Merci de votre visite

jeudi 3 mars 2016

Le sens alchimique de la nutrition


Vous pensez que cela n’est ni intéressant, ni important, ni utile pour vous, puisque vous n’avez cessé de manger depuis votre naissance. Je ne doute pas que vous mangiez depuis votre arrivée en ce monde, mais je vous présenterai la nutrition sous un aspect que vous ne connaissez pas encore et qui, peut-être, vous étonnera.



Le matin, à midi et le soir, tout le monde est occupé à s’alimenter afin de se maintenir en santé. Mais pendant les repas, on est habitué à parler, à gesticuler et même à se chamailler avec les autres, et donc, en fin de compte, à se rendre malade. Tous connaissent l’importance de la nourriture, ils savent que manger est la condition de leur survie, et pour cela ils font des guerres et des révolutions. Mais en même temps ils ne savent pas manger ; alors, comment comprendre les humains ?
Seuls les Initiés qui depuis longtemps se sont arrêtés sur cette question très importante de la nutrition, savent comment il convient de la considérer, et je vais essayer aujourd’hui, de vous faire connaître leur point de vue.

Supposez que, par suite de certaines circonstances, vous ayez été privé de nourriture pendant plusieurs jours et que vous soyez tellement affaibli que vous ne puissiez plus marcher ni même faire un seul mouvement : vous êtes plongé dans la torpeur et vous dépérissez au point d’être en danger de mort. Même si vous êtes extrêmement instruit, un savant, même si vous possédez des pouvoirs magiques, ni vos connaissances, ni vos pouvoirs ne valent quelque chose comparés à un morceau de pain, à un fruit que quelqu’un vous apporte pour vous ranimer. Cela n’est-il pas merveilleux ? Ne voyez-vous pas que ce pain est un élément magique formidable ? Une seule bouchée a mis en action tant d’usines et de forces, qu’une existence entière ne pourrait suffire à les énumérer toutes.

Mais vous ne vous êtes pas arrêté pour réfléchir aux éléments contenus dans cette nourriture, ni au fait que pour vous remettre sur pied, elle a été plus forte même que vos pensées, vos sentiment sou votre volonté. Vous vous réjouissez de faire un bon repas, vous le préparez avec soin, et puis, une fois à table, votre attention est ailleurs, vous ne pensez pas à ce que vous êtes en train de manger. Et pourtant, cette nourriture à laquelle vous n’attachez qu’une importance instinctive, et non une importance intellectuelle conscient, c’est elle, et seulement elle qui est en mesure de vous redonner la force et la santé.

Grâce à elle vous pouvez à nouveau agir, parler, sentir, penser. Vous prenez des aliments qui ne savent ni parler, ni s’exprimer, ni écrire, et pourtant, grâce à eux, qu’est-ce qui se passe en vous. Vous proférez des paroles, vous donnez des ordres, vous écrivez des livres (bons ou mauvais), vous composez des symphonies, vous obtenez tout, la puissance, la richesse, la gloire, et cela, grâce à la nourriture…

Parmi leurs travaux des initiés ont fait une place aux recherches sur la nutrition. Ils ont trouvé que la nourriture, qui est préparée dans les laboratoires divins avec une sagesse inexprimable, contient des éléments magiques capables de conserver ou de rétablir la santé physique et psychique et d’apporter les plus grandes révélations. Mais il est nécessaire de connaître dans quelles conditions et par quels moyens on peut retirer ces éléments, et que le moyen le plus efficace est la pensée.

Il n’y pas de mots pour exprimer le tintamarre, la cacophonie, le bruit effrayant que font actuellement les gens lorsqu’ils sont en train de manger ensemble. On est assommé d’assister à ces repas. Seules les animaux préhistoriques peuvent se sentir bien, puisqu’ils se trouvent dans leur élément ; mais tous ceux qui aspirent à la paix et à l’harmonie sont complètement exténués. Après un pareil repas, il faut aller se reposer ou même dormir, car on se sent somnolent, alourdi et ceux qui doivent travailler le font sans goût ni enthousiasme. Tandis que celui qui a su manger correctement est lucide et bien disposé.

Si l’on mange de faon mécanique, inconsciente, en faisant des gestes rapides, saccadés, en avalant plutôt qu’en mastiquant, en agitant dans tête et dans son coeur des pensées et des sentiments chaotiques, peut-être même en se disputant avec quelqu’un, l’organisme est troublé dans toutes ses fonctions : aucun processus ne se déroule plus correctement, ni la respiration, ni la circulation, ni la digestion, ni les sécrétions, ni l’élimination des toxines. Des milliers de gens se rendent malades de cette façon sans savoir que leurs maux proviennent de leur façon de se nourrir.

Regardez ce qui se passe dans les familles. Avant le repas, personne n’a rien à se dire, chacun est dans son coin en train de lire, d’écouter la radio, de coudre… mais dès qu’il faut se mettre à table, tous ont des histoires à se raconter ou même des comptes à régler et ils parlent, ils discutent, ils se chamaillent. Une telle attitude est extrêmement dangereuse pour la santé et si l’on est intelligent, on doit éviter de la cultiver.


sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/  retranscription des livres de Omraam