme et de la femme. Tout simplement parce que ce qu’ils ont connu l’un de l’autre n’était ni leur âme, ni leur esprit, mais des loques, des vêtements usés, maladifs… Voilà ce qui arrive à ceux qui n’ont pas voulu de ces vérités ; ils ont fuit l’Ecole initiatique, ils n’ont pas voulu s’instruire, et ils se cassent la tête.

Quand il fuit la lumière qui pouvait lui ouvrir les yeux et éclairer son chemin, c’est lui-même que l’homme punit.


Les livres de Omraam retranscrits par Francesca