Merci de votre visite

mardi 1 avril 2014

Faire la différence entre les richesses



Pour savoir comment ils doivent se considérer les uns les autres, les humains s’arrêtent sur la fortune, le rang social, les diplômes.. Cette attitude n’est évidemment pas tellement à préconiser car il est évident que tous ces avantages correspondent rarement à des qualités morales. Pourtant elle reflète une réalité du monde spirituel : dans le monde spirituel, celui qui est plus riche, plus beau, plus fort que les autres mérite l’estime et l’amour du Ciel ; il y a toujours une relation entre ce que l’on est et la façon dont on est considéré. Mais les humains ont oublié cette notion de noblesse spirituelle, ils n’ont que des critères matériels, ils ne sentent pas que les manifestations du monde physique ne font que refléter un monde plus élevé, et que la richesse, la beauté, la grandeur, la puissance matérielles ne sont que des traces lointaines du monde divin. Seules les formes retiennent leur attention, ils n’ont pas conscience qu’au-delà de ces formes, leur respect et leur considération devraient s’adresser aux trésors de la vie spirituelle, de l’âme, de l’esprit.

Parce qu’ils sont trop descendus dans la matière, les humains ont perdu l’intuition de ce qu’ils devaient rechercher chez les êtres. Tout n’est pour eux que conventions, et ils s’inclineront devant un criminel simplement parce qu’il est influent ou d’une famille riche. Et par "criminel", je n’entends pas seulement un voleur ou un assassin, mais un homme qui transgresse les lois de la sagesse, de la bonté, de la pureté, etc.. Or, ceux qui transgressent le plus ces lois sont souvent ceux qui ont les plus grandes possibilités matérielles, car elles leur fournissent toutes les conditions favorables pour satisfaire leurs caprices, leurs convoitises, leurs ambitions.

Il ne faut donc pas trop condamner les humains s’ils admirent les riches et les puissants : ils ne font que reproduire une attitude qui est observée dans le monde divin où personne ne peut faire autrement que de saluer et respecter les riches et les puissants, car les avantages que ceux-ci possèdent, correspondent à de vraies connaissances, à de vraies vertus. Seulement, les humains devraient être un peu plus clairvoyants et se rendre compte que lorsqu’ils s’inclinent devant un puissant de ce monde, en réalité ils n’ont souvent affaire qu’à une espèce de clochard sans science, sans amour, sans pureté, sans maîtrise. Oui, un pauvre clochard. Puisque sa richesse matérielle ne lui sert qu’à satisfaire toutes ses tendances inférieures, c’est qu’intérieurement il n’est qu’un clochard. Une richesse qui ne repose sur aucune base solide dans le monde spirituel est, en réalité, pire que la pauvreté.

Si vous voulez contribuer à l’avènement du Royaume de Dieu et de sa Justice, vous devez commencer par apprendre à faire la distinction entre les richesses extérieures et les richesses intérieures, et ensuite, au lieu d’être hypnotisé par la réussite matérielle, travailler à développer en vous les dons de l’esprit. Dites-moi un peu quel sens cela peut-il avoir de se révolter contre l’injustice de l’ordre social et, en même temps, l’alimenter par son attitude ?... Mais oui, tant qu’on se laisse éblouir par les apparences du succès et qu’on cherche à imiter ceux qui ont réussi en luttant bec et ongles, on contribue à renforcer l’injustice.

Toutes les créatures du monde divin n’aiment, ne respectent et n’aident que ceux qui sont riche. Aux pauvres, non seulement elles ne donnent rien, mais elles prennent même ce qu’ils ont. Eh oui, on donne à celui qui a déjà, et à celui qui n’a pas, on prend même le peu qu’il a. Vous trouvez que c’est cruel et injuste : pourquoi remplir les caisses du riche et prendre au pauvre le peu qui lui reste ? Eh non, c’est juste, mais il faut comprendre qu’il ne s’agit pas là du plan matériel. D’ailleurs, il n’est même pas nécessaire qu’on vienne prendre quoi que ce soit au « pauvre » : c’est lui qui, par son attitude, perd peu à peu tous les trésors que le Ciel lui a donné. Prenons, par exemple le cas d’un artiste : s’il ne soutient pas ses dons par la pratique de certaines qualités morales, ces dons finissent par le quitter. Combien de fois on l’a vu ! Et cela se vérifie pour tout être humain : sa richesse intérieure fait fructifier ses dons, et sa pauvreté intérieur le rend peu à peu stérile.

Si vous voulez que le Ciel vous aide, vous devez devenir riche. Vous direz : "Mais comment devenir riche ? " En travaillant pour gagner de l’or. L’or, symboliquement, c’est la sagesse, le discernement : avec cet or-là on s’achète des qualités et des vertus qui se manifestent par des projections de lumières et de couleurs que les entités célestes aperçoivent de loin. Les humains, eux, s’ils ne vous voient pas arriver dans une voiture somptueuse, couvert de décorations ou de bijoux, ils ne se rendront jamais compte de votre valeur, par qu’ils sont aveugles. Mais les esprits d’en haut sentent tout de suite la lumière qui émane de vous, elle les attire, et quand ils s’approchent ils s’exclament : "Oh, quel manteau magnifique, quelle couronne étincelante". Ils sont émerveillés, ils se rassemblent et c’est toute une fête parce qu’ils ont aperçu un être vêtu magnifiquement et paré de bijoux : colliers, bracelets, bagues, ceintures ornées de pierre précieuses.  Vous êtes étonné, vous n’aviez pas pensé que dans le monde divin aussi on pouvait porter des parures ? Mais alors les peintres anciens qui représentaient Dieu, le Christ, les anges, la Vierge dans des vêtements somptueux, que ovulaient-ils exprimer sinon cette réalité de la richesse du monde divin.

Et si la coutume veut que les rois et les princes de la terre soient eux aussi magnifiquement parés, cela vient de ce qu’on les considérait comme les représentants de Dieu sur la terre et que ces ornements et ces pierres précieuses correspondent aux qualités et aux vertus qu’ils devaient posséder pour gouverner sagement leur royaume. Combien d’entre eux ont compris qu’avant de les porter physiquement, c’est spirituellement qu’ils devaient se parer de ces pierres précieuses ? ça, Dieu seul le sait. Mais je vous parle ici de symboles. Et même la place de ces pierres est symbolique : sur la tête, aux oreilles, autour du cour, à la taille, aux doigts, aux poignets, aux chevilles, chaque endroit a une signification précise. Et de plus, toutes les pierres précieuses passent pour posséder de grands pouvoirs curatifs…

La véritable royauté est la royauté spirituelle et, au passage de celui qui est parvenu à s’élever jusque-là, les anges, les esprits de la nature s’inclinent en se chuchotant entre eux : "Voici un roi qui s’approche", et ils lui font fête, ils se pressent autour de lui tout heureux. Car il émane de lui un fluide d’une grande pureté, doué d’une influence apaisante, vivifiante, comme une source divine qui coule et régénère tous les êtres sur son passage. Alors, si vous voulez attirer l’attention de toutes les créatures angéliques pour qu’elles s’occupent de vous, vous devez être riche. Riche et bien habillé. Une fois que vous avez obtenu leur amitié et leur protection, elles vous donnent certaines possibilités. Et un beau jour, les humains à leur tour sont obligés de vous reconnaître ; ils sentent qu’intérieurement vous portez des vêtements magnifiques, que vous êtes paré d’or et de pierreries, c'est-à-dire que vous possédez cette quintessence précieuse qui fait que, dans n’importe quelle circonstance, vous pouvez penser, sentir et agir vous aussi comme un roi, et ils vous accordent la place que vous méritez.

Tant que les humains ne travaillent pas à acquérir les vertus divines, ils ne possèdent pas la royauté véritable. Alors, qu’ils ne s’étonnent pas si certains, plus clairvoyants que d’autres, n’ont pas tellement de considération pour eux. Ils croient devoir être respectés sous prétexte qu’ils occupent dans la hiérarchie sociale un poste élevé qui leur donne la possibilité de taper du poing sur la table. Eh non, ce n’est pas par les signes extérieurs qu’on peut se faire respecter, mais seulement par la puissance de l’esprit. Celui qui veut se faire respecter doit savoir que c’est dans le domaine spirituel que se trouve la véritable hiérarchie, et c’est jusque-là qu’il doit monter. Au fur et à mesure qu’il s’élèvera sur cette échelle spirituelle, sans même qu’il le veuille, les autres le reconnaîtront un jour. Cela prendra peut-être du temps, mais ils le reconnaîtront. Seulement attention, je ne dis pas que cela doit se passer comme dans certains mouvements spiritualistes où, à l’image de ce qui se passe dans la société, ceux qui ont obtenu un grade supérieur (et Dieu seul sait comment) mettent les autres dans l’obligation de les servir. Non, ne vous occupez même pas de savoir si les autres reconnaissent votre valeur ; montez, montez toujours plus haut, personne ne peut vous en empêcher, c’est le seul droit que Dieu ait donné à toutes les créatures, et c’est ainsi que vous répondrez à la demande de Jésus : "Cherchez le Royaume de Dieu et sa Justice".

Si Jésus parlait du Royaume de Dieu et de sa Justice, c’est parce que précisément ce qui distingue le royaume de Dieu du royaume des hommes, c’est que la justice s’y exerce tout à fait différemment. Oui, le point de vue du Ciel n’est pas le point de vue de la terre. C’est pourquoi je me dresse devant les politiciens, les économistes, tous ceux qui prétendent s’occuper des grandes affaires du monde, du bonheur des humains, et je leur dis : "Vous ne résoudrez pas les problèmes tant que vous n’aurez pas complètement changé de point de vue". Oui, il ne suffit pas de changer les méthodes, c’est de point de vue, d’abord, qu’il faut changer.