Merci de votre visite

dimanche 8 septembre 2013

Le système des six corps






Le corps physique, qui représente notre volonté et notre puissance souvent chancelantes, est lié au corps atmique qui représente la volonté et la toute-puissance divines.

Le corps astral, qui représente notre cœur égoïste, avide, st lié au corps bouddhique qui représente l’amour divin.

Le corps mental, qui représente notre intellect sujet aux erreurs, est lié au corps causal qui représente la sagesse divine.

Les corps inférieurs ne sont qu’une répétition des corps supérieurs, et la structure de l’être humain obéit donc à loi énoncée par Hermès Trismégiste dans la Table d’Emeraude : « Tout ce qui en bas est comme ce qui est en haut, et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». PUisqu’il y a analogie, il ya relation ; ce qui est en bas est lié à ce qui est en haut.

Mais en énonçant la loi des correspondances, Hermès Trismégiste n’a pas précisé de quelle manière s’établissaient ces relations entre le haut et le bas. Représentez-vous un lac au bord duquel on a construit des maisons et planté des arbres ; ces maisons et ces arbres se reflètent dans l’eau, mais le reflet donne d’eux une image inversée. Eh bien, c’est cette loi physique qui régit la structure de l’homme et de l’univers : ce qui est en bas dans le reflet est comme ce qui est en haut dans la réalité, mais inversé. La surface du lac représente  la limite entre le monde d’en haut et le monde d’en bas, limite à partir de laquelle les choses et les êtres ne sont plus qu’un reflet inversé de la réalité. C’est ce que vous voyez aussi dans l’image ; ce qui est le plus bas dans le plan inférieur correspond à ce qui est le plus haut dans le plan supérieur, et ainsi de suite pour les autres plans.

Dans notre moi terrestre, nous sommes donc une trinité qui pense, qui sent et qui agit, mais cette trinité n’est encore qu’un reflet très inférieur de l’autre trinité, la Trinité céleste qui attend que nous puissions nous joindre à elle, puisqu’elle fait aussi partie de nous. Cette fusion doit se faire un jour, et c’est le sens profond du sceau de Salomon. Ce symbole est en réalité bien antérieur à Salomon lui-même, car les Initiés ont toujours résumé les réalités psychiques et spirituelles par une figure symbolique très simple dont très peu de personnes, même celles qui ont adopté ce symbole, ont une idée contenu.

Ainsi, on peut dire que l’être humain est constitué de trois corps (ou trois âmes) qui composent son moi inférieur et qui doivent un jour s’unir aux trois corps (ou trois âmes) qui forment son Moi supérieur. Toutes les expériences, heureuses ou malheureuses, que nous faisons dans notre vie ont pour seul et unique but cette rencontre de notre moi humain et d e notre Moi divin. Au moment où ces deux parties, inférieure et supérieure, parviennent à se fusionner, c’est le Ciel et la Terre qui s’unissent en nous pour créer l’abondance et la joie, et nous trouvons notre place dans l’Arbre cosmique de la vie.

Les systèmes d’explication de l’homme et de l’univers, les relations qu’ils entretiennent l’un avec l’autre et avec le Créateur sont différents suivant les traditions philosophiques, religieuses, mystiques. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont différents qu’ils se contredisent ; chacun représente une tentative de trouver un ordre dans la complexité infinie de l’univers, le macrocosme, et de l’homme, le microcosme qui en est l’image, et ces représentations se complètent. Ainsi, bien que n’ayant rien de commun en apparence, il n’existe aucune contradiction entre le système des six corps des hindous et l’Arbre séphoritique.

L’Arbre séphirotique est d’abord fondé sur le nombre 10, les dix séphiroth, chacune représentant un attribut divin, une région de l’espace avec les entités qui la peuplent et une partie du corps de l’homme cosmique, Adam Kadmon.

L’Arbre séphirotique repose aussi sur le nombre 4 ; les quatre mondes qui correspondent aux quatre moments de la création, c'est-à-dire aux quatre moments de la descente de l’esprit dans la matière :
  • -          Olam Atsilouth ou monde des émanations,
  • -          Olam Briah ou monde de la création,
  • -          Olam Iétsirah ou monde de la formation,
  • -          Olam Assiah ou monde de l’action.


Ces quatre mondes se retrouvent également dans l’homme :

-          A Olam Atsilouth correspond Néschamah, le plan divin de l’âme et de l’esprit,
-          A Olam Briah correspond Rouah, le plan de la pensée
-          A Olam Iétsirah correspond Néfesch, le plan du sentiment,
-          A Olam Assiah correspond Gouf, le corps physique.

Et enfin, l’Arbre séphirotique est fondé sur le nombre 5 car chaque séphira est un monde organisé :

-          Au sommet, Dieu qui correspond en nous à l’esprit,
-          La séphira elle-même, qui correspond à l’âme,
-          Le chef de l’ordre angélique, qui correspond à l’intellect,
-          L’ordre angélique, qui correspond au cœur, 

-    La planète, support matériel pour les entités spirituelles des quatre plans précédents et qui correspond au corps physique.

Donc, tout est là : Dieu, l’univers peuplé d’une multitude de créatures et l’être humain. Certains diront : Mais que tout cela est compliqué, on n’y comprend plus rien ! Bien sûr, c’est compliqué, mais comment imaginer qu’on va assimiler d’un seul coup des connaissances sur des sujets aussi difficiles que le Créateur, la création et la créature ?  Il y a des siècles, des millénaires, que des sages, des mystiques, des Initiés ne cessent de méditer sur ces questions, et on voudrait que ce soit facile ! Il faut être raisonnable, il faut être logique. Combien d’années d’études sont nécessaires à celui qui veut devenir physicien, médecin, avocat, économiste etc ? Et même lorsqu’il a obtenu le diplôme, il doit continuer à s’instruire pour approfondir sa discipline. Et quand il s’agit de questions tellement plus difficiles que la physique, l’économe ou la médecine, on voudrait que ce soit facile et rapide. C’est impossible.


Bien sûr, vous pouvez toujours faire comme cette personne à qui un ami demandait ce qu’on lui enseignait dans la Fraternité. Savez-vous ce qu’elle a répondu : « On nous apprend comment boire de l’eau chaude ». Si ça vous suffit, vous pouvez en effet ne retenir que cela !... Mais celui qui veut réellement entrer dans les mystères de la création et comprendre qu’il représente lui-même dans l’Arbre de Vie, doit revenir tous jours sur ces connaissances que nous ont léguées les Initiés et les grands Maîtres. Et pour assimiler ces connaissances, il ne suffit pas d’aller s’instruire par des conférences ou des lectures, il faut accepter une véritable discipline, car on ne peut pas entrer en contact avec les réalités du monde divin en menant n’importe quelle existence.