Merci de votre visite

mercredi 21 juin 2017

SUIVRE LA NOUVELLE VOIE



Sachez qu'avec l'aide de son activité raisonnable, de son intelligence et de son coeur, l'homme peut descendre dans le monde matériel pour y étudier le mal en tant que force et principe agissant dans le monde. Seul l'homme qui a donné voie en lui-même à l'idéal, au principe initial divin, peut atteindre cette possibilité.

Quand l'homme peut-il ouvrir son intelligence et son coeur au divin ?
Quand il vit selon les grandes lois de l'existence ; alors il est semblable à la source qui donne à tous. Lorsque la conscience divine s'éveille en lui, il a quelque chose à donner de lui-même. Il est joyeux et content. Toutefois, quand il considère les questions du point de vue de son intellect et de son coeur, l'homme vit dans le monde matériel, dans la vie matérielle. S'il commence à aborder les questions du point de vue du monde raisonnable ou du monde divin, il se hausse jusqu'à sa tête et se manifeste de là. De sa tête, c'est-à-dire des branches de la vie, l'homme descend dans la vie matérielle, dans les racines du mal. Du moment où il donne issue en lui-même au divin, il domine parfaitement et facilement le mal.



Dans le monde matériel, l'intelligence et le coeur travaillent simultanément".
L'homme peut descendre pour étudier le mal, mais cela ne veut pas dire tomber. Il y a une chute, et il y a une descente raisonnable. Cette descente à l'aide de l'intelligence et du coeur, tous les Initiés doivent la faire. Ce n'est pas une chute. La chute est ce qui se fait sans l'aide ni du coeur ni de la conscience. Quand on descend avec la conscience afin d'étudier, ce n'est pas une chute. L'homme qui, en lui, a donné une voie à l'idéal peut descendre, mais les autres tomberont et rouleront très bas dans la matière sans pouvoir se relever ni en sortir. Lorsqu'on est lié à un idéal, on descend à la manière de celui qui descend dans un puits lié à une corde. Il peut remonter. Il ne tombe pas.

Nastradine Hodja décida un jour de nettoyer son puits, aucun de ses serviteurs ni de ses fils ne voulant le faire. Il avait donné à ses valets ordre d'applaudir et de crier "Aïla Hodja" chaque fois qu'il éternuait. Or, au moment où ses serviteurs le hissaient du fond du puits, suspendu à la corde, il se mit à éternuer. Aussitôt tous lâchèrent la corde pour l'applaudir, et Nastradine Hodja tomba dans le puits à toute vitesse! Les valets n'étaient pas coupables, ils n'avaient  fait qu'obéir à l'ordre de leur maître.

Quand on est lié à une corde, c'est-à-dire à un idéal, à une idée placée dans le monde divin, on ne peut pas tomber, alors même qu'on éternue, car personne là-haut ne criera: "Aïla Hodja!" les esprits raisonnables disent plutôt: "Tant que vous faites tous les sacrifices et tous les efforts possibles pour soutenir votre idéal divin, vous pouvez descendre au centre de la terre, nous vous en retirerons". Le Maître Deunov dit que les êtres liés à l'idéal, au principe initial divin, descendront.

Tous, nous sommes descendus pour étudier. Pour quelle raison devons-nous descendre dans la matière? Pour une très grande raison. Les Initiés disent: "Nous descendons pour étudier et connaître la matière - le mal - et pour y prendre des forces, parce que la matière - le mal - est une condensation de la force. Tous les esprits descendent dans la matière pour la transformer, la vivifier, la spiritualiser. Vous pensez que cela n'est pas nécessaire, qu'il vaudrait mieux rester dans la lumière et la magnificence du ciel où il y a serviteurs, danses et spectacles.

C'est le plus grand secret de la science occulte que je vais vous expliquer. Je ne sais combien parmi vous comprendront.

Les plantes prennent leur nourriture du règne des minéraux; elles absorbent et transforment leur matière, dont l'état est le plus dur, le plus dense, le plus immobile, le plus pétrifié. Les plantes sont les premiers ouvriers chargés de transformer et de vivifier la matière. Elles lui donnent le mouvement, car elles ont en effet le mouvement, une vie, une croissance. Aussi commencent-elles avec une patience extraordinaire: elles prennent la terre, la mangent, la transforment en nourriture.

Les animaux, à leur tour, absorbent ce que les plantes ont élaboré et lui donnent une sensibilité et une vitalité plus grandes. Que font les hommes ? Ils prennent les animaux pour les manger. Ils tâchent de faire évoluer la matière animale qui est encore épaisse et grossière. Alors que chez les pierres règne l'immobilité, chez les plantes la croissance et chez les animaux une sensibilité mêlée au désir et au sentiment, chez l'homme c'est la pensée et la raison qui se manifestent.

La matière ne s'arrête pas là. Les anges descendent et nous mangent. Vous pensez que c'est affreux ? Ils ne nous mangent pas de la façon que vous croyez.



Voyez la différence entre les carnivores et les végétariens: les carnivores mangent les animaux; les végétariens ne prennent que leur lait, leurs oeufs, leur laine. Ils ne mangent pas l'animal, mais ce qu'il produit. C'est de cette façon que les anges nous mangent ; ils ne nous avalent pas, ils sont végétariens. Ils mangent nos pensées, nos sentiments. Tout ce que nous fabriquons en nous de plus tendre, de plus doux, de plus affectueux, les anges le prennent et s'en nourrissent. Nous sommes pareils à des plantes qui produisent des fruits, des fleurs que cueillent les anges. Ils ne cassent pas nos branches; ils nous arrosent au contraire, nous soignent afin que nous donnions des fruits encore meilleurs. Il existe aussi des anges quelque peu carnivores: les anges noirs, les démons. Quelquefois ils avalent l'homme complètement, ne laissant de lui aucune trace. N'oubliez pas ces deux sortes d'anges. La matière ne s'arrête pas au niveau des anges. A leur tour, les archanges se nourrissent des anges. Les dieux viennent manger les archanges, ainsi de suite jusqu'à ce que la matière parvienne à Dieu. Préparée par les esprits sublimes, Dieu la mange.

Message-Audio No 99 du 18 octobre 1942 
 de Omraam Mikhaël Aïvanhov
Merci de respecter le lien du blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/