Merci de votre visite

jeudi 15 octobre 2015

Addition, soustraction, multiplication, division




Considérons l’être humain tout au long de son existence. Enfant, il est poussé à tout toucher, tout ramasser et porter à sa bouche, même ce qui peut lui faire du mal, car l’enfance est l’âge du cœur qui effectue la première opération arithmétique, l’addition. Arrivé à l’adolescence, son intellect commençant à se manifester, il se met à rejeter tout ce qui lui est désagréable, inutile ou nuisible ; il soustrait. Adulte, il se lance dans la multiplication : sa vie se peuple d’hommes, de femmes, d’enfants, de succursales, d’acquisitions de toutes sortes… Enfin, arrivé à la vieillesse, il pense qu’il va bientôt quitter la terre, il écrit son testament pour répartir ses biens entre ses héritiers ; Il divise.

Ainsi, l’être humain commence par accumuler, puis il rejette beaucoup de choses. Mais ce qui est bon, il doit le  planter pour le multiplier. Et que doit-il planter ? Ses bonnes pensées et ses bons sentiments, par exemple. Oui, voilà la véritable multiplication. Et ce qu’il récolte, il peut le diviser, le répartir ; il fait la distribution des fruits ramassés.

Pour que les activités de la vie spirituelle soient réellement bénéfiques, il faut chaque fois leur donner une orientation précise. Celui qui veut envoyer une lettre, doit écrire une adresse sur l’enveloppe afin qu’elle arrive à son destinataire ; su moment où il a écrit l’adresse, même s’il perd cette lettre dans la rue, celui qui la trouvera pourra la glisser dans une boîte. De la même façon, les courants d’énergies que nous émettons dans nos pratiques  spirituelles, nous devons leur donner une adresse, afin qu’ils se dirigent vers un but précis. Sinon, que se passe-t-il ? Ces énergies s’éparpillent et vont se perdre dans l’immensité des réservoirs cosmiques ; leurs effets ne seront donc pas aussi puissants qu’ils pourraient l’être. Pour obtenir les meilleurs résultats, il n’y a qu’un moyen : donner à nos énergies psychiques une adresse déterminée.