Merci de votre visite

jeudi 25 mai 2017

L’Education Nouvelle de Steiner



La pédagogie Steiner-Waldorf est un courant pédagogique qui s'associe lui-même à l'éducation nouvelle Elle est fondée sur les conceptions éducatives de Rudolf Steiner, occultiste qui a développé une pédagogie qui permettrait aux enfants d'acquérir les aptitudes psychiques nécessaires à l'anthroposophie, doctrine ésotérique dont il est le fondateur.

La première école Waldorf en France fut créée en 1946, à Strasbourg. Cette pédagogie est restée très marginale en France où il existe aujourd'hui seulement une vingtaine d'écoles Steiner.



Cette pédagogie, destinée aux enfants de 3 à 18 ans, est pratiquée dans des jardins d'enfants (environ 2 000 dans le monde) et dans des écoles Steiner-Waldorf associatives et autonomes (environ 1 000 dans le monde), principalement en Europe et en Amérique du Nord, dont 200 en Allemagne. En 2013, on recense officiellement 1025 écoles Waldorf dans le monde, dont 709 en Europe.

La pédagogie Steiner-Waldorf est notamment dénoncée pour ses liens avec l'anthroposophie, qui est un mélange de doctrine pseudo-scientifique et d'une religion occultiste. Elle est aussi fréquemment soupçonnée de dérives sectaires, critiquée pour la formation défaillante de ses enseignants, ou pour les problèmes sanitaires que ses établissements posent.


Question: Que pensez-vous de l'enseignement de Rudolf Steiner ? Il semble, d'après lui, que l'homme ait besoin seulement de science, de pensée, d'intelligence.

Omraam Mikhaël Aïvanhov  Répond :

Steiner n'a pas nié l'importance du sentiment. Il était trop évolué pour cela. Mais il faut tenir compte de l'esprit de son époque. On ne s'appuyait alors que sur ce qui est logique, scientifique, et pour être écouté, Steiner a dû travailler dans ce sens. On se méfiait des églises, on critiquait les prêtres et leur emprise, on ne se contentait plus de sentiments religieux dénués de base intellectuelle, on triait toutes les idées avec sévérité. Pour contenter cette exigence, il fallait des Initiés très qualifiés dans le domaine scientifique. Steiner a joué un rôle magnifique dans ce sens, mais pour son temps seulement. Son enseignement est véridique, mais il est trop intellectuel pour notre temps. Il faut maintenant utiliser d'autres moyens, pour éviter que l'homme ne tombe dans le piège dangereux d'un développement unilatéral, l'intellectualisation.

Un système de pensée présente toujours un danger : une fois adopté, il se cristallise et il devient incapable de recevoir ou même d'admettre le nouveau qui arrive ensuite. Les Initiés nous apportent toujours un enseignement dont les formes, les méthodes, les prescriptions sont mieux adaptées que les enseignements antérieurs aux conditions du temps. On ne doit pas mourir pour défendre ce qui est déjà dépassé.

Voyez l'Ancien Testament. Pour faire entrer dans la tête et le coeur des Juifs son enseignement monothéiste et ses lois de vie, Moïse a dû les traiter durement. On peut dire qu'il les a dressés, tant et si bien que sa philosophie et sa morale se sont incrustées en eux. Lorsque le Christ vint leur apporter quelque chose de supérieur, ils ne voulurent pas l'entendre. Ils le crucifièrent, parce qu'il voulait leur donner plus de lumière. On ne doit pas, quand des changements se préparent, s'obstiner à maintenir les formes anciennes. La matière est passagère, périssable. Ce n'est pas sur elle que l'on doit compter, mais sur ce qui est éternel, la lumière, l'esprit. Il ne faut pas être formaliste, conformiste. Voyez le christianisme.

On pense que tel qu'il est pratiqué depuis longtemps, tel il doit rester définitivement. Moi, je dis que le christianisme du Christ n'a pas encore été compris. Toute la cruauté du monde, les massacres au nom de Jésus, les guerres, est-ce être chrétien? Le christianisme est accepté dans une certaine forme, mais pas dans l'esprit. Le vivre vraiment, c'est de pratiquer les vertus, la bonté, c'est de réaliser la fraternité, d'aimer dans la pureté et la vérité. On a torturé, martyrisé et fait mourir les premiers chrétiens. Mais aujourd'hui, le christianisme est devenu tout aussi fanatique.

Qu'y a-t-il donc que l'homme n'a pas compris ?

Je vous pose la question : Moïse et Jésus étaient-ils tous deux des envoyés de Dieu ? Vous répondez oui, naturellement. Cependant il y avait dans leurs deux enseignements des contradictions. Comment comprendre ? Moïse, aux hommes de son temps, ne pouvait donner une philosophie supérieure.

Le peuple hébreu était dur, grossier, ignorant. Il n'aurait rien compris à des préceptes de pureté, d'amour, de tendresse, de compassion. Mais quand vint le Christ, la loi de Moïse devait céder la place à de nouvelles conceptions de la vie. Un exemple: les holocaustes devaient être supprimés; Jésus enseignant que les hommes ne devaient plus immoler des animaux, mais sacrifier leur coeur, qui représente les sentiments inférieurs, ceux de la nature animale. Moïse avait ordonné aux Hébreux des sacrifices extérieurs, parce qu'ils ne pouvaient comprendre le sacrifice intérieur. Il a commencé par le plus facile pour les conduire au difficile, par le visible pour les mener à l'invisible.

Tous les Grands Maîtres ont agi de cette façon au long de l'histoire de l'humanité.

Moïse de son temps et Jésus après lui ont donné les enseignements convenant à leurs époques respectives. Il n'y avait pas contradiction, mais évolution. En se cristallisant dans une forme, les hommes s'empêchent d'évoluer. Le christianisme actuel devra se modifier. Le nouvel enseignement sera différent dans ses formes, non dans son esprit. Les chrétiens s'y opposeront, tout comme les Juifs se sont opposés à ce qu'apportait Jésus. Aujourd'hui les hommes doivent marcher vers plus de pureté, notamment par la nourriture choisie, vers plus de noblesse et de désintéressement.



Vous vous demandez : «Où la progression s'arrêtera-t-elle? Elle ne s'arrêtera pas, tant que tous les hommes ne seront pas devenus des fils de Dieu, lumineux comme des soleils. L'évolution de l'enseignement ne cessera que lorsque la Fraternité englobera tout le monde et qu'il n'y aura plus qu'une religion, la véritable. Jusqu'alors il ne faut pas s'étonner ou se formaliser du fait que les enseignements diffèrent. On doit suivre celui qui a les exigences les plus pures et les plus nobles, celui qui aux mêmes principes donne le vêtement le plus beau. Il faut augmenter sa compréhension et affiner sa sensibilité.

Omraam Mikhaël Aïvanhov
Source : le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/


Toutes choses correspondent avec les douze signes du zodiaque



Les astrologues étudient le zodiaque, les planètes et leurs aspects et ils cherchent leurs correspondances avec ce qui se passe sur la terre. Les signes ont d'abord une relation avec les quatre éléments ; il y a trois sortes de feu, de terre, d'air et d'eau. Dans la nature, toutes choses correspondent avec les douze signes du zodiaque. Ils déterminent les formes de vos organes et de toutes les parties de vos visages. Les voix varient selon les signes.

Une voix du Bélier n'est pas pareille à celle du Capricorne. La chevelure, la tête, le cou, la pomme d'Adam, le nez, les oreilles, le menton, la mâchoire ont des correspondances avec les signes. On trouve ce lien non seulement dans les formes, dans l'anatomie, mais aussi dans la vie des tissus et des organes, la physiologie. Les arts, la politique, les professions, le militarisme sont liés aux douze signes. Vos façons de vous exprimer dans vos gestes, vos sourires, vos regards, correspondent aux caractères des signes.



Les yeux Sagittaire sont différents des yeux Scorpion. On trouve dans le zodiaque les sports et les diverses sortes d'amour: l'amour de la famille, des enfants, des amis, de l'autre sexe. Tout est bien classé, bien déterminé, même les religions. Le zodiaque raconte du commencement à la fin, mieux que Kant, le philosophe, comment furent créés les cieux, les astres, les planètes et la terre. On reconnaît les mêmes étapes dans le développement d'une société, d'un État, d'une idéologie.

L'homme lui aussi suit le chemin qui traverse ces douze étapes. Vous connaissez déjà comment le corps de l'homme s'enroule autour du zodiaque, la tête correspondant au Bélier et les pieds aux Poissons. Le symbole qui représente chaque signe en résume si bien tout le sens qu'il vous fait déjà comprendre une partie de l'astrologie.  

Que de choses à savoir ! Rassurez-vous ! Je vais insister sur quatre points qu'il faut connaître en priorité. Le zodiaque avec ses douze signes dont l'ordre est invariable, les planètes toujours en mouvement à travers les maisons, fixes elles aussi. Il s'agit d'espaces déterminés d'après leur rapport avec notre terre, considérée comme le centre du cercle. Les douze signes tournent dans les douze maisons. Dans leur déplacement, les planètes forment entre elles des aspects. Voilà ce qu'il faut savoir. Vous trouvez que c'est très peu ? Je vais vous donner une clé pour que vous sachiez vous servir de ces données essentielles. Le zodiaque est invariable, les maisons immobiles, les planètes mouvantes. Pourquoi ? Quel sens cela peut-il bien avoir ?  

Les signes du zodiaque représentent dans l'homme ce qui ne varie pas, son organisme. Votre tête ne va pas se mettre à la place des pieds, l'estomac ne va pas se nicher dans les poumons, le nez reste où il est. C'est un arrangement immuable, c'est le zodiaque. C'est le côté anatomique et physiologique. Ce qui bouge, ce sont les planètes. Elles représentent le côté psychologique et spirituel, les forces intérieures toujours en mouvement. Les douze maisons du thème représentent les conditions matérielles données dans lesquelles se déroulent les événements quelque part sur la terre. Quant aux aspects entre les planètes, ils nous disent l'harmonie ou la désharmonie, l'amitié ou l'inimitié, l'accord ou la contrariété. Vous voyez, tout est simple. Une planète dans un signe, dans une maison, aspectée d'une certaine façon, vous révèle beaucoup de choses. La planète représente une force, une qualité.

Le signe vous dit les conditions anatomiques et physiologiques dans lesquelles elle se manifestera selon sa nature, et la maison vous indique le domaine où cela se passera. Si les conditions sont mauvaises, de bons aspects n'assureront pas la réussite. Un exemple: quelqu'un a de grands talents de musicien, mais il est placé dans de très mauvaises conditions matérielles. Il a la santé, il reçoit de l'aide, il est capable, et il ne réussit pas. Dans le cas de cette destinée, la planète importante, c'est Vénus qui se trouve dans les Poissons, dans la Balance ou dans le Taureau. Elle est bien aspectée: c'est l'aide reçue. Mais les mauvaises conditions se voient dans la sixième, la huitième, la douzième maison.

 Tout ce qui est dans l'horoscope, vous le retrouvez dans la vie. Il vaut mieux n'avoir pas trop de connaissances détaillées et complexes. Étudiez plutôt les combinaisons multiples de ces quatre notions fondamentales : 

Le Zodiaque, donc le côté anatomique et physiologique
Les Planètes, le côté spirituel, les tendances, les forces
Les Maisons, les conditions matérielles (famille, société, etc.. )
Les Aspects, c'est-à-dire ce qui vient des autres (aide, coups.. )

Cela devrait suffire à vous faire lire le plus compliqué des horoscopes. Mais que de combinaisons possibles entre tous ces éléments d'un thème ! Cela va jusqu'à l'infini !

Prenons la planète Mercure, qui est l'intelligence. D'après les astrologues, s'il se trouve dans les Poissons ou dans le Sagittaire, Mercure est faible. Cependant il est dans la dixième maison, et bien aspecté, bien soutenu. Vous verrez là un personnage d'intelligence médiocre, mais que la destinée fera directeur d'école, peut-être, et qui gardera cette position grâce à des appuis venus de son entourage. Il arrive que Mercure soit dans la Vierge mais en douzième maison avec toutes les autres planètes contre lui. L'homme, capable, intelligent, se trouve ligoté, emprisonné quant à ses idées. Peut-être a-t-il écrit un livre, mais celui-ci reste inédit et l'auteur inconnu.  

Comment un musicien (ou un danseur) se manifestent-ils selon les divers signes du zodiaque ? C'est une étude intéressante.  Un interprète influencé par le Bélier jouera "con brio", "con fuoco", "accelerando" et "staccato".



Le Taureau jouera "moderato", avec calme et pondération, simplement, mais sans grande inspiration. S'il endort son public, il continuera à jouer imperturbablement.

Les Gémeaux jouent sûrement, "allegro", "vivace", "animato".

Le Cancer interprétera avec expression "lento", retenu. Le lion, lui, jouera "maestro", "forte", dans un style tout à la fois vivant et solennel. La Vierge joue "cantabile espressivo".

Le Scorpion "appassionato", avec fougue. Le Sagittaire joue religieusement, avec grandeur.

Le Capricorne avec profondeur, mais dans une note sombre.

La Balance joue "dolce contabile". Les Poissons "largo", piano, pianissimo, avec mystère. Je pourrais classer aussi selon les douze signes zodiacaux les diverses musiques, ancienne, classique, romantique, les musiques de concert, de salon, d'église, la musique légère et les autres.

 Parlons plutôt de la création du monde, de la cosmogonie, de l'évolution cosmique, en nous référant à l'ordre du zodiaque.  

Le Bélier naît au sein de l'Océan, du chaos cosmique des Poissons comme une impulsion vers une vie individuelle. Dans la matière informe apparaît le début d'une manifestation, ce qu'on appelle une nébuleuse.  

Le Taureau est l'étape au cours de laquelle se forme quelque peu une masse dans le brouillard de la nébuleuse primitive.

Les Gémeaux ce sont les premiers liens entre les diverses parties de cette masse en voie de formation. Les Gémeaux représentent toujours un réseau, un tissage qui unit et relie.

Le Cancer concentre les choses et commence à former un noyau dans cette masse. Il prend les forces à la périphérie et les resserre en un centre, un coeur qui sera pour elles un point d'arrivée et un point de départ.  

Le Lion correspond à l'époque où la masse, formée et dotée d'un noyau, devient un corps lumineux. Il se manifeste comme feu, il projette des protubérances au-dehors, et ainsi débute la formation d'un système solaire. Le Lion, c'est le domaine du soleil qui jaillit, illumine et rayonne.  

La Vierge arrive. Elle commence à établir un ordonnancement des parties dans ce système qu'elle organise et systématise. La Vierge fait de l'ordre.  

La Balance elle, aspire à une esthétique. Elle embellit, elle perfectionne les formes et l'expression des choses. C'est pour le système, la plus harmonieuse des périodes. 

Le Scorpion intervient. Il veut tout changer. Il dresse les éléments les uns contre les autres, il fait la révolution. Des influences venues de l'extérieur s'attaquent à l'ordre interne. Il se produit des transformations chimiques et de grands bouleversements.

Le Sagittaire a besoin d'établir des relations, des communications avec les autres systèmes solaires. Un va-et-vient s'établit. Des comètes, de petits corps célestes, des aérolithes s'approchent, tels des ambassadeurs, sous l'influence du Sagittaire, véritable Ministère des Affaires Étrangères.

Le Capricorne se met à contracter, durcir, refroidir ce système qui, depuis sa naissance, a dépensé et répandu beaucoup de forces et de chaleur. C'est une période où des corps célestes, devenus vieux, faibles, fatigués, durs et sombres, retombent dans le soleil, retournent vers le centre lumineux.  

Le Verseau vient à son tour. Il produit éruptions et explosions. Toutes les planètes extérieures s'en vont dans l'espace infini.  

Les Poissons  ne font enfin que tout retourne dans le cosmos, au sein de la Mère Nature. Tout est englouti dans l'immensité du chaos des forces cosmiques.

 Telle se présente l'évolution cosmique, vue à travers la succession des signes du zodiaque. Cette succession, nous pouvons la considérer à travers les sports.

§  Le Bélier aime la chasse, la boxe, l'escrime, les moteurs.
§  Le Taureau se promène, il cueille des fleurs et il apprécie la danse populaire. 
 Les Gémeaux courent, ils vont et reviennent. Ils font de petits voyages et de l'athlétisme.
§  Le Cancer aime nager et naviguer, il fait du canotage ou de la voile sur les lacs, au clair de lune; car il est romantique.
§  Le Lion choisit le cheval ou l'automobile. Il fréquente les fêtes, les festins.
§  La Vierge préfère la campagne, fait de l'agriculture et du jardinage.
§  La Balance aime la danse et la gymnastique rythmique.
§  Le Scorpion pratique la natation et le canotage, et aussi la boxe et l'escrime. 
  Le Sagittaire veut courir, faire des courses automobiles, des grands voyages, de l'aviation, de l'équitation et de la chasse, ainsi que de l'athlétisme léger.
§  Le Capricorne s'adonne à la gymnastique, il s'astreint à un entraînement sévère et rude. Il aime l'alpinisme, qui exige une grande résistance.
§  Le Verseau veut voler, faire de l'acrobatie, il devient équilibriste; il saute, il danse. Le Poisson aime à nager sur le dos, et surtout il plonge. Il voyage aussi en ballon et fait du vol à voile.  



Je pourrais vous donner maints autres exemples d'application des connaissances astrologiques dans divers domaines de la vie. Mais aujourd'hui, il importe que vous reteniez surtout ceci: les deux courants. Tous vous serez mis à l'épreuve, sans exception. Si vous n'avez pas appris à vous analyser, de terribles coups vous seront assénés. Soyez vigilants. Tout le monde est attiré par la richesse, chacun aimerait être entouré d'amis et d'admirateurs. C'est naturel. Mais il faut savoir comment agir pour obtenir ces choses désirables. On choisit le chemin facile, on vend son âme, et que doit-on payer par la suite! Maintenant, posez-moi vos questions, concernant par exemple les méthodes de travail, les moyens de vous sortir de vos difficultés

  Propos recueillis dans les livres de Omraam

Veuillez mentionner la source : le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/

samedi 20 mai 2017

De quelle Eglise parlons-nous



Croyez-moi: un jour viendra où il ne restera que les vieilles femmes dans les églises. On ne peut expliquer la religion par des solennités et du faste. Dans le passé on faisait des miracles dans les églises, il y avait des âmes inspirées. Mais actuellement les églises sont richement parées, on communie avec du vin de qualité, mais il n'y a aucun miracle, l'esprit est absent. Il n'y a que des formes. Or, aujourd'hui il faut croire en Esprit et en Vérité. 

On nous dit: "Vous n'êtes pas dans l’Église". Alors je demande : "De quelle Église parlez-vous ?" L’Église, c'est vous, c'est moi ; ce sont tous ceux qui servent Dieu véritablement. L’Église est construite sur les âmes vivantes et non en pierre de taille. Les églises en pierre ne sont que des bâtiments périssables d'où l'Esprit peut être totalement absent. Nul ne peut me dire que je suis dans le faux chemin.

J'ai consacré ma vie au service de Dieu, je parle gratuitement, je cherche à mener tous les êtres à la source. Suis-je chrétien ? C'est la forme qui compte pour les autres, ce n'est pas l'esprit. Il leur suffit qu'on soit enregistré par l’Église comme chrétien pour être sauvé ! Les mahométans, les bouddhistes, même s'ils manifestent toutes les vertus ne peuvent pas être sauvés, pensent-ils. On recommence à décrire Dieu comme un être cruel, partial. "Nous serons sauvés et tous les autres iront en enfer, dans le feu", disent les gens de l’Église. Cependant Dieu est Père de tous et Il aime tous les êtres. Nous pensons qu'Il sauvera même mieux les mahométans que les catholiques étroits et les chrétiens; parce que les mahométans tombent à terre pour prier partout dans les rues sans se préoccuper de personne. Ici par contre, personne ne prie, ni dehors, ni chez soi. On se contente d'être inscrit sur les registres des baptêmes, de réciter des prières toutes faites sans même y penser et de vivre exactement comme les païens, et l'on pense qu'on sera sauvé. Je ne crois pas à de telles bêtises !


Chacun se sauvera personnellement. Le Christ a ouvert le chemin afin que chacun se sauve en le suivant. Il n'a pas sauvé les hommes à l'avance, comme l’Église catholique prétendait le faire par les indulgences qui permettaient, une fois achetées, de vivre n'importe comment sans que cesse l'immunité due à l'indulgence. Non, le Christ ne nous sauve pas d'avance; penser cela, c'est ne rien comprendre. Il faut tout réexpliquer tant on a mis en circulation depuis longtemps de fausses interprétations.

On est sauvé si l'on marche dans le chemin que le Christ a montré, ce chemin que nul avant Lui n'avait montré. Les anciens chemins conduisaient aux réincarnations; celui du Christ nous en libère. 

Mais cette question sera pour une autre fois. Je ne demande pas que l'Eglise change; telle qu'elle est, elle est magnifique pour la foule. Mais pour tous ceux qui veulent aller plus loin, elle n'est pas suffisante. Si l'on anéantissait l'Eglise, qu'en résulterait-il pour la masse ? Je ne suis pas un fanatique. Les petites culottes vont fort bien à l'enfant, mais peuvent-elles vêtir l'homme de quarante ans ? Je m'élève contre ceux qui veulent à toute force vêtir les hommes faits avec des vêtements d'enfants. Je ne suis pas bigot, je suis plus large que vous ne pouvez le comprendre. Je vous explique simplement que l'Eglise ne suffit plus aux besoins des hommes qui ont évolué.

De quelle façon vivent les chrétiens ? Ils mentent, trompent et volent même; ils sont méchants, hypocrites, calculateurs. Ils mangent et boivent souvent avec excès, et quelle nourriture, quelles boissons! Tout cela ne compose pas un idéal pour moi, je vous l'assure. Cet idéal que prétendent vivre les chrétiens m'a paru tellement minuscule que je n'ai pas pu m'en contenter. Il ne diffère de celui de quantités de braves et honnêtes païens que par le fait que le chrétien s'est fait inscrire dans une église. Que ceux qui admirent cet idéal l'adoptent ou le gardent. Quant à moi, j'ai pensé nécessaire de transformer ma manière de vivre pour mériter le nom de chrétien; j'ai changé ma nourriture, j'ai renoncé à fumer, à m'amuser comme le font les jeunes gens, etc. parce que j'ai compris que l'enseignement officiel donné par l'Eglise n'est pas suffisant.

Avec notre compréhension actuelle nous pouvons certainement faire mieux. Vous dites: «Je continuerai à bien manger, bien vivre, satisfaire toutes mes faiblesses puisque le christianisme officiel me le permet". Je réponds: "Non, pas de viande, ne fumez plus, ne trompez plus vos femmes, n'exploitez plus votre associé". "Ne puis-je donc plus avoir de maîtresses, ni gagner de l'argent sur le dos des autres ?" Certainement pas. Nous devons aller plus loin. Nous devons désormais créer quelque chose qui dépasse la vie actuelle des chrétiens même les plus éclairés. 

Le Christ disait: "Si votre vie est semblable à celle des païens, où est la différence entre vous et eux?" Si nous vivons tous comme vivent les chrétiens actuels, dites-moi quel exemple nous donnerons? Or, nous devons donner un exemple spirituel.

Je vous entends dire qu'il n'y aura pas beaucoup de candidats pour donner cet exemple. Si peu qu'il y en ait, ce sera merveilleux qu'ils existent. Les chrétiens actuels se battent, s'arrachent mutuellement la barbe et les ongles. Je n'accepterai jamais cette chrétienté-là pour authentique. Si vous pouviez pénétrer dans ma tête et voir tout ce que j'embrasse dans ma pensée, vous sauriez que j'ai raison. Je sais que très peu de gens accepteront de donner l'exemple.

La majorité répondront: "Laissez-moi tranquille, je vivrai comme ont vécu mes parents, qui étaient de braves gens". La chrétienté marche sur la voie large et facile. Or, il faut marcher sur la voie étroite. Comment les chrétiens feront-ils plus tard les efforts qui seront nécessaires ? Dieu qui est le Dieu de la générosité et qui pense au salut définitif de tous enverra un jour Son esprit se manifester à travers les êtres de façon irrécusable. Or, l'esprit est sorti de l'Eglise et cela se verra bien ce jour-là. Dieu dit: "Qu'avez-vous fait, vous tous que j'avais envoyés pour enseigner, pour gagner les âmes? Vous êtes dans la politique jusqu'au cou, et quelle politique! Vous cherchez les biens temporels, vous vous y attachez".

Alors Dieu se manifestera en dehors de l'Eglise, comme Il le fait de plus en plus, par des écrivains, des occultistes, des mystiques qui prêcheront des vérités oubliées ou négligées. L'Eglise se rendra compte à ce moment-là qu'en dehors d'elle, dans le peuple, des gens font des sacrifices impersonnels et donnent des exemples de pureté, d'amour et de sagesse qu'elle ne sait pas donner. Et les prêtres diront: "Dieu nous a abandonnés".

Pour secouer le clergé, Dieu se manifestera ainsi, soyez-en certains. Un grand mouvement spiritualiste naîtra en dehors de l'Eglise et celle-ci devra se transformer à cause des prophètes et des hommes qui feront des merveilles. Elle verra que Dieu l'a délaissée depuis longtemps déjà. Pourquoi ? Dieu exige beaucoup de ceux à qui Il a beaucoup donné. Il dira à Ses prêtres: " Vous déteniez les clés, vous n'êtes pas entrés et vous avez empêché les autres d'entrer, eux qui faisaient des efforts et qui étaient plus purs que vous".

La preuve: quelqu'un pense et vit comme je le fais, on lui envoie de plusieurs côtés des gens pour le circonvenir et le faire rentrer dans le sein de l'Eglise ancienne. Je leur dis: "Pourquoi n'allez-vous pas prêcher l’Évangile et la morale aux hommes pervers, méchants, débauchés, à ceux qui font la guerre, aux filles perdues, aux dépravés ? Vous les laissez tranquilles, souvent même vous protégez leur ignorance ou leurs débauches lorsqu'ils font partie de vos ouailles et qu'ils possèdent assez d'argent, mais vous venez prêcher ceux qui servent déjà Dieu. Vous n'allez pas prêcher ceux qui créent tous les malheurs du monde, mais vous venez chez quelqu'un qui croit en Dieu, qui Le sert, qui se sacrifie et qui vit purement".

Oui, c'est ainsi que procèdent les hommes d’Église et ils créent ainsi une sorte d'inquisition. Qu'ils aillent prêcher les hommes mauvais et qu'ils laissent tranquilles ceux qui vivent mieux qu'eux ! Or, ils viennent vers ces hommes religieux afin de discuter et de les ramener aux formes désuètes de la religion qui sont encore les leurs. Des femmes m'ont dit: "Dieu m'envoie vers vous pour vous transmettre un message". Est-ce vraiment Dieu qui leur parle ? Voici le message qu'elles m'ont transmis: "Vous devez rentrer dans l'Eglise catholique et aller communier avec l'aide des prêtres". Je n'ai pas osé leur répondre qu'elles étaient hypnotisées, qu'elles croyaient aux formes et non à l'Esprit, mais j'avais la plus grande envie de leur dire: "Travaillez donc à porter des messages à ceux qui boivent, volent, commettent des crimes, au lieu de vouloir donner vos lumières à ceux qui en savent davantage que vous. Allez donner des lumières à ceux qui n'en ont pas".


Il y a quelques jours une femme est venue me voir, envoyée peut-être par des prêtres; car ils connaissent déjà mon existence, parce que les femmes françaises aiment beaucoup tout raconter à leur curé, et certaines ont donc dit: "Nous écoutons Frère Mikhaël qui nous fait beaucoup de bien". Une autre qui était illuminée par l'Enseignement a questionné son pasteur à ce sujet. Ce pasteur lui a répondu: "C'est un enseignement très dangereux, très habile, qui va vous conduire en enfer". Cette femme n'a pas voulu suivre ce qui l'éclairait, elle a préféré l'opinion d'un aveugle spirituel. Elle aurait dû poser sa question à Dieu et non au pasteur. On ne croit pas à Dieu, mais à son curé.

Jeanne D'Arc disait: "Dieu m'a parlé". Les prêtres lui répondaient: "Non, ce n'est pas Dieu qui vous a parlé puisque ce qu'Il a dit n'est pas conforme à ce que dit l'Eglise". Cependant Dieu peut parler à quiconque sans l'intervention d'un prêtre ou d'un pasteur, lorsque la personne est préparée et purifiée. Naturellement ceux qui ne sont pas encore arrivés à un état de pureté suffisant doivent passer par l'intermédiaire des prêtres; l'Eglise, c'est l'école maternelle. Elle est nécessaire, bien sûr, parce qu'on est encore engourdi, hypnotisé par ce qui a été inculqué aux hommes durant des siècles. On ne doit pas tout raconter à son curé, qui se délecte souvent à écouter les choses que les femmes lui confient et qui n'ont rien de divin. Confiez-vous à Dieu, c'est plus sûr et c'est splendide. Demander au curé si l'on doit me suivre ou non, c'est parfaitement stupide.

Un chemin s'ouvre devant vous; celui qui le suivra n'aura nullement à rompre avec la tradition ni avec son Église, s'il comprend correctement les choses. Mais il ira beaucoup plus loin que ce qu'elle a su lui donner. Lorsque vous avez un bouton sur la main, que faites-vous? L'arrachez-vous pour qu'un autre, pire, le remplace ?

Non, vous devez le laisser tranquille et travailler intérieurement, l'organisme guérira votre mal. Lorsque tout sera réparé, la croûte formée sur ce mal tombera d'elle-même, tandis que si vous l'arrachez, une plaie plus étendue se formera. Doit-on sortir de l'Eglise ? Non, on doit seulement suivre la tradition en travaillant intérieurement jusqu'à ce qu'on n'ait plus besoin des explications faites pour les enfants, jusqu'à ce qu'on puisse communiquer directement avec Dieu. A ce moment-là vous n'aurez plus besoin de moi non plus pour vous guider. Je ne ferais jamais rien qui ne corresponde avec les lois de la nature. Il ne faut jamais arracher un bouton, une croûte, une enveloppe avant que l'organisme ne le fasse lui-même. Avant d'avoir construit une nouvelle maison, il faut vivre dans son ancienne demeure. Ne la quittez pas avant d'avoir bien organisé la nouvelle. On ne doit donc pas couper les liens avec les traditions avant d'être entré dans une nouvelle compréhension.

Moi aussi j'entre dans les églises, mais lorsque je vois leurs symboles, leurs rites, je me demande si la foule, et même les prêtres les comprennent. Ces symboles et rites sont tellement profonds! On peut entrer dans les églises, les fréquenter chaque jour et ne rien comprendre à ce qu'on a sous les yeux. Dans ce cas, symboles et rites ne servent à rien. D'ailleurs combien vont à l'église pour montrer leur toilette, pour se faire une réputation ou pour toute autre chose analogue, quand ce n'est pas pour quelque rencontre clandestine!

Travaillez sur vous-mêmes, ne soyez pas chômeurs, avancez sur le chemin et construisez chaque jour, pierre à pierre, votre nouvelle demeure intérieure.

Message-Audio de Omraam Mikhaël Aïvanhov
Merci de respecter le lien du blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/

vendredi 19 mai 2017

Choisir entre SAGESSE et BÊTISE




L'homme est tantôt sage, tantôt bête. Quelle en est la cause ? Lorsqu'il tombe entre les mains du diable, l'homme devient bête. Lorsqu'il tombe entre les mains de Dieu, il devient sage.

Le dessein du diable est d'égarer les hommes. Quand il en rencontre un, il lui dit : "Tu es ignorant. Il ne sortira rien de toi. Ton travail est achevé, etc.. " L'homme croit à ces paroles et il désespère de la vie.

Comment pouvez-vous connaître que des paroles viennent du diable ?

Si vous vous découragez, si vous vous désespérez, sachez que ces paroles venaient d'un être conducteur des forces négatives de la nature. Mais il ne se passe pas beaucoup de temps avant que vous ne rencontriez un autre homme qui vous dit que vous êtes doué, qu'un avenir vous attend, que quelque chose va sortir de vous, etc... Ce sont les paroles d'un ange. Écoutez-les, parce qu'elles élèvent l'esprit humain. Si vous avez soif, il vaut mieux que vous rencontriez un homme qui vous donne de l'eau, plutôt qu'une personne qui vous refuse quelques gouttes à boire.





Plusieurs parmi vous attendent des révélations qui résolvent les problèmes de leur vie, et voilà qu'on leur parle du diable ! Mais le diable, c'est bon pour le Moyen-Age. On en parlait beaucoup dans les églises, on faisait même avec lui une sorte de commerce. Il lui arrivait de se déguiser en homme pour faire peur aux fidèles. Mais maintenant, qui croit qu'il existe vraiment ?

Le diable est rusé. Se voyant chassé par les lumières des cierges et des veilleuses, il décida de se dissimuler et il apparut aux hommes sous l'aspect de magnifiques monnaies d'or; ils ne le reconnurent plus dans ce vêtement splendide. Vous trouvez mes propos bizarres ? Non, mais je vois dans cette page de mon Maître Peter Deunov de grands secrets. Elle nous donne un critère essentiel pour discerner le bien du mal et choisir le bon chemin, celui de la vérité. Je ne peux vous l'expliquer comme ça, en quelques minutes, car cette compréhension, cet éclaircissement doit se faire en vous, dans votre intellect, dans votre coeur et dans votre âme.

Vous vous étonnez que je parle de Dieu, du diable, de sagesse, d'amour, d'honnêteté et de vertus, alors que le canon gronde et qu'on est accablé de tristesse et d'angoisse. Certes, tous seront éprouvés, parce que Dieu sans cesse crée de nouveaux cieux et une nouvelle terre. Tous seront questionnés et pesés: "As-tu compris la vie nouvelle ou bien restes-tu accroché au courant terrestre ?" Dans l'épreuve, même des êtres qui comprenaient déjà un peu, commencent à perdre leur lumière; ils vendent leur âme à l'ennemi, toujours le même depuis le début de la création. Et vous, m'écoutez-vous encore vraiment, ou bien n'êtes-vous ici que parce que vous m'aimez un peu ? Il y a dans la vie deux courants, deux principes, et il faut savoir les reconnaître l'un de l'autre. Car on peut se laisser entraîner par le premier et absorber tout ce dont il est porteur, ou bien on peut entrer dans le second qui conduit vers la lumière. Tous les Initiés ont parlé de ces deux courants, l'un menant au centre de la terre et l'autre vers le soleil. Actuellement, nos pensées, nos sentiments, nos actes nous font descendre vers plus de pesanteur, de bêtise, de souffrance. Les êtres deviennent égoïstes, grossiers, méchants et laids. Même les meilleurs se mettent à flotter entre les deux courants, parce qu'ils sont ignorants.

 Message-Audio n° 102 de Omraam Mikhaël Aïvanhov
Du 28 novembre 1942
Merci de respecter le lien du blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/