Merci de votre visite

lundi 8 décembre 2014

LES HIÉRARCHIES ANGÉLIQUES


Les anges de Kéther sont les Séraphins, en hébreu Hayoth haKodesch, que l'on traduit par Animaux de sainteté. Hayoth est le pluriel du mot haya qui signifie vie.

Au début du Livre d'Ezéchiel, dans la Bible, on lit une description des quatre Animaux saints, et de façon analogue saint Jean écrit dans l'Apocalypse: « Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel et sur ce trône quelqu'un était assis... Au milieu du trône et autour du trône il y a quatre êtres vivants remplis d'yeux devant et derrière. Le premier être vivant est semblable à un lion, le second être vivant est semblable à un taureau, le troisième être vivant a la face d'un homme et le quatrième être vivant est semblable à un aigle qui vole. Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes et ils sont remplis d'yeux tout autour et au-dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit: Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient! »

Les quatre êtres vivants qui se tiennent devant le trône de Dieu représentent les quatre principes de la matière, les quatre éléments: le lion (le feu), le taureau (la terre), l'homme (l'air) et l'aigle (l'eau)

. Les racines de la matière sont donc en Dieu, dans la séphira Kéther, et les Séraphins sont les anges des quatre éléments. Mais à ce degré de pureté, la matière est presque de la même substance que l'esprit.

Les Séraphins sont les premières créatures qui reçoivent les émanations divines, ils sont plongés dans l'océan de la matière primordiale encore en pleine ébullition et ils boivent à la Source de la lumière, à la Source de l'amour qui est leur unique nourriture. Ils se nourrissent en contemplant le Seigneur, c'est pourquoi ils sont représentés avec des yeux sur tout le corps. Les Séraphins sont la plus parfaite manifestation de l'amour, car l'amour véritable est une contemplation.  En réalité, dans l'Arbre de Vie il existe d'autres expressions de l'amour: Hessed (Jupiter) représente l'amour pour la collectivité, Netsah (Vénus) l'amour pour une créature. Mais l'amour pour Dieu, le seul amour véritable, ne peut se manifester que dans Kéther, et c'est l'amour des Séraphins.

Devant le trône de Dieu les Séraphins ne cessent de répéter: « Saint, saint, saint est le Seigneur. » Ce qui signifie que le mot « saint » est celui qui caractérise le mieux l'essence de la Divinité. Mais il a été si souvent employé pour désigner seulement des hommes ou des femmes qui manifestent quelques vertus de patience, de bonté, de miséricorde, qu'on a perdu son sens véritable. Pour comprendre ce qu'est la sainteté, c'est vers les langues slaves qu'il faut se tourner. En bulgare, par exemple, les mots « svet » (saint) et « svetost » (sainteté) ont la même racine que le mot lumière: « svétlina ». La sainteté est donc une qualité de la lumière. Dans ce sens on peut dire que seul Dieu est véritablement saint parce qu'il est pure lumière. C'est ce que répètent les Séraphins, et c'est pourquoi la sainteté est aussi inscrite dans leur nom: Hayoth haKodesch: Animaux de sainteté.

Le chef de l'ordre angélique des Séraphins est Métatron, le Prince de la Face. Il est le seul à voir Dieu face à face, et c'est lui qui a parlé à Moïse sur le Mont Sinaï. Aucun être humain, si élevé soit-il, ne peut entrer directement en contact avec Dieu, car Dieu est un feu dévorant qui le réduirait immédiatement en cendres. Il faut toujours un intermédiaire qui parle à l'homme de la part du Seigneur. Même s'il est dit dans la Bible que Dieu s'est adressé à Abraham, à Jacob, à Moïse ou à tel prophète, en réalité ce n'est pas Lui en personne, mais un messager; ce qui est justement la signification du mot « ange »: messager, envoyé.

Les anges de Hohmah sont les Chérubins, en hébreu Ophanim, c'est-à-dire les roues. Le prophète Ezéchiel dans son livre décrit la vision qu'il a eue de roues « d'une circonférence et d'une hauteur effrayantes », cheminant près des Animaux saints: « Quand les Animaux s'élevaient de terre, les roues s'élevaient aussi. Ils allaient où l'Esprit les poussait à aller; et les roues s'élevaient avec eux, car l'esprit des Animaux était dans les roues. Quand ils marchaient, elles marchaient; quand ils s'arrêtaient, elles s’arrêtaient; quand ils s’élevaient de terre, les roues s'élevaient avec eux, car l'esprit des Animaux était dans les roues. » Les Animaux saints obéissent aux ordres de l'Esprit et communiquent une impulsion aux roues.

Le symbolisme de la roue (cercle parfait en mouvement) nous révèle la fonction des Chérubins: en se mouvant, ils brassent la matière originelle symbolisée par les Animaux saints, ils élaborent cette matière afin de la faire servir aux desseins de Dieu. C'est pourquoi on dit que le monde des Ophanim est celui de la musique des sphères (on retrouve là l'idée de cercle, de roue). Mais par musique, il ne faut pas uniquement comprendre ces arrangements de sonorités créés par des humains et que peuvent percevoir nos oreilles. L'expression « musique des sphères » traduit avant tout l'harmonie qui existe entre tous les éléments de l'univers, un ajustement, un agencement fondé sur des rapports de nombres.

L'harmonie est d'abord une structure, et c'est en descendant dans la matière que cette  structure devient créatrice de formes. En ce sens l'harmonie est l'expression de la raison, de la sagesse, et c'est pourquoi elle est aussi assimilée au Verbe. Il n'y a pas d'harmonie, il n'y a pas de musique en dehors de la raison et de la sagesse. Le Verbe divin, la musique et la sagesse ne sont qu'une seule et même chose.

Malheureusement, on est obligé de constater que parmi tous ceux qui créent la musique ou qui l'interprètent, très peu sont capables de mener une vie musicale. La musique, la véritable musique n'est pas celle que l'on exécute avec des instruments ou en chantant, mais celle qu'on exprime par les pensées, les sentiments et les gestes harmonieux dans toutes les circonstances de la vie. C'est cela, la musique de Hohmah.

A la tête de l'ordre des Ophanim se tient l'archange Raziel. Selon la tradition, c'est lui qui donna à Adam un livre, le Sépher Iétsirah, qui lui révélait les secrets de la création. Mais quand Adam commit la première faute, ce livre lui fut retiré.
Les anges de Binait sont les Trônes, en hébreu Aralim: les lions. Dans le texte de l'Apocalypse, saint Jean associe la présence des Trônes à celle des Animaux saints, les Séraphins: « Autour du trône je vis vingt-quatre trônes et sur ces trônes, vingt- quatre Vieillards assis, revêtus de vêtements blancs, et sur leur tête des couronnes d'or. » -  Dans un autre passage, les vingt-quatre Vieillards s'adressent ainsi au Seigneur: « Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu tout-puissant qui es et qui étais, de ce que tu as saisi ta grande Puissance et pris possession de ton règne. Les nations se sont irritées; et ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre. »

En donnant le nom de Trônes aux anges de Binah, la religion chrétienne insiste sur la notion de stabilité, alors que leur nom hébraïque Aralim: lions, introduit une notion de jugement. Symboliquement, en effet, le lion est lié à la justice et le « Lion de la tribu de Juda » est une figure de Juge suprême. Les vingt-quatre Vieillards sont les Seigneurs des destinées; rien ne leur échappe des pensées, des sentiments et des actes des humains, et c'est eux qui décident des punitions, des récompenses et des conditions dans lesquelles ils devront venir se  réincarner.

Et tandis que les Séraphins chantent la sainteté de Dieu, les vingt-quatre Vieillards L'adorent en se prosternant: « Ils jettent leur couronne devant le trône en disant: Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance, car Tu as créé toutes choses et c'est par Ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées. » De même que la fonction des Séraphins est de célébrer la sainteté de Dieu, de même celle des vingt-quatre Vieillards est de reconnaître la perfection de Sa volonté. A Dieu aussi ils rendent justice en proclamant qu'il est le seul digne.

A la tête des Aralim se tient l'archange Tsaphkiel. Parce qu'elles appartiennent à la triade la plus élevée, Kéther, Hohmah et Binah, les trois premiers ordres angéliques sont les plus souvent mentionnés dans les livres sacrés. Les ordres angéliques de la deuxième triade: Hessed, Gébourah et Tiphéreth, sont: - les Dominations: les Haschmalim (étincelants), - les Puissances: les Séraphim (enflammés), - les Vertus: les Malahim (rois).
 Ces trois ordres ont pour point commun d'exprimer la puissance, et on identifie leur action aux qualités des séphiroth où elles résident. Les Dominations, les anges de Hessed (la miséricorde) répandent partout leurs bénédictions sous la direction de Tsadkiel dont le nom signifie « Dieu est ma justice ». Les Puissances, les anges de Gébourah (la force), enflammés de zèle pour le Créateur, vont, conduits par Kamaël, « désir de Dieu », rétablir l'ordre partout où il est menacé. Leur travail est comparable à celui qu'effectue l'organisme pour se débarrasser de tous les déchets. Les Vertus, les anges de Tiphéreth (la beauté), ont à leur tête l'archange Mikhaël. Ce sont les Malahim qui sont mentionnés dans l'Apocalypse: « Il y eut une guerre dans le ciel. Mikhaël et ses anges combattirent contre le dragon. »

Les hiérarchies angéliques de la troisième triade Netsah, Hod, Iésod, sont:
- les Principautés: les Elohim (les dieux)
- les Archanges: les Bneï Elohim (les fils des dieux)
- les Anges: les Kéroubim (les forts).

Les Elohim, sous la conduite de l'archange Haniel « grâce de Dieu », représentent les entités qui ont créé le monde, ainsi qu'il est dit dans la Genèse: « Béreschit (au commencement) bara (ont créé) Elohim (les dieux) ethha-schamaïm (le ciel) ve-eth ha-aretz (et la terre). » Le plan a été donné en haut dans la séphira Hohmah par le grand Architecte de l'univers, et les Elohim sont les ouvriers qui ont construit l'édifice. Le travail de l'architecte consiste uniquement à faire des plans; la réalisation est confiée aux entrepreneurs, aux maçons.

Les entrepreneurs de l'univers ont été les Elohim. Les Bneï Elohim, les anges porteurs de feu, ont à leur tête l'archange Raphaël dont le nom signifie « Dieu guérisseur ».

Les Kéroubim sont les porteurs de la vie pure. Ils sont les plus proches des hommes et sont donc plus souvent en contact avec eux que les autres ordres angéliques. A leur tête est l'archange Gabriel: « Dieu est ma force ». Enfin, bien qu'à proprement parler ils ne fassent pas partie des hiérarchies angéliques, dans la dixième séphira, Malhouth, les kabbalistes placent l'ordre des Ischim. Ce sont les saints, les prophètes, les Initiés, les grands Maîtres de  toutes les religions, tous ceux qui par leur vie et leurs paroles ont entraîné les humains dans la voie de la lumière. Ils représentent la fraternité des grandes âmes que les chrétiens appellent la Communion des saints. Ces êtres qui sont descendus sur la terre pour instruire et aider les humains, c'est vers eux que nous devons d'abord tourner nos regards, parce que c'est grâce à eux, à leur enseignement, à leur désir de nous aider et de travailler à notre évolution que nous pourrons nous élever sur l'échelle des créatures. A leur tête la Kabbale place Sandalfon, ou bien Ouriel.

Les Séraphins, les Chérubins et les Trônes sont en contact direct avec Dieu. C'est à travers eux que les Dominations, les Puissances et les Vertus reçoivent les émanations divines qu'elles transmettent aux hommes et encore plus bas, aux animaux, aux plantes et aux minéraux.

Les Séraphins sont les esprits de l'Amour divin. Les Chérubins sont les esprits de la Sagesse divine. Les Trônes sont les esprits de la Puissance divine. Les Dominations, les Puissances, les Vertus sont un premier reflet de cet amour, de cette sagesse et de cette puissance. Au-dessous, les Principautés, les Archanges et les Anges en sont un deuxième reflet. Et c'est à nous maintenant de faire des efforts pour devenir le troisième reflet de cette perfection divine en apprenant à travailler avec tout l'amour de notre cœur, avec toute la lumière de notre intellect et avec toute la force de notre volonté.


Omraam à retrouver sur La Vie Devant Soi