Merci de votre visite

dimanche 13 septembre 2015

APPRENDRE A MANGER



Vous êtes étonnés ? Pourquoi ? Au lieu de manger n’importe comment, dans le bruit, la nervosité, la précipitation, les chamailleries même – et après aller faire du yoga – vaut-il pas mieux comprendre que chaque jour, deux ou trois fois par jour, l’occasion vous est  donnée de faire un exercice de détente, de concentration, d’harmonisation de toutes vos cellules ?

Au moment de vous mettre à table, commencer par chasser de votre esprit tout ce qui peut vous empêcher de manger dans la paix et l’harmonie. Et si vous n’y arrivez pas tout de suite, attendez pour commencer le repas le moment où vous aurez réussi à vous calmer. Quand vous mangez dans un état de trouble, de colère ou de mécontentement, vous introduisez en vous une fébrilité, des vibrations désordonnées qui se transmettent à tout ce que vous faites ensuite.

Même si vous essayez de donner une impression de clame, de maîtrise, il sort de vous quelque chose d’agité, de tendu et vous commettez des erreurs, vous heurtez les gens ou les choses, vous prononcez des mots maladroits qui vous font perdre des amitiés et vous ferment des portes… Tandis que si vous mangez dans un état d’harmonie, vous résolvez mieux les problèmes qui se présentent ensuite à vous, et même si toute la journée vous êtes obligés de courir à droite et à gauche, vous sentez en vous une paix que votre activité ne peut pas détruire. C’est en commençant par le commencement, par les petites choses, qu’on peut aller très loin.

Ne croyez pas que la fatigue vienne toujours de ce que vous avez trop travaillé. Non, elle vient très souvent d’un gaspillage de forces. Et justement, quand on avale la nourriture sans l’avoir bien mâchée, mais aussi sans l’avoir assez imprégnée par ses pensées et ses sentiments, elle est plus difficile à digérer, et l’organisme, qui aura beaucoup de peine à l’assimiler, ne pourra pas en bénéficier pleinement.

Quand vous mangez sans prendre conscience de l’importance de cet acte, même si votre organisme se trouve renforcé par la nourriture, il ne reçoit que les particules les plus grossières, les plus matérielles, et cela ne peut se comparer avec les énergies dont vous pourriez bénéficier si vous saviez vraiment manger dans le silence, en vous concentrant sur la nourriture pour en recevoir les éléments éthériques et subtils. Donc pendant les repas, concentrez-vous sur la nourriture en projetant sur elle des rayons d’amour ; à ce moment-là, la séparation se fait entre la matière et l’énergie : la matière se désagrège, tandis que l’énergie entre en vous et vous pouvez en disposer.

L’essentiel, dans la nutrition, ce n’est pas les aliments eux-mêmes, mais les énergies que ces éléments dégagent, ainsi que l’amour que vous mettez….


 Les livres de Omraam retranscrits par Francesca