Merci de votre visite

vendredi 11 mars 2016

EXERCICE : Apprendre à vivre


La pensée, comme la nature, est régie par deux processus inverses : la condensation et la dilution. Vous pouvez condenser un problème philosophique jusqu’à le réduire à une phrase, à une graine.



Et inversement, vous pouvez développer cette phrase, cette graine jusqu’à embrasser l’univers entier, et vous avez un arbre ! Maintenant il est essentiel pour vous de vous exercer dans ces deux domaines : condenser et ensuite diluer ; cristalliser, synthétiser, et ensuite introduire la vie, la faire croître et circuler… Ce sont, si vous voulez, les deux processus "solve" et "coagula" : diluer et condenser. Si vous voulez voir les choses dans toute leur splendeur, leur étendue et la finesse de leur matière, vous les diluez à l’infini jusqu’à ne plus les voir, jusqu’à les faire disparaitre dans l’éternité, et c’est solve. Ensuite, si vous voulez à nouveau les voir, les faire apparaître, vous les condensez, et c’est coagula.

Il est important d’approfondir le langue des symboles car en faisant apparaitre les liens, les correspondances entre les choses, il révèle la profonde unité de la vie. Car la vie a ceci de particulier que tout y est parfaitement assemblé et agencé, chaque chose est à sa place en train de fonctionner en liaison avec les autres. Lorsque le lien est coupé, c’est la mort. C’est pourquoi je tire cette conclusion : quand l’homme s’exerce à trouver les affinités et les correspondances entre les choses, quand il arrive à découvrir que la cohésion de l’univers tout entier repose justement sur ces correspondances, il se vivifie. Vous direz :"Mais il était déjà vivant" ! Non, vous confondez la vraie vie avec la vitalité, la vie végétative. Bien sûr, il mange, il boit, il gesticule mais la vie a des degrés et l’homme ne connaît pas encore les degrés supérieurs de la vie.

C’est quand il commence à comprendre les correspondances lointaines, imperceptibles, subtiles, éthériques, qui existent entre chaque chose et chaque créature de l’univers, que l’homme connaît la vraie vie et commence à la vivre.


sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/   retranscription des livres de Omraam