Merci de votre visite

mercredi 21 août 2013

Le Sens du Végétarisme



Conférence du 26 Janvier 1946

Omraam Mikhaël Aïvanhov (1900-1986)



Aujourd'hui, je ne parle qu'à ceux qui veulent évoluer le plus vite et merveilleusement possible sur le chemin de la vie. Cette question du végétarisme ne concerne pas les autres qui peuvent penser et vivre comme ils veulent et aller où il leur plaira. Mais je prie ceux qui veulent vraiment évoluer dans la vie de m'écouter attentivement.

Il y a deux classes d'êtres: celle des carnivores et celle des herbivores. Plus tard, il y aura davantage de frugivores que d'herbivores. La majorité des gens ne se rendent pas compte que ce qu'on mange et introduit dans l'organisme joue un rôle dans tous les domaines; cela agit sur tous les centres, les cellules, les organes du corps, des plus grossiers jusqu'aux plus subtils.

On pense qu'il est sans importance de manger n'importe quoi et que cela ne nous empêchera pas de nous classer parmi les plus grands philosophes ou les hommes les plus purs. Vous allez voir si cette croyance est vraie. Je vous demande d'avance de ne pas m'en vouloir si, après la conférence, beaucoup d'entre vous sont dégoûtés de la viande. Qu'ils ne me le reprochent pas. À Lausanne, après m'avoir entendu, presque tous sont devenus végétariens. Certains ont même définitivement fermés leur boucherie.

Si je vous présente donc aujourd'hui des images très claires et compréhensibles de tous les dangers et dégâts occasionnés par la nutrition carnée, vous me le pardonnerez; car après cela, vous ne pourrez plus manger de viande. Je ne vous suggestionne pas. Vous jugerez par vous-mêmes.

Tout d'abord, entrons dans un parc zoologique et regardons les animaux qui mangent de la viande et ceux qui n'en mangent pas. Promenons-nous, observons-les. Que constatons-nous? Les enfants peuvent vous le dire et vous le savez, mais vous n'y prêtez pas une grande attention. Vous verrez que les carnivores sont inquiets et qu'ils sont sans cesse dans un état d'agitation qui les pousse à marcher de long en large. Ils répandent une odeur que vous ne pouvez supporter. Ils manifestent une humeur hostile envers les hommes. Leurs yeux jettent une lueur mauvaise. Ils mangent avec rapidité et gloutonnerie, se jetant sur la nourriture et regardant à gauche et à droite avec soupçon. Les herbivores, eux, sont tranquilles, leur odeur n'est pas désagréable. Quand ils mangent, c'est tranquillement. Ils sont doux.

Vous dites: "Est-ce tout?" Oui, mais c'est de ces petits détails que sortiront de grandes choses. Pourquoi les uns sont-ils cruels, se jettent-ils sur leurs victimes avec colère et haine et ne peuvent être apprivoisés, alors que les autres sont tout à fait différents? C'est la nourriture qui les rend ainsi... La viande qu'absorbent les carnivores les pousse à avoir cette cruauté.
Maintenant, étudions un peu la nourriture. Nous arriverons à éclaircir cette question de tous les points de vue. Que représentent la viande, les fruits ou l'herbe? Beaucoup parmi vous se posent les questions suivantes : si on tue les animaux pour les manger, ils souffrent, mais quand on arrache les herbes, souffrent-elles aussi? Et si on ne tue pas les animaux, ne deviendront-ils pas tellement nombreux qu'ils envahiront la terre et ne laisseront pas de place à l'humanité? Tout s'éclaircira.

Qu'est en réalité, la nourriture qu'on met dans l'organisme si on la considère d'un autre point de vue? C'est une antenne... Quels qu'ils soient, chaque atome et molécule absorbés nous lient avec certaines longueurs d'onde, avec certaines vibrations et entités. C'est cette question que connaissent tous les Initiés, les Mages et les Maîtres. Lorsque ceux-ci doivent guérir quelqu'un ou le mettre en état de transe ou de clairvoyance, ils donnent au patient quelque chose à manger ou à boire. Ils savent en effet que chaque nourriture est semblable à une antenne qui nous met en relation avec certaines régions de l'univers.

Étudions la viande. Sa consommation laisse beaucoup de déchets, de poisons, de toxines en nous. Elle nécessite une dépense d'énergie considérable pour absorber le peu de force vitale qu'elle contient. Tous ces poisons et déchets compliquent l'organisme à tous points de vue. Les maladies qui surviennent sont dues à ces impuretés qui restent dans les intestins et dans tout l'organisme. Nous avons déjà parlé de cette question dans la conférence intitulée "La Pureté." La viande ne possède pas de force subtile en elle, contrairement à l'herbe ou aux fruits qui sont exposés aux rayons du soleil. La véritable énergie absorbée, c'est la lumière céleste, condensée dans les fruits et les légumes. Quand nous mangeons de la viande, nous trouvons à peine en elle un peu de cette lumière que les animaux qui mangent l'herbe accumulent.

Les Initiés ne veulent pas passer par un chemin aussi difficile et aux résultats si moindres pour avoir un peu de cette lumière solaire, ils la prennent directement dans les fruits, dans les légumes. La science occulte nous dit que les fruits sont la plus grande et la plus pure condensation de la lumière du soleil.

D'un autre point de vue, combien réfléchissent à ce que ressentent les animaux lorsqu'on les mène à l'abattoir? Quelle frayeur, quels sentiments négatifs les agitent et les troublent! Ils ne peuvent pas parler, mais tout ce qui se passe en eux agit sur leurs glandes. Ils ont la même structure que l'homme; ils sont sensibles, intelligents, et parfois même plus que l'homme, et il se produit toujours un désordre dans le fonctionnement de leur organisme quand ils sentent qu'on va les tuer. Leurs glandes sécrètent des sucs perturbés qui envahissent le sang qui est ainsi empoisonné à son tour. Ces toxines que la science ne connaît pas encore (26 janvier 1946), ce poison, les Initiés l'ont étudié. Il est néfaste et ne peut disparaître par la cuisson ou le lavage de la viande. Si on mange de la viande, il agit dans l'organisme humain. Les sentiments que l'animal émet au moment de sa mort imprègnent tellement les atomes et les molécules de sa chair que, lorsqu'on mange sa viande, elle influence les corps éthériques, astral (sentiments) et mental (pensées) de l'homme. Ainsi, on devient de plus en plus semblable aux animaux.

Vous pouvez tuer une poule, une brebis, mais vous êtes obligés ensuite de payer pour son évolution. De quelle façon? L'âme qui avait encore besoin d'évoluer dans ce corps physique que vous tuez viendra s'installer en vous et vous serez obligé de la nourrir, de vous occuper d'elle, de la faire évoluer. Peu de personnes le croiront, car elles ignorent qu'il y a d'autres régions que les régions physiques, qui sont peuplées par les âmes des animaux.

Ceux qui tuent les animaux pour les manger ont ensuite une grande dette à payer. Les âmes des animaux viendront en eux avec le droit de s'y installer et elles diront: «Nous venons en vous, faites-nous évoluer, car vous ne pouvez entraver notre évolution!» Ainsi, ces hommes seront intérieurement entourés d'âmes animales. Ils les porteront et les nourriront. Ces âmes animales pousseront des soupirs en eux, si bien qu'ils auront un lourd fardeau à porter. Ne vous étonnez donc pas que certains de vos amis et de vos ennemis soient remplis d'âmes animales. Vous le voyez et vous le sentez quand ils se trouvent dans des tempêtes furieuses. À ce moment-là, ils sont des animaux; ce ne sont pas encore des hommes. L'homme véritable ne connaîtra pas tout cela. Tout ce que vous aimez croire et dénommer humain ne l'est pas encore. L'homme n'est pas encore venu sur terre. C'est encore le royaume des animaux qui se manifeste à travers l'humanité. Quand l'homme se manifestera on verra qu'il est l'image de Dieu. Alors, des événements splendides se produiront.

Actuellement, les hommes sont des animaux qui se mangent entre eux, se volent, se pillent et se tuent. Ce ne sont pas des animaux herbivores, mais des carnivores, des fauves. Dans le royaume des animaux, il n'y a pas beaucoup de joie ni d'esthétique. Plus un être y est plantureux et stupide, plus la foule veut être avec lui. Cette humanité animale n'a pas beaucoup de goût. Si vous étudiez ses mœurs de près, vous vous étonnez que les gens puissent encore s'aimer. C'est le royaume des animaux. Les hommes arrivent à peine maintenant sur terre. Je parle collectivement car, individuellement, il y a eu des hommes véritables qui vivaient, pensaient et agissaient autrement que la masse. C'étaient des hommes à l'image de Dieu; ils reflétaient la beauté, la bonté et la douceur. Ce n'étaient pas des fauves. Ils ne disaient pas que la vie est ainsi faite et qu'il est normal d'être cruel. Non. Ils reflétaient l'image de Dieu.

Vous dites qu'il faut manger de la viande pour développer ses muscles et devenir solide. Croyez-vous vraiment qu'on doive dire à la vache de boire du lait pour qu'elle puisse en avoir? Comment la vache prépare-t-elle une nourriture si puissante en ne mangeant que de l'herbe? Comment a-t-elle pu la fabriquer? D'où cela est-il sorti? En utilisant votre logique, il faut dire qu'elle doit boire du lait pour en donner. Mais, la vache possède un autre logique que la vôtre.


Manger de la viande, est-ce esthétique? Est-ce beau à voir; ces morceaux informes et dégoutants qui remplissent l'assiette, que l'on absorbe tout en parlant affaires ou politique? Je ne vois là aucune poésie. C'est une poésie qui ressemble aux saucisses. Je vais plus loin. Tous ceux qui mangent du boudin finissent par lui ressembler. Est-ce joli? Quelle idée de choisir un tel modèle! Beaucoup de femmes s'imaginent qu'elles acquerront la beauté en mangeant de la viande. Certaines vont même jusqu'à s'appliquer des biftecks saignant sur les joues pendant la nuit, alors que le pauvre mari attend patiemment que sa femme devienne jolie. Comment la beauté peut-elle provenir de la laideur? Quand je vois une jolie fille manger de la viande, sa beauté diminue à mes yeux car elle se nourrit d'aliments inesthétiques.