Merci de votre visite

lundi 12 décembre 2016

QUI SE RESSEMBLE, S’ASSEMBLE



Pensée du Maître: « Quand un prédicateur monte en chair ou sur une estrade pour prêcher, il faut qu’il ait rejeté et nettoyé des dépôts de son estomac, de son cœur, de son intellect. Il ne doit parler qu’après. »



Ici le Maître veut dire que quand on est méchant, irrité, négatif, il ne faut pas prêcher les autres. Il cite le cas d’un évêque bulgare qui menaçait toujours ses ouailles d’êtres brûlés dans le feu de l’enfer. Ses auditeurs finirent par constater que son état n’était pas normal et ils le poussèrent à se soigner. Après une cure et sa guérison, cet évêque ne parlait plus que de bonté, de l’amour de Christ. Toutes les menaces qu’il proférait auparavant provenaient des déchets qui étaient accumulés en lui.

Le Maître dit que ce qu’on exprime dépend beaucoup de l’état de l’estomac. Il faut donc se libérer des déchets et l’on pensera autrement. C’est pourquoi le jeûne, l’eau chaude, les lavages sont magnifiques. Ils nettoient le cerveau. Que disent ceux qui ne sont pas nettoyés et qui cependant parlent à la foule ? Ils égarent le peuple parce qu’ils ne sont pas purifiés.

Le bien a une tendance vers le mal et le mal vers le bien. Voilà pourquoi celui qui veut vivre sur la terre doit avoir des amis très méchants et les méchants doivent avoir des amis très bons. Cette loi est très différente dans le Ciel, mais sur la terre elle est ainsi. Voilà pourquoi Christ choisissait les publicains ; s’il avait agi autrement il n’aurait pu réussir. Celui qui ne veut fréquenter que des êtres magnifiques ou pareils à lui-même rencontrera de grands malheurs dans sa vie, parce qu’il faut absolument que les échanges se réalisent.

Vous savez combien l’échange est répandu dans la nature, les savants aiment les ignorants, les médecins recherchent les malades, les malades cherchent les bien portants, les laids poursuivent les beaux et inversement les beaux aiment le repoussoir des laids. Celui qui ne travaille pas d’après cette loi sera malheureux.

La jolie femme qui ne veut fréquenter que de jolies femmes a des histoires avec toutes. Les riches qui ne fréquentent que des riches connaissent les jalousies, les tristesses, les discussions, tandis que s’ils vont vers des pauvres ils leur apporteront quelque chose, ils les entourent, les caressent et se sentent heureux à cause des pauvres. Que dire des pauvres qui ne rencontrent que des pauvres. S’ils fréquentent parfois la maison des riches ils se sentent heureux de l’honneur qu’on leur fait. Si les savants, les sages ne rencontrent pas d’ignorants qu’ils puissent éclairer, ils ne se sentent pas heureux, tandis que s’ils en approchent ils sont joyeux de les avoir aidés.

On m’a critiqué de ne pas rechercher les grands pontifes. Tout le monde évite les ouvriers parce qu’on se sent diminué de les fréquenter. Pourquoi ceux qui agissent ainsi sont-ils malheureux bien qu’ils aient pour amis les grandes valeurs des universités ?

Parce qu’ils ne réalisent aucun échange, qu’il n’y a aucune vie entre eux et leurs amis. Si dans un marché il ne se fait plus d’échanges, la vie s’arrête. Si entre nous et la nature, les échanges cessent, tout est fini. Nous rejetons l’air vicié et la nature le prend disant qu’il est salutaire aux arbres. Ceux-ci disent: « Donnez-nous de l’acide carbonique, il est bon pour nous. » Si l’on ne fournit pas ce gaz c’est la mort des végétaux. Or, j’agis d’après cette loi afin de ne pas être malheureux. Je recherche les êtres les plus simples parce qu’ils sont les plus véridiques, plus proches de la nature que les autres.


Propos de Omraam Audio MP3 sur le blog de Francesca http://herosdelaterre.blogspot.fr/