Merci de votre visite

dimanche 25 août 2013

Des règles de morale sexuelle


La religion et la société ont fixé des règles de morale sexuelle sans se demander si les humains seraient capables de les appliquer. Et c’est pourquoi beaucoup parmi eux qui ont voulu obéir à ces règles n’y sont arrivés qu’au prix de grandes souffrances et de troubles psychiques auxquels on a donné le nom de refoulement. Le refoulement ne peut pas être une solution au problème de la sexualité. Il est dangereux de refuser à la force sexuelle son issue naturelle si l’on n’a pas un mobile puissant, des aspirations, un idéal supérieur capable de faire un travail dans les plans de l’âme et de l’esprit pour canaliser et transformer cette force. La continence est un renoncement, bien sûr, mais ce renoncement ne doit pas être une privation, il doit être une transposition dans un autre plan. Il ne faut pas se priver, il ne faut pas renoncer, mais seulement se déplacer. Voilà ce qu’il faut expliquer aux hommes et aux femmes quand on leur parle de la maîtrise de la force sexuelle. 

Vous prétextez qu'ils sont à ce moment-là seuls dans leur chambre, les hommes et les femmes s'imaginent que l'acte sexuel ne concerne qu'eux. Eh bien, non, ils se trompent. Et ceux qui ont su garder leur lucidité pendant ces effervescences se sont rendu compte que ce qu’ils étaient en train de vivre produisait des émanations oui servaient à alimenter des entités du monde astral. Ces entités sont d'une telle avidité qu'ils sont obligés de les laisser se nourrir à leurs dépens et ils perdent ainsi beaucoup d'énergies précieuses. Comme ils ne sont pas capables de s’analyser, tous les ignorants s'exclament: « Ah, quels plaisirs nous avons goûtés! » alors que c'étaient d'autres entités qui étaient aussi en train de se régaler à travers eux. Tant qu'ils vivront une vie passionnelle, instinctive, les hommes et les femmes seront dévalisés par ces entités inférieures. Mais qu'ils vivent un amour véritable, ils se renforceront, s'embelliront, et c’est eux, pas les autres, qui gagneront véritablement. 

Il est possible d’instruire et de conseiller les humains sur la question de la sexualité, mais en sachant bien que cette question ne peut être vraiment résolue qu’en fonction de chaque personne. Vouloir, sous prétexte de morale, imposer des règles identiques à tous, n’est pas raisonnable, car la même discipline qui conduira les uns vers l’équilibre et la véritable spiritualité, peut au contraire amener les autres vers le refoulement, l’hystérie et la névrose. Les humains n’ont pas tous des besoins de même nature, et celui qui ne tient pas compte de cette réalité est exposé soit à prêcher dans le désert, soit à leur infliger des tourments inutiles.


Maintenant, cela ne veut pas dire qu’on ne doive pas faire d’efforts. Si, chacun, au niveau qui est le sien, doit faire des efforts pour maîtriser la force sexuelle, afin de vivre son amour d’une façon plus belle, plus noble, plus spirituelle, car c’est là la seule règle morale véritable.