Merci de votre visite

lundi 30 novembre 2015

L’esprit n’a pas besoin d’évoluer




Au contraire, son rôle est d’involuer, c’est-à-dire de descendre pour animer la matière.

Dans la région sublime qui est la sienne, il est parfait. C’est une question qui doit être très claire pour le disciple: l’esprit a toutes les possibilités en haut, mais il est impuissant dans le plan matériel tant que les organes du corps physique ne sont pas prêts à assurer sa manifestation. Il est très important de comprendre cela, car les humains sont influencés tantôt par la philosophie matérialiste, tantôt par une conception erronée de la spiritualité, et ils ne parviennent pas à ajuster les deux.

Sous des formes diverses les alchimistes exprimaient toujours la même idée: ils disaient de travailler sur la matière pour la rendre subtile et la transmuter en or pur, symbole de la perfection. Ce n’est donc pas tellement de l’âme et de l’esprit qu’il faut s’occuper, mais des instruments physiques par l’intermédiaire desquels ils se manifestent, et un de ces instruments privilégiés est évidemment le cerveau.

Quand vous rencontrez un être débile, ce n’est pas son esprit qui est débile – son esprit est peut-être celui d’un grand sage – mais c’est l’instrument grâce auquel il doit se manifester, son cerveau, qui est détraqué. Donnez au plus grand violoniste un violon aux cordes distendues, il ne pourra pas jouer.

L’esprit est aussi un virtuose qui a besoin, pour jouer, d’un bon instrument. On demande trop à l’esprit: on lui donne un corps délabré et on s’attend à ce qu’il fasse des merveilles. Eh non, il ne peut pas ; c’est comme une étincelle qu’on voudrait faire jaillir d’une allumette humide, on ne peut pas. Ce qui empêche les humains de recevoir des révélations du Ciel, c’est qu’ils n’arrivent pas à se dégager de leurs soucis matériels, et ils sont emprisonnés, étouffés. Ils ne pensent même pas à consacrer une minute pour se lier au monde divin, au soleil, car ils ont pour unique préoccupation de savoir comment ils vont régler ceci, arranger cela…

 Je ne dis pas qu’il faut abandonner ses affaires, mais il est important de déposer un moment ses préoccupations quelque part, comme on dépose un fardeau. Regardez par exemple un porteur qui transporte des fardeaux au cours d’une expédition en haute montagne : de temps en temps il les dépose, il respire un peu, s’assied, grignote quelque chose, boit, puis il reprend son chargement et poursuit l’ascension.

Est-ce que vous ne pouvez pas en faire autant ? Pensez de temps en temps à laisser vos soucis quelque part, une heure ou deux ; je vous assure, personne ne viendra vous les prendre ! Il n’y a pas beaucoup de candidats pour prendre les soucis des autres. Alors, déposez-les en toute confiance – en repartant vous les retrouverez exactement où vous les avez laissés – et mettez-vous en contact avec le Ciel.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

LE TRAVAIL SPIRITUEL AVEC LA LUMIERE




Combien de personnes voudraient avoir la révélation du monde divin, se sentir inspirées, vivre dans des extases ! Mais elles s’imaginent que ce doit être extrêmement difficile d’y parvenir. En réalité, c’est très simple, si simple que si on leur dit comment c’est possible, elles ne le croiront pas : elles ne feront donc rien pour y arriver et elles ne connaîtront jamais les splendeurs du monde divin.

Dieu n’est pas la lumière, mais puisque la lumière est la première émanation divine, elle contient toutes les qualités, toutes les vertus de Dieu, et on ne peut connaître Dieu qu’à travers la lumière.  Donc, voici l’exercice que vous pouvez faire : chaque jour, plusieurs fois par jour, dès que vous avez quelques minutes, pensez à vous concentrer sur la lumière, à vous reposer sur la lumière, à vous fondre dans la lumière, à vous imprégner d’elle… imaginez que l’univers entier baigne dans cette lumière. Vous sentirez peu à peu que tout se rétablit en vous, que cette lumière vous apporte la vraie science, la paix durable, l’équilibre, la puissance.

 Au lieu de perdre votre temps dans toutes sortes d’activités inutiles, pensez à la lumière qui éclaire, qui vivifie, qui apaise. Vous ne pourrez jamais trouver le sens de la vie en dehors de la lumière. Prenons un exemple très simple de la vie quotidienne : lorsque vous vous réveillez pendant la nuit et que vous voulez vous lever, la première chose que vous faites, c’est d’allumer une lampe. Au moment où vous y voyez clair, vous pouvez faire ce que vous voulez, tandis que dans l’obscurité vous pouvez faire tomber des objets, vous blesser, etc.

Oui, mais la majorité des humains n’ont pas compris cet enseignement de la lumière, ils font tout dans les ténèbres, symboliquement parlant, ils ne savent pas où ils en sont et c’est pourquoi ils se cassent la tête. Il faut chercher la lumière, se concentrer sur elle, la boire, la manger, la placer au-dessus de tous les trésors de la terre. Dès que vous avez un instant de libre, fermez les yeux et concentrez-vous sur cette image de la lumière qui pénètre tout et apporte toutes les bénédictions. Vous devez attendre chez le dentiste ou dans une gare ?…

 eh bien, au lieu de feuilleter des magazines bourrés de choses inutiles ou stupides, pensez quelques minutes à la lumière. Quand vous marchez dans la rue, il peut arriver que des pensées ou des sentiments négatifs vous assaillent.

Évidemment, là, vous ne pouvez pas vous arrêter et fermer les yeux (sinon au bout d’un moment il y aura toute une foule autour de vous, certains apporteront leurs chaises pour s’asseoir et vous contempler ; même la circulation sera arrêtée !) Mais rien ne vous empêche alors de rester un moment devant une vitrine comme pour la regarder (évidemment, pas une vitrine où d’autres personnes peuvent vous voir de l’autre côté) et là, vous vous concentrez quelques secondes en essayant d’introduire la lumière en vous.

 Quand vous repartez, vous vous sentez allégé, purifié. Voilà des méthodes que la majorité des humains ne connaissent pas; ils marcheront une heure, deux heures avec des embêtements à mourir, mais ils continueront à traîner cet état toute la journée. Ils n’auront même pas l’idée de s’arrêter dans un parc pour essayer de changer leur état d’esprit au contact des arbres, des fleurs, des fontaines… Ils iront plutôt dans un bistrot où ils boiront quelque chose en regardant les passants comme les vaches qui regardent passer les trains, puis ils repartiront – toujours avec leurs embêtements – et quand ils rentreront chez eux, ils transmettront ça à leur femme qui les attend: «Chérie, comment vas-tu?» Et hop, un doux baiser par lequel ils vont lui communiquer tous leurs miasmes intérieurs. Et ensuite la femme les communiquera aux enfants… C’est ainsi que les humains vivent inconsciemment, stupidement.

Cet exercice que je viens de vous donner est valable dans toutes les circonstances de la vie : que vous fassiez la cuisine, que vous écriviez des lettres, que vous vous laviez, que vous vous habilliez ou vous déshabilliez, vous pouvez pendant quelques secondes imaginer cette lumière dans laquelle baigne l’univers entier. Certains clairvoyants l’ont vue ; ils ont vu que toutes les créatures, tous les objets, même les pierres, baignent dans la lumière et émanent la lumière. Cette lumière, on l’a appelée tout d’abord la lumière astrale, parce qu’elle est comparable à la lumière des étoiles.
Mais au-dessus de cette lumière il en existe encore une autre, plus subtile. Quand vous méditez ou que vous êtes dans un état très spirituel, vous avez pu sentir parfois que tout en vous devient lumineux comme si un soleil vous éclairait de l’intérieur, comme si des lampes s’étaient allumées, et vous sentez même que cette lumière sort à travers votre visage.

Dès que vous vous élevez vers les degrés supérieurs de la bonté, de la générosité, de la douceur, de la pureté, la lumière se fait en vous, vous la voyez, tout s’éclaircit. Tandis que si vous vous laissez aller à des sentiments de jalousie, d’égoïsme, de cupidité, il n’est même pas nécessaire que vous vous regardiez dans une glace pour vous en rendre compte: vous sentez physiquement l’obscurité sur votre visage.

Maintenant, bien sûr, il ne faut pas généraliser. Quand vous voyez une ombre sur le visage de quelqu’un, vous ne devez pas vous imaginer qu’il est obligatoirement animé par de mauvais sentiments ou de mauvaises intentions. Non, si vous n’avez pas d’autres connaissances pour juger, vous pouvez vous tromper : il se peut qu’il y ait quelqu’un d’autre là qui soit en train de faire une ombre sur le visage de cette personne ; ce n’est pas elle qui est dans l’obscurité, mais il y a un nuage qui passe, ou un objet qui projette son ombre.

Et quelquefois, si son visage brille, cela peut être aussi quelqu’un d’autre qui joue avec des miroirs, et ces miroirs projettent un éclat sur son visage. Ce n’est pas la personne elle-même qui a su créer cette lumière: une entité est venue pour un moment comme ça jouer sur elle, et lorsqu’elle s’en va, la lumière disparaît aussi.

 Pour pouvoir se prononcer sur le visage de quelqu’un, il faut être capable de voir au-delà des apparences. Mais tout de même, prenez comme critère que d’après vos pensées, vos sentiments, vos désirs, vos projets, vos intentions, la lumière en vous varie.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

samedi 28 novembre 2015

QUE SONT LES TENEBRES ?



Si vous connaissez le langage symbolique, vous comprendrez que les ténèbres ne sont rien d’autre que les souffrances, les faiblesses, les maladies, et c’est donc la lumière seule qui peut efficacement lutter contre elles. Inutile de chercher ailleurs les remèdes à vos difficultés.

Bien sûr, dans le plan physique, pour entrer dans un souterrain, dans une grotte, dans une cave, tous savent allumer des lampes; mais quand il s’agit de la vie intérieure, ils ne pensent pas à utiliser la lumière. D’ailleurs, allons plus loin : la lumière qui permet de voir permet aussi d’être vu.

Le monde représente un océan obscur, et sur cet océan vous êtes pareils à des vaisseaux égarés ; pour que les esprits très élevés qui veulent vous sauver puissent vous trouver, vous devez lancer des signaux lumineux. Car si vous êtes ténèbres dans les ténèbres, comment les esprits vous apercevront-ils?

Jésus a dit : « Priez », c’est-à-dire envoyez des courants puissants, et nulle autre puissance aux yeux du Ciel ne dépasse celle de la lumière. Le Ciel n’aime pas s’occuper de ce qui est éteint, et celui qui veut que le Ciel jette un regard vers lui doit allumer toutes ses lampes.

Vous souhaitez que le monde divin réponde à toutes les questions qui vous tourmentent ? En même temps que ces questions envoyez en haut des signaux lumineux, et il vous répondra. Si vous posez des questions d’une autre manière, sachez que vous ne recevrez pas de réponse, car le Ciel ne cède à aucune pression, excepté à celle de la lumière.

Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/


LA LUMIERE QUI PERMET DE VOIR ET D’ETRE VU


La lumière a pour propriété essentielle de faire voir : en éclairant notre chemin elle fait apparaître les dangers, mais aussi les bénédictions. Elle nous révèle donc la réalité. Chaque chose a des propriétés bien déterminées, mais seule la lumière a la propriété de nous éclairer, de nous montrer le chemin.



Vous allumez votre lampe et vous vous apercevez qu’il y a là tout près un précipice: «Eh bien, dites-vous, deux pas de plus et c’en était fini de moi!» Chaque chose a ses qualités propres. La lumière, bien sûr, ne vous nourrira pas, elle ne vous donnera pas d’argent, mais elle vous montrera peut-être où est caché un trésor, et vous pourrez aller le déterrer et devenir très riche.

Tandis que sans la lumière, même si vous avez de l’argent, on vous le volera ; parce que celui qui n’est pas éclairé, il se trouve toujours des gens pour venir le dévaliser. Cela se vérifie dans le monde intérieur comme dans le monde extérieur. C’est d’ailleurs le sens des paroles de Jésus dans les Évangiles : « Amassez des trésors dans le ciel où les vers et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. »

Depuis deux mille ans cette parabole n’a jamais été interprétée correctement parce qu’on n’a pas compris que les voleurs, les vers et la rouille représentent les dangers qui menacent l’homme dans ses trois facultés essentielles: l’intellect, le cœur et la volonté.

Oui, les voleurs qui profitent de ce qu’on ne les voit pas – et donc de l’obscurité – pour faire leurs mauvais coups, sont le symbole des dangers qui menacent l’intellect lorsqu’il a perdu la lumière. Dès l’instant où l’homme perd la lumière, les voleurs, c’est-à-dire des idées bizarres, des doutes, des inquiétudes s’introduisent en lui et le laissent appauvri, faible, ou parfois même le conduisent à la folie.

Que de gens sont dans des asiles psychiatriques parce qu’ils ont éteint la lumière dans leur tête ! À cause de l’obscurité les voleurs sont venus et ont tout emporté. Donc, si vous voulez vous protéger des voleurs, allumez la lumière.
Pourquoi croyez-vous qu’on laisse les vitrines des magasins éclairées pendant la nuit ? Parce que la lumière protège. J’ai eu un jour l’occasion d’avoir une conversation avec des inspecteurs de police, et je leur ai dit : « Vous croyez pouvoir combattre la criminalité en augmentant le nombre des policiers, des gendarmes, en améliorant vos méthodes de surveillance et de recherches ?

Eh bien, vous vous trompez, parce que les moyens extérieurs sont incapables d’agir efficacement dans ce domaine. Le seul moyen efficace, c’est la lumière ». Ils me regardaient stupéfaits : « La lumière ?… Et comment ? – Eh bien, réfléchissez : si les criminels peuvent se permettre de transgresser les lois et de préparer tranquillement toutes sortes de vols, de hold-up, d’enlèvements, d’assassinats, c’est parce qu’ils savent que dans la majorité des cas, les gens ne se doutent pas de leurs projets, qu’ils n’ont aucune intuition susceptible de les avertir et de leur faire prendre des précautions.

Mais imaginez que les gens possèdent une lumière intérieure qui leur permette de détecter par avance, et de très loin, ce que quelqu’un prépare contre eux : ils prendront des précautions et le malfaiteur ne pourra pas réussir. Le seul moyen d’anéantir la criminalité est donc la lumière. C’est pourquoi il faut apprendre aux humains à développer leur lumière intérieure. Cela prendra beaucoup de temps, mais c’est le seul moyen qui soit sûr.» Bien sûr, ces inspecteurs me regardaient sidérés, ils n’avaient jamais pensé à une chose pareille.

Tant que les humains n’ont pas développé en eux le seul moyen qui permette de voir et de prévoir : la lumière, ils seront toujours pris au dépourvu à un moment ou à un autre par des gens qui sont, eux, continuellement concentrés sur les mauvais coups qu’ils préparent. Même les moyens techniques les plus perfectionnés ne peuvent pas assurer une protection suffisante contre les malfaiteurs, parce qu’eux aussi s’en servent. Regardez tous ces cambriolages dans les banques !

 Malgré les coffres blindés, les systèmes d’alarme électroniques, etc., les cambrioleurs arrivent à leurs fins parce qu’ils ont eux aussi des moyens : les améliorations techniques qui servent à la police servent aussi aux malfaiteurs.

On ne parviendra à anéantir la criminalité que le jour où on se décidera à utiliser la lumière. Si nous avons la possibilité de voir, c’est parce que les rayons de lumière qui tombent sur les objets, nous les rendent visibles. Sans la lumière on ne voit rien, ce qui prouve que s’il existe un monde invisible pour nous, c’est seulement parce que nous ne sommes pas capables de projeter des rayons sur les objets et les entités qui le peuplent. Et si au contraire les Initiés sont capables de voir tellement de choses que les autres ne voient pas, c’est qu’ils savent, eux, projeter ces rayons.

 Voilà des vérités que l’on ignore, et d’ailleurs, qui voudrait s’occuper d’apprendre aux humains comment ils peuvent projeter des rayons lumineux à travers leur cœur, leur intellect, leur âme, leur esprit ? C’est tellement plus intéressant de leur apprendre à se débrouiller dans la société, à gagner de l’argent, à s’emparer d’une place ! Mais ils ont beau se débrouiller jour et nuit, ils sont encore plus malheureux et malades. C’est pourquoi ils doivent se décider à travailler sur la lumière et avec la lumière, afin d’apprendre à projeter cette lumière qui seule nous permet de voir.

Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/


mercredi 25 novembre 2015

Personne ne naît parfait


Eh non, vous ne trouverez aucune créature qui soit venue parfait sur la terre. Qu’il la montre ou la cache, chacun a une faiblesse, et même plusieurs. Même les grands Initiés ont au moins une faiblesse : c’est tantôt la peur, tantôt l’orgueil, ou l’avarice, ou la sensualité. Mais la supériorité d’un Initié vient de ce que, d’abord, il est conscient de sa faiblesse, et ensuite qu’il emploi tous les moyens pour en triompher.
Quelle que soit l’élévation de son esprit, dans la mesure où un être vient s’incarner sur la terre, ses parents lui transmettent en héritable une matière plus ou moins défectueuse qu’il doit transformer, ce qu’il arrive à faire grâce à ses autres qualités et vertus.



Et quand il y a réussi, il devient encore plus grand, parce qu’il est parvenu à transformer une matière brute en une matière élaborée dont il peut se servir pour son travail. C’est donc chez les Initiés que l’on découvre véritablement la puissance de l’esprit car ils arrivent à tout maîtriser, alors que la majorité des humains traînent pendant leur vie entière des défauts qu’ils ne peuvent pas vaincre.

Maintenant, bien sûr, il faut savoir qu’un Initié vient sur la terre en apportant avec lui les qualités sur lesquelles il a travaillé dans les précédentes incarnations ; grâce à elles, il s’écarte instinctivement du mauvais chemin et se dirige au contraire vers des activités constructives, lumineuses. Même s’il ne se souvient de rien, il est poussé, à son insu, à marcher dans la même direction que par le passé. Pour ma part je n’ai eu pendant longtemps aucun souvenir de mes incarnations, mais je suis venu dans cette vie avec des empreintes qui me poussaient dans une direction déterminée.

Je sais bien que certains d’entre vous seront étonnés, choqués, d’entendre que même un grand Maître ne vient pas parfait sur cette terre. Et que les chrétiens me pardonnent si je dis que Jésus lui-même n’est pas né parfait : lui aussi a dû s’instruire et faire un grand travail de purification avant de recevoir le Saint Esprit à l’âge de trente ans. Malheureusement les Evangiles ne disent pas ce qu’il a fait pendant cette période, entre douze et trente ans.

Tout être qui vient au monde reçoit obligatoirement pour former son corps des particules usées, ternies, qu’il doit purifier, ordonner et harmoniser. Il faut comprendre ce qu’est cette matière qui a traversé les siècles en passant de génération en génération. Comment pourrait-elle arriver intacte et pure ? Même un Initié naissant de parents exceptionnels doit réaliser un travail sur son corps physique jusqu’à ce qu’il devienne l’instrument parfait de son esprit. Cet Initié est peut être prédestiné à apporter une religion nouvelle, amis lui aussi aura à dégager son esprit de l’emprise de la matière et à transformer cette matière, à la spiritualiser, à la sublimer, et le Ciel mesurera sa grandeur d’après le temps qu’il aura mis pour y parvenir.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

Qui a le droit d’utiliser certaines tâches spirituelles


Le malheur pour les humains, c’est leur manque de discernement : s’ils rencontrent un véritable Maître désintéressé, ils se méfieront, tandis que le premier venu qui leur jettera de la poudre aux yeux en se présentant comme un Maître, ils le suivront. En réalité un véritable Maître ne vous dira jamais qu’il est un Maître, jamais ; il vous laissera le sentir et le comprendre, il n’est pas pressé d’être reconnu. Au contraire, un faux Maître, dès le moment où il a décrété qu’il était un Maître, il n’a plus qu’une idée ; s’imposer aux autres.



Je viens de recevoir une lettre d’un homme qui s’est cru capable de devenir un guide spirituel ; il m’écrit pour me raconter ses difficultés et ses angoisses. Evidemment, il fallait s’y attendre. Pourquoi devrait-il se mettre à tromper les gens en prétendant les guider, alors qu’il n’est pas lui-même au point ? De qui a-t-il reçu l’ordre d’assumer cette tâche ? Mais voilà les humains ; ils se croient capables de guider les autres avant d’avoir acquis les vertus nécessaires : la sagesse, l’amour, la pureté, la force, le désintéressement. Eh non, tant qu’on n’ a pas reçu l’ordre d’un être supérieur pour assumer cette tâche écrasante de guider les humains, il est très dangereux de vouloir jouer ce rôle.

Moi, je voudrais bien aider cet homme-là, parce que je vois qu’il est très malheureux et qu’il ne sait même pas pourquoi. Il s’est imaginé qu’il suffisait de lire quelques bouquins de sciences occultes, et il est allé évoquer les forces formidables du monde invisible pour les utiliser sans avoir jamais appris à entrer préalablement en harmonie avec elles. Eh bien, ces forces se vengent, elles disent : "Pourquoi cherchez-vous à nous asservir pour satisfaire vos caprices ? Vous êtes fiable, ignorant, nous ne voulons pas nous soumettre, vous méritez une bonne leçon". Combien de soi-disant occultistes n’ont aucune véritable connaissance des lois du monde spirituel. Je vous le dis : ils ont lu quelques livres et, sans se préparer, ils veulent épater quelques disciples en faisant des prodiges devant eux. Eh non, ce n’est pas ainsi que l’on doit s’y prendre.

Pour assumer la tâche de guide spirituel, il faut avoir reçu un diplôme, car dans le monde spirituel aussi on reçoit des diplômes. Les diplômes qui existent dans le plan physique ont leur correspondance dans le plan spirituel à l’image duquel le plan physique été créé. Les esprits lumineux qui nous ont envoyés sur la terre nous observent, nous mesurent, et s’ils voient que nous avons fait des efforts, que nous avons réussi à nous maîtriser et à corriger certains de nos défauts, ils nous donnent le diplôme. Et où est ce diplôme ?

En tout cas, ce n’est pas un papier qui peut être effacé ou détruit. C’est comme un sceau qui s’imprime sur notre visage et sur tout notre corps, pour montrer que nous avons remporté des victoires sur nous-mêmes. Les humains ne le voient peut-être pas, mais tous les esprits de la nature, tous les esprits lumineux le voient de loin, et alors ils nous obéissent, ils nous aident.

Oui pour avoir le droit d’exécuter certaines tâches dans le plan spirituel, il faut obtenir aussi l’approbation de certains êtres, et ne croyez pas que ce soit si facile. Beaucoup trouvent longue set difficiles les études qu’il faut faire pour obtenir le titre d’instituteur ou de professeur. Mais ce n’est rien, rien à côté des conditions que doit remplir celui qui veut enseigner à des disciples les vérités de la Science initiatique.

Je suis toujours étonné de voir l’ignorance et la naïveté des gens devant cette question : n’importe qui ou presque se croit assez au point pour porter le titre de maître, et quand on se trouve devant un véritable Maître, on s’imagine qu’il est tombé du Ciel comme ça, déjà parfait, sans avoir fourni le moindre effort.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

dimanche 22 novembre 2015

Pourquoi tomber dans le diabolique




En réalité, c’est très facile, même pour vous ; il suffit de donner issue à votre nature inférieure. Si vous transgressez sans cesse les lois de la bonté, de la justice et de l’amour en essayant de réussir aux dépens des autres, de les évincer, de les détruire, vous ne pouvez pas faire autrement que de devenir un magicien noir. C’est simple, c’est clair.

Beaucoup s’imaginent que pour devenir un magicien noir, il faut avoir un maître diabolique qui enseigne l’art des envoûtements et des conjurations maléfiques. Ça peut arriver, mais pour se mettre au service du mal, on n’a pas absolument besoin d’un maître ; sans instructeur, sans recette, sans rien, on peut devenir un magicien noir si on se laisse trop guider par sa nature inférieure.

Et de même pour un homme qui ne pense qu’à aider et à éclairer les autres ; même s’il n’a pas de Maître pour l’instruire, il est en train de devenir un mage blanc.

En réalité chaque être humain a un Maître, si ce n’est pas un Maître visible, c’est un Maître invisible. Les criminels ont dans le monde invisible un maître qui ne cesse de leur conseiller de nuire aux autres. Et même s’ils disent : "Nous, un maître ! mais jamais de la vie" eh bien, il faut qu’ils sachent, ces aveugles-là, qu’ils ont un maître dont ils suivent jour et nuit les conseils pernicieux.

Evidemment, moi, quand je vous parle de maîtres, je sous-entends toujours le s véritables grands Maîtres spirituels, les mages blancs. Je sais bien qu’on donne ce titre de maître à beaucoup d’artisans pour montrer qu’ils excellent dans leur profession et aussi aux notaires, aux magistrats, aux artistes, etc. c’est une façon de voir les choses et je ne leur refuse pas ce titre. Mais vous devez savoir qu’un véritable Maître, au sens spirituel du terme, est un être qui, premièrement, connaît les vérités essentielles, non pas ce que les humains ont écrits, créés ou racontés, mais l’essentiel d’après l’Intelligence cosmique.

Deuxièmement, il doit avoir eu la volonté de tout dominer, maîtriser et contrôler en lui et y être parvenu. Enfin, cette science et cette domination qu’il a acquises ne doivent servir qu’à manifester toutes les qualités et les vertus de l’amour désintéressé.

C’est à son désintéressement que vous reconnaîtrez un véritable Maître. Chaque Maître vient sur la terre pour y manifester plus particulièrement une qualité ; il y a donc des maîtres de la sagesse, des Maîtres de l’amour, ou de la force, ou de la pureté…. Mais tous les vrais grands Maîtres ont obligatoirement cette qualité en commun ; le désintéressement.

Il existe tellement d’imposteurs et de charlatans prêts à profiter de la naïveté des humains. Ils ont juste lu quelques petits bouquins de science occultes qui ont souvent été écrits par des ignorants, et ça y est, ils vont se présenter partout comme de grands Maîtres. Ils ne portent sur eux aucun signe que le Ciel les a reconnus, c’est eux-mêmes qui se sont déclarés Maîtres, et ils croient que cela suffit. Quant aux autres, au lieu d’étudier un peu un être pareil pour voir comment il se comporte, ils le suivent les yeux fermés.

Il va les tromper, les dépouiller, les asservir, mais ils ne s’en rendront même pas compte. Eh bien, c’est magnifique, voilà au moins un être intelligent. C’est les autres qui sont bêtes. Pourquoi ne se demandent-ils pas d’où il vient, comment il a vécu, qui était son Maître, qui l’a envoyé ?... Ah non, non, inutile de se poser la question ; du moment qu’il leur promet de les initier en trois jours – moyennant quelques milliers d’Euros, bien sûr – ils le croient. Ils sont pressés, vous comprenez, l’initiation ne doit pas durer plus de trois jours.

Le monde est plein de gens comme ça, des fumistes, des escrocs, qui profitent de la crédulité et de la stupidité des autres. Mais eux, au moins, sont intelligents.

Je ne nie pas que ces gens-là aient quelques pouvoirs – n’importe qui, en s’exerçant, peut obtenir certains pouvoirs – mais la question est de savoir comment ils les emploient et dans quel but. C’est là-dessus que le Ciel se prononce. Le Ciel ne se préoccupe pas des moyens que vous possédez, mais de l’usage que vous en faites. Ce qui compte pour lui, ce n’est pas votre science, votre clairvoyance ou vos pouvoirs, mais votre désintéressent. Vous pouvez avoir la science, la clairvoyance et les pouvoirs, tant que vous n’êtes pas désintéressé, même si les humains vous reconnaissent comme Maître, le Ciel ne vous reconnaît pas.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

Comme savoir qu’on a trouvé un Maître


Pour un disciple, rencontrer son Maître, c’est trouver une mère qui accepte de le porter neuf mois dans son sein pour le faire naître au monde spirituel. Et une fois qu’il est né, c’est à dire éveillé, ses yeux découvrent la beauté de la création, ses oreilles entendent la parole divine, sa bouche goûte des nourritures célestes, ses pieds le portent dans les différents lieux de l’espace pour faire le bien, et ses mains apprennent à créer dans le monde subtil de l’âme.



Très peu de gens savent ce qu’est réellement un Maître. Certains ont lu des livres qui racontent des histoires invraisemblables ; un Maître est parfait, omniscient, tout-puissant… Il n’a besoin ni de manger, ni de boire, ni de dormir… Il est à l’abri de toutes les tentations, et surtout il passe son temps à faire des miracles. Comme dans le livre de Spalding : "La Vie des Maîtres". 

Combien de gens ont été emballés par ce livre sans se douter qu’il contient toutes sortes d’anecdotes invraisemblables.

Les grands Maîtres, c’est vrai, ont des pouvoirs exceptionnels, mais ils ne les utilisent pas pour faire des prodiges devant les badauds. Apparaître et disparaître, marcher sur les eaux, voler dans l’espace, matérialiser des gestions, traverser les flammes d’un incendie, faire sortir des maisons de terre… même s’il en est capable, un véritable Maître ne le fera pas, car le fait d’assister à de pareils spectacles ne peut pas aider les humains à se transformer…

Un Maître, il faut que vous le sachiez, est fait comme tous les autres hommes ; il a les mêmes organes qui lui font éprouver les mêmes besoins et les mêmes désirs. Et si vous lui couper un morceau de chair, vous verrez que son sang coulera, et qu’il coulera rouge comme celui de tout le monde. La différence, c’est que la conscience d’un Maître est beaucoup plus vaste que celle de la majorité des humains ; il a un idéal, des points de vue supérieurs, et surtout il est arrivé à une parfaite maîtrise de lui-même. Evidemment, pour cela il faut énormément de temps et un travail gigantesque, c’est pourquoi personne ne peut devenir un Maître en une seule incarnation.

Si vous rencontrez un Maître, sachez que toutes les qualités et vertus qu’il manifeste, il ne les a pas acquises dans cette seule vie. Non, il a fallu qu’il travaille pendant des siècles, des millénaires même, et comme les qualités que l’on acquiert par son propre travail ne disparaissent pas au moment où l’on doit quitter la terre, quand il revient il apporte de  nouveau ces qualités. Ainsi, d’incarnation en incarnation, il rajoute de nouveaux éléments spirituels, jusqu’au jour où il devient un véritable conducteur de la lumière et des vertus divines.

Malheureusement, il y a aussi des êtres qui se sont préparés pendant des siècles à devenir des conducteurs du mal, et ce sont des maîtres de la magie noire. L’être humain est libre de choisir le bien ou le mal. Bien sûr, quand il a choisi le mal, même si l’intelligence cosmique le laisse faire pendant un certain temps, dans la mesure où il s’est élevé par son comportement contre l’ordre universel, il finit toujours pas être anéanti. Mais au départ il a le choix. Tant qu’il est vivant, il est livre de se déterminer dans un sens ou dans un autre.

Dans quelques cas très rares, on trouve des êtres qui, malgré cette liberté qui leur est donnée, restent définitivement déterminés. Les grands Initiés, par exemple, sont déterminés pour la lumière et pour l’amour. Certains, bien sûr, ont pu tomber, mais la plupart sont restés des esprits de la lumière. Et d’ailleurs, plus le temps passe, moins la possibilité leur est donnée de changer de direction, parce que grâce à leur travail spirituel ils ont réussi à transformer, à diviniser la matière de leur corps, et elle est devenue comme un métal inoxydable, de l’or pur. Mais tant qu’un être n’est pas arrivé à ce degré d’évolution, il est toujours possible qu’il change de direction, et on a vu des cas dans l’histoire où des mages blancs sont devenus des magiciens noirs.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

jeudi 19 novembre 2015

LA BIBLE vue par Maître Omraam


Le mot Bible signifie livre, mais le vrai livre, la véritable Bible, c’est la nature vivante, l’univers que Dieu a créé et qu’il a peuplé d’innombrables créatures visibles et invisibles. Tous les livres sacrés de l’humanité ont leur origine dans ce grand livre, et chacun n’en présente que quelques aspects, quelques fragments.



Même si la Bible est un livre universellement connu, et sans doute actuellement le plus traduit, il n’en est pas pour autant le plus lu et le mieux compris. Les catholiques en ont une moins bonne connaissance que les protestants, étant donné les craintes qu’a longtemps inspirées à l’Eglise romaine sa traduction dans les langues nationales, dites langues vernaculaires. En effet, une traduction supposant toujours une part d’interprétation, elle peut être tendancieuse et trahir le vrai sens du texte. On connaît la maxime italienne "traduttore, traditore" : traducteur, traître. La lecture dans les deux langues où elle a été écrite ; l’hébreu pour l’Ancien Testament, et le grec pour le Nouveau Testament, ne posait en principe pas de problème ; et la traduction latine de saint Jérôme était aussi acceptée. Mais y avait-il beaucoup de personnes capables de lire l’hébreu, le grec et le latin ?...

Ainsi, pendant des siècles, la diffusion de la Bible a été soumise à des sévères restrictions.

Vers la moitié du XXè siècle s’est amorcée la déchristianisation de l’Occident, et actuellement, on aurait tendance à considérer l’Ancien et le Nouveau Testament comme des monuments de la culture universelle assez comparables à ce que sont aussi, pour les Européens, l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, ou l’Enéide de Virgile. C’est pourquoi les nouvelles traductions s’appliquent surtout à revenir au sens premier des mots, à souligner l’originalité, la puissance et la beauté du texte.

En 2001, les éditions Bayard publièrent une traduction Française à laquelle participèrent vingt écrivains et vingt-sept exégètes. Il s’agissait de présenter "une Bible qui témoigne d’une réception contemporaine et littéraire", ainsi que le note Frédéric Boyer dans sa préface.

La parution de cette nouvelle traduction, remarquable à beaucoup d’égards, eut un grand retentissement. A la radio, sur les chaîne France-Culture, une nuit fut presque entièrement consacrée à la lecture d’un certain nombre de passages soigneusement sélectionnés. Mais donner de la Bible une version plus contemporaine comme si elle était surtout un texte littéraire n’en éclaire pas nécessairement le sens.

Pendant des siècles, en Occident, même s’ils ne lisaient pas la Bible, les chrétiens qui constituaient la majorité de la population, avaient reçu dans leur enfance une  instruction religieuse, ils avaient assisté aux offices et participé aux fêtes liturgiques. Ils avaient donc entendu commenté différents épisodes de ce qu’on appelle "l’histoire sainte", et ils en avaient vu des représentations sur les murs à l’extérieur et à l’intérieur des églises, ce qui est de moins en moins le cas de nos jours, puisqu’elles sont de moins en moins fréquentées. Il n’y a pas lieu ici d’analyser le phénomène actuel de déchristianisation, mais il est impossible de ne pas en mentionner les conséquences sur la culture générale du public, et même d’un public instruit.

Pour s’en tenir seulement à la littérature française… constatant l’ignorance de ses élèves, une enseignante professeur de lettres dans les classes préparatoire à l’Ecole normale supérieur, a jugé indispensable de publier un dictionnaire biblique qui répertorie les thèmes, les personnages et les événements dont les étudiants doivent avoir connaissance pour comprendre le sens des textes qu’ils ont à leur programme.
Dans sa présentation, elle écrit : …. "La Bible, qui a nourri toute notre littérature, religieuse et non religieuse, et dont l’ignorance ne peut que conduire à fausser le sens des textes littéraires, est méconnue de nombreux lecteurs".

Le sens des Ecritures, dit le Maître, n’est révélé qu’à celui qui possède une clé, et cette clé est la loi de l’analogie, la loi des correspondances. La Bible a un corps, une âme et un esprit. Celui qui s’arrête au récit des événements qui y sont rapportés et aux personnages qui en sont les acteurs n’en connaître que le corps. Celui qui sent que quelque chose de profond, l’essentiel se dégage de ces récits commence à en explore l’âme, et il s’en nourrit comme on se nourrit de l’air qu’on respire ou du parfum des fleurs. Enfin, à celui qui a longtemps étudié d’après quelques lois Dieu a créé l’univers et l’homme, ainsi que les relations qui existent entre les mondes physique, psychique et spirituel, à celui-là, la Bible révèle son esprit.


Les livres de Omraam sur le blog de Francesca : http://herosdelaterre.blogspot.fr/

La Nouvelle Ère par P.Deunov

transition planétaire
La Nouvelle Ère est celle de la sixième race. Votre prédestination est de vous préparer à l'accueillir, à la vivre. La sixième race se construira autour de l'idée de Fraternité. Il n'y aura plus de conflits d'intérêts personnels ; la seule aspiration de chacun sera de se conformer à la Loi de l'Amour. La sixième race sera celle de l'Amour. Un nouveau continent sera formé pour elle. Il jaillira du Pacifique, pour que le Très Haut puisse enfin établir Sa demeure sur cette planète.


transition planétaire
Les fondateurs de cette nouvelle civilisation, je les appelle « Frères de l'Humanité » ou encore « Enfants de l'Amour ». Ils seront inébranlables dans le bien et ils représenteront un nouveau type d'hommes. Les hommes formeront une famille, comme un grand corps, et chaque peuple représentera un organe de ce corps. Dans la nouvelle race, l'Amour sera manifesté d'une manière tellement parfaite, que l'homme actuel ne peut encore qu'en avoir une idée très vague.

transition planétaire
La Terre reste un terrain propice aux luttes, mais les forces ténébreuses vont reculer et elle en sera libérée. Les humains, voyant qu'il ne reste plus d'autre chemin, s'engageront dans celui de la Nouvelle Vie, celui du salut. Dans leur orgueil insensé, quelques-unes continueront jusqu'au bout à espérer continuer à mener sur la Terre une vie que l'Ordre Divin réprouve, mais chacun finira par comprendre que la direction du monde ne lui appartient pas.
transition planétaire
Une nouvelle culture verra le jour, qui reposera sur trois principes directeurs : l'élévation de la femme, l'élévation des humbles, des faibles, et la protection des droits de l'homme.

transition planétaireLa Lumière, le bien et la justice triompheront ; ce n'est qu'une question de temps. Les religions doivent être purifiées. Chacune renferme une particule de l'Enseignement des Maîtres de la Lumière, mais obscurcie par l'apport incessant des déviations humaines. Tous les croyants auront à s'unir et à se mettre d'accord sur un principe, celui de placer l'Amour comme base de toute croyance, quelle qu'elle soit. Amour et Fraternité, c'est cela la base commune !
transition planétaire
La Terre sera bientôt balayée par les ondes extraordinairement rapides de l'Électricité Cosmique. D'ici quelques décennies, les êtres mauvais et fourvoyés ne pourront supporter leur intensité. Ils seront alors absorbés par le Feu Cosmique qui consumera le mal qui les possède. Puis ils se repentiront, car il est écrit que « chaque chair glorifiera le Seigneur.

La Nouvelle Vie

transition planétaire
La Terre sera bientôt balayée par les ondes extraordinairement rapides de l'Électricité Cosmique.
transition planétaire
Notre mère, la Terre, se débarrassera des hommes qui n'accepteront pas la Nouvelle Vie. Elle les rejettera comme des fruits avariés. Ils ne pourront bientôt plus se réincarner sur cette planète ; les esprits criminels non plus. Seuls resteront ceux qui posséderont l'Amour en eux.
transition planétaire
Il n'est plus d'endroit sur la Terre qui ne soit souillé de sang humain ou animal ; il faut donc qu'elle subisse une purification. Et c'est pour cela que certains continents actuels seront immergés, alors que d'autres surgiront.
transition planétaire
Les hommes ne se doutent pas de quels dangers ils sont menacés. Ils continuent à poursuivre des objectifs futiles et à rechercher le plaisir. Ceux de la sixième race seront au contraire conscients de la dignité de leur rôle et respectueux de la liberté de chacun. Ils se nourriront exclusivement des produits du monde végétal. Leurs idées auront le pouvoir de circuler aussi librement que l'air et la lumière de nos jours.
transition planétaire
Les paroles « Si vous ne naissez de nouveau. » s'appliquent à la sixième race. Lisez le chapitre 60 d'Esaïe. Il se rapporte à la venue de la sixième race, la Race de l'Amour.
transition planétaire
Après les Tribulations, les hommes cesseront de pécher et retrouveront le chemin de la vertu. Le climat de notre planète sera partout modéré et les variations brutales n'existeront plus. L'air redeviendra pur, de même que les eaux. Les parasites disparaîtront. Les hommes se souviendront de leurs incarnations passées et ils éprouveront le plaisir de constater qu'ils sont enfin libérés de leur ancienne condition.
transition planétaire
De même que l'on débarrasse la vigne de ses parasites et de ses feuilles mortes, ainsi agissent les Êtres évolués pour préparer les hommes à servir le Dieu de l'Amour. Ils leur donnent de bonnes conditions pour croître et se développer et, à ceux qui veulent bien les entendre, ils disent : « Ne craignez rien ! Encore un peu de temps et tout va s'arranger ; vous êtes sur la bonne route. Que celui qui veut entrer dans la Nouvelle Culture étudie, travaille consciemment et se prépare. »
transition planétaire
Grâce à l'idée de Fraternité, la Terre deviendra un lieu béni, et cela ne tardera pas. Mais auparavant, de grandes souffrances seront envoyées pour réveiller les consciences. Les péchés accumulés durant des milliers d'années devront être rachetés. La vague ardente émanant d'En Haut contribuera à liquider le karma des peuples.
transition planétaire
La libération ne peut être davantage remise. L'humanité doit se préparer pour les grandes épreuves inéluctables qui viennent et qui apporteront la fin de l'égoïsme.
transition planétaire
Sous la Terre, quelque chose d'extraordinaire se prépare. Une révolution grandiose et absolument inconcevable se manifestera bientôt dans la nature. Le Seigneur a décidé de redresser le monde, et Il va le faire !
transition planétaire
C'est la fin d'une époque ; un nouvel ordre va se substituer à l'ancien, un ordre dans lequel régnera l'Amour sur la Terre. »
transition planétaire
Peter Deunov 
- Propos sur l'avenir - 1944