Merci de votre visite

lundi 18 août 2014

LES DANGERS DU TANTRISME par Omraam



Il existe une science de la sublimation de la force sexuelle que l’on appelle, dans l’Inde et au Tibet, Tantra-yoga. Elle comprend toutes sortes de méthodes et je vous parlerai de l’une d’elles pour vous donner un aperçu de cette science. Pendant des années, le yogi étudie ce qu’est l’amour, il médite, il jeûne, il fait des exercices de respiration. Quand il s’est bien préparé, on lui choisit une jeune femme, instruite elle aussi dans ces pratiques, et il commence à habiter pendant quatre mois dans la même chambre qu’elle : il se met entièrement à son service en la divinisant, en pensant qu’elle est une manifestation de la Mère Divine ; mais il ne la touche pas. Ensuite, ils commencent à dormir dans le même lit : pendant quatre mois la femme s’étend au côté droit de l’homme, puis quatre mois à son côté gauche, et là encore ils ne se touchent pas. Enfin quand ils ont acquis la plus grande maîtrise, ils commencent à s’embrasser et même à se fusionner, mais dans une telle pureté que cette fusion peut durer des heures sans la moindre émission de la part de l’homme.

Evidemment très peu de gens peuvent avoir une idée de ce que cela représente, car en général, à peine sentent-ils le désir sexuel s’éveiller, qu’ils se précipitent pour lui donner une issue. D’après la science tantrique, le gaspillage de cette quintessence, c’est la mort, alors que sa sublimation est la vie éternelle. C’est ainsi que certains Initiés ont obtenu l’immortalité; eh oui, ce ne sont pas des mots, ils devenaient immortels. Pour pouvoir sans danger se plonger dans l’amour physique et affronter les instincts, les passions, la sensualité, l’océan des plaisirs, il faut être très fort, très pur. Ceux qui en sont capables rapportent de ces profondeurs des perles précieuses, comme les pêcheurs qui plongent dans l’océan pour ramener des huîtres perlières sans rester prisonniers des algues ni être mangés par les requins. Mais ces expériences ne sont pas à conseiller à tous. Il faut être maître de cette force formidable pour oser l’affronter, et moi je ne vous conseille pas de commencer à pratiquer ce yoga, je vous en expose seulement quelques aspects.

Ce n’est que si vous êtes allé très haut, dans la super-conscience, goûter cet amour qui est diffusé dans tout l’univers et qui est la quintessence de Dieu Lui-même, que vous pouvez tout vous permettre sans danger ; à ce moment- là, rien ne peut vous nuire ou vous salir, vous ne pouvez commettre aucun péché.

Mais si vous n’êtes pas arrivé jusque-là, tenez-vous tranquille! Il n’y a que très peu d’êtres sur la terre qui peuvent se permettre de descendre jusque dans les profondeurs de leur nature pour tout transformer, tout sublimer, tout rendre lumineux et beau. Et c’est cela justement que l’on appelle «joindre les deux bouts», c’est-à-dire le haut et le bas, le supérieur et l’inférieur. Mais si, sans avoir pu arriver jusqu’au monde supérieur, vous entreprenez de descendre, le monde inférieur vous anéantira, parce que vous n’êtes ni protégé ni armé et que vous ne possédez aucun
appareil pour transformer les matériaux de l’Enfer en perles, en or ou en pierres précieuses.

Voilà le mystère du mal et de l’Enfer. C’est seulement quand on arrive jusqu’au sommet qu’on peut comprendre le sens du mal. Jusque- là, le mal est indéchiffrable, incompréhensible, insoluble. On ne peut résoudre le problème du mal par le raisonnement, par des études, des lectures ; le problème du mal est bien au-dessus de l’entendement humain. En réalité, le mal n’existe pas. Le mal est mal seulement pour les faibles. Pour ceux qui ne sont pas préparés, qui ne savent pas s’en servir, le mal existe, c’est une réalité très puissante. Mais pour les fils de Dieu, pour les grands Maîtres, le mal, dont la religion chrétienne a tellement parlé sans le comprendre, est une matière précieuse, riche, qu’ils exploitent et dont ils se servent pour leur travail.

Lorsque j’étais en Inde, j’ai rencontré certains yogis qu’on appelle des siddhas. Ce sont des êtres pour qui rien n’est sale ni impur; ils se nourrissent de déchets, de tripes d’animaux, d’excréments, de n’importe quoi, parce qu’ils ont la volonté de tout transformer pour obtenir des pouvoirs magiques formidables ; ils les obtiennent vraiment, j’ai pu le vérifier. Seulement, à mon avis, il n’est pas nécessaire d’utiliser des méthodes aussi bizarres et inesthétiques.

Donc, en ce qui concerne les techniques tantriques, je ne suis pas tellement d’accord avec elles, surtout si elles doivent être pratiquées par des Occidentaux. Pour sublimer la force sexuelle l’Enseignement de la Fraternité Blanche Universelle donne d’autres méthodes, et quand vous les connaîtrez, vous verrez que cet Enseignement dépasse de très loin toutes les traditions chrétiennes de pureté et de chasteté soi-disant, qui finissent par faire de l’homme une sorte d’eunuque, comme il dépasse aussi ces doctrines qui, sous prétexte de tantrisme, entraînent les gens dans toutes sortes d’excès sexuels. Au siècle dernier, il y a eu en Angleterre un occultiste, Aleister Crowley, qui, voulant faire des expériences semblables à celles des Tibétains, s’est enfoncé dans la magie noire et a fini par rendre folles certaines femmes avec lesquelles il faisait ses expériences. Il avait des pouvoirs, bien sûr, mais à quel prix il les a obtenus !


C’est pourquoi je ne vous conseille pas de vous aventurer dans ces expériences, car vous y laisserez des plumes. Pour pratiquer le tantrisme, il faut être très exercé, très maître de soi, et même alors c’est extrêmement risqué. Si vous êtes vraiment décidés à sublimer la force sexuelle, la meilleure solution est de garder certaines distances et de ne prendre de l’amour que des doses homéopathiques, c’est-à-dire arriver, dans vos relations avec les hommes et les femmes, à vous contenter d’un regard, d’un sourire, de quelques paroles, d’une poignée de mains. Si vous désirez raccourcir la distance, vous rapprocher, vous fusionner, c’est beaucoup plus difficile : une fois plongés dans le feu, vous ne pourrez plus vous contrôler, vous ne serez plus maîtres de vos énergies, et inutile à ce moment-là de parler de tantrisme !